Les autres articles

À la suite du symposium "Déontologie et vaccination obligatoire" organisé par le Conseil de l'Ordre des médecins de Bruxelles et du Brabant wallon (OMBBW) le 4 février, 70 médecins ont écrit à son vice-président pour faire part de leurs préoccupations liées à des informations soit douteuses, soit erronées entendues lors du symposium.
Nous publions ci-dessous le contenu de cette lettre.

(copie de l’article en fin de lettre)

L’article rédigé par Anne-Sophie Leurquin et Arthur Sente et publié par le journal « Le Soir » le 3-11-2022 a de quoi surprendre par son imprécision, ses omissions et sa partialité [1].

Monsieur le Président, Chers confrères,

Notre collègue le Docteur Cécile Andri a été convoquée en vos murs suite à des prétextes divers, tous apparus consécutivement à ses déclarations concernant les effets secondaires des « vaccins » anti- Covid.

Ces derniers jours, nous arrivent un faisceau d'informations en provenance d'Israël qui convergent pour indiquer un changement probable de politique sanitaire vis-à-vis du covid visant à l'immunité collective [1], [2].

"Nous sommes 760 citoyen·ne·s, vacciné.e.s ou non, et nous avons voulu comprendre nos multiples points de vue sur la vaccination, sans préjugés. Voici ce que nous avons appris et qui pourrait décrisper les conversations en famille, entre amis ou collègues."

"Un collectif de soignants critique la politique du ministre de la Santé Franck Vandenbroucke et l'appellent à "cesser d'opposer les soignants entre eux"

Votre média alternatif a servi de fusée de lancement pour le boomerang envoyé par Frédéric Baldan. Le boomerang reviendra dans la main du lobbyiste belge tout en touchant de plein fouet Ursula von der Leyen. Présidente de la Commission européenne attaquée juridiquement pour un manque de transparence évident dans l’achat de la dernière vague des vaccins.  

Le groupe politique Belge Vivant Ostbelgien, représentée par ses membres Michael Balter, Diana Stiel et Alain Mertesse, s'associe à la plainte pénale initiée par le lobbyiste belge Frédéric Baldan contre Ursula von der Leyen.
Monsieur Baldan accuse la présidente de la Commission européenne de s'être approprié le rôle du gouvernement fédéral belge en négociant directement et de manière confidentielle avec le PDG de Pfizer via SMS. Les accusations comprennent « l’usurpation de fonctions et de titre », « la destruction de documents publics » ainsi que « la prise illégale d’intérêts et la corruption »[1].
Vivant Ostbelgien avait déjà soumis une proposition de résolution au Parlement de la Communauté germanophone, exigeant la divulgation de tous les contrats et communications entre l'UE et Pfizer.
D'autres personnalités politiques, dont Florian Philippot, ont également rejoint la plainte.
BAM assistera à l’audience le 17 mai 2024 au tribunal de Liège[2].

Vice‑Premier ministre, ministre de la Santé et figure emblématique du SP redécoré “Vooruit”, Frank Vandenbroucke multiplie les casseroles. Dernière affaire en date: Medista[1][2]. Véritable polar où l’on croise des agents du Mossad ou Deloitte Consulting, Frank Vandenbroucke y joue son rôle de prédilection: l’opacité et la dissimulation. Malgré la gravité des faits, les principaux médias belges restent muets. Emeric s'interroge sur ce silence.

Le programme Eduscol incite les enseignants français à animer des activités de “sensibilisation” à la vaccination. Le Syndicat Liberté Santé a examiné le kit pédagogique et alerte: l’école est‑elle instrumentalisée pour inculquer aux élèves la propagande de l’OMS et des lobbys pharmaceutiques?

Faisant suite à sa lettre ouverte[1], le Dr Colignon a déposé plainte contre la RTBF auprès du Conseil de Déontologie Journalistique. Cette plainte conteste la couverture par la RTBF d'une étude liant l'hydroxychloroquine à 17 000 décès durant la première vague de Covid‑19.
Colignon critique la présentation de l'étude par la RTBF, pointant des incohérences et des extrapolations qu'il juge fallacieuses, et met en lumière l'importance d'une communication éthique sur des sujets sensibles.

En guise de nouvel an, la RTBF et la DH exhume une vieille étude que BAM avait déjà debuncké en juillet 2023[1] et attribuant près de 17000 décès à l'hydroxychloroquine.
Nous publions ici la réponse du Dr Colignon