Le 3 décembre 2021 le British Medical Journal (BMJ) rapportait [1] qu’au sein des institutions gouvernementales britanniques, la vaccination obligatoire du personnel soignant était loin de faire l’unanimité. Le comité de la Chambre des lords (la chambre haute du parlement britannique) a ainsi signalé plusieurs problématiques irrésolues par cette proposition [2].

Le 4 décembre dernier a eu lieu la seconde conférence de pathologie, organisée par les membres du comité d’enquête sur le corona, Viviane Fischer et le Dr Reiner Fuellmich.

Le Dr Ute Krüger, pathologue et médecin-chef dans hôpital communal en Suède, s’est spécialisée dans le diagnostic des cancers du sein. Elle a exposé son hypothèse d’une augmentation du nombre de cas de cancers du sein au formes particulièrement agressives, touchant des patientes plus jeunes que d’habitude.

Un groupe de 900 employés d’IBM aux États-Unis, non-vaccinés et vaccinés, brave une injonction interne à se faire vacciner sous peine de perdre leur emploi. Tout est parti d’un décret – aujourd’hui invalidé par la justice – du Président Biden, obligeant à la vaccination du personnel des fournisseurs des marchés publics. IBM n’est aujourd’hui plus tenu d’obliger ses employés à se faire vacciner, mais persiste dans ce sens. Le bras de fer est engagé.

Une citoyenne a introduit ce 5 janvier 2022 une action judiciaire en cessation contre l’Etat belge devant le président du Tribunal de première Instance de Bruxelles, visant Alexander de Croo et Frank Vandenbroucke pour « discrimination et incitation à la discrimination envers la population non vaccinée, voire même inciter à la haine contre elle, n'hésitant pas à en faire les responsables de l'échec de la politique sanitaire ».

En Belgique, le malaise enfle dans le cœur d’une partie des citoyens, comme l’illustrent, tout dernièrement, les marches « pour la liberté ». Unis dans un même profond malaise, des citoyens de nombreux pays européens manifestent leur ras-le-bol des mesures de gestion de crise sanitaire.

Plus d'articles...