Obéir ou désobéir, des notions apparemment plus complexes qu’elles n’y paraissent. En ces temps marqués par une pression grandissante sur les citoyens pour qu’ils rentrent dans les rangs et se soumettent sans broncher aux nouvelles ‘lois’, il n’est pas inutile de s’y arrêter un instant.

Chaque année à cette période, des images de visages monstrueux, de bave, de sang et de regards méchants remplissent notre espace public et, du coup, nos psychés.

L’année en Occident se rythme de fêtes autrefois religieuses (voire spirituelles) devenues hautement commercialisées : Noël en hiver, Pâques au printemps et Halloween en automne.

Peu à peu, ces fêtes se sont vidées de leur sens collectif, spirituel et symbolique pour ne rester que des opportunités très lucratives qui nous entretiennent dans des habitudes consuméristes sans nous enrichir sur d’autres plans.

Depuis deux ans l’opposition aux régimes liberticides des mesures sanitaires débat la question : cette pandémie est-elle orchestrée ou non ? Ne fût-ce que songer à cette question aura valu aux opposants l’étiquette de « complotiste ». Et s’il y avait une enquête pouvant apporter une réponse à cette question afin de trancher le débat ? C’est l’objet d’« Inside Corona », de Thomas Röper (2022) [1].

C’est une analyse avec un angle qui n’est ni plus ni moins que le fruit objectif de l’analyse étayée de plusieurs centaines de sources et, surtout, d’une base de données contenant des métadonnées publiques tirées du web. Ce livre a tellement fait parler de lui, qu’il était déjà en rupture de stock avant sa publication ! Voici en exclusivité pour les lecteurs de BAM! le résumé de ce livre très touffu non encore traduit en français.

Il ne manquait que son pavé dans le marigot de la pandémie de covid qui s’assèche de jour en jour, à la faveur de révélations de plus en plus choquantes sur la gestion de cette crise. L’épidémiologiste français Laurent Toubiana en fait un procès cinglant dans son livre , lui qui a été banni des médias mainstream pour ses opinions trop radicales.

"Pour le titre, j’hésitais entre «l’enfer est pavé de bonnes intentions» et «la science avance à grands pas». La Maison de la Culture d’Arlon annonce avec «enthousiasme» sa participation à un (nouveau) «spectacle test» le 5 juin prochain, sous l’égide de nos amis les virologues."

Plus d'articles...

Sous-catégories