Les articles à lire

A l’heure où la Commission européenne propose de prolonger d’un an le « certificat Covid numérique » de l’Union européenne, Canadiens et Européens opposent un front uni à l’obligation vaccinale, avec leur « convoi pour la liberté » mené en deux temps, de part et d’autre de l’Atlantique.

Manifestation à Bruxelles :
Ensemble pour la Liberté

En Belgique, le malaise enfle dans le cœur d’une partie des citoyens, comme l’illustrent, tout dernièrement, les marches « pour la liberté ». Unis dans un même profond malaise, des citoyens de nombreux pays européens manifestent leur ras-le-bol des mesures de gestion de crise sanitaire.

Solaris, c’est « l’idée d’une énergie puissante et concentrée qui rayonne » [1], celle de la solidarité. En quelque sorte, « récréer la place du village » [2], comme nous l’explique le coordinateur d’une cellule bruxelloise qui a requis l’anonymat. Une idée qui fait mouche, à voir la rapidité avec laquelle elle se propage de pays en pays. Sans doute parce que, comme le mentionne notre interlocuteur, le besoin de solidarité est d’autant plus prégnant « qu’il y a la crainte qu’on aille vers des temps difficiles sur le plan socio-économique ».

Jusqu'à présent, de nombreux citoyens ont exercé une pression au sommet de la classe politique du pays (députés, membres du gouvernement, chefs de partis, …) afin de la sensibiliser sur l’aspect irrationnel et disproportionné de l’obligation vaccinale pour le personnel soignant.

L’obligation vaccinale pour les soignants devait entrer en vigueur le 1 juillet. Mais la résistance met des bâtons dans les roues : même si le projet de loi sur l’obligation vaccinale est passé en deuxième lecture devant la Commission Santé le 3 mai, il y avait suffisamment d’opposition pour l’empêcher d’entrer en vigueur. Pour l’instant, s’y sont opposées Sofie Merckx (PTB), Kathleen Depoorter (N-VA) et Catherine Fonck (Les Engagés).
Il y a moyen de contacter vos députés pour donner votre avis sur le projet de l’Arrêté Royal sur l’obligation vaccinale.

L’Asbl Notre Bon Droit entend démontrer l’illégalité du laissez-passer sanitaire à Bruxelles : le CST est-il efficace ? Est-ce la voie la moins attentatoire aux droits fondamentaux ? Pour répondre à ces questions, le tribunal bruxellois a décidé d’attendre la position de la Cour constitutionnelle avant de statuer.