En France, le projet de loi visant à succéder à l’état d’urgence sanitaire, qui prendra fin le 31 juillet, fait table rase de toutes les contraintes inventées par l’exécutif depuis l’apparition du Covid-19 : restrictions de libertés, mesures coercitives, pass vaccinal …  D’après le Figaro, les législatives ayant changé le paysage politique français, la faible efficacité du vaccin, Omicron et la remontée des effets secondaires seraient responsables de ce virage sanitaire à 180 degrés.

© Renaud Cagna

Ce samedi 19 février, l'annuel Carnaval Sauvage a été interrompu par de violentes interventions policières, comme en témoignent les participants. Au vu du contexte - un événement festif, on s'interroge sur la proportionnalité et la nécessité de ces mesures policières.

Le 10 décembre 2021, la Cour d’appel a rendu son jugement sur l’extradition du lanceur d’alerte Julian Assange. Elle accepté les « assurances » américaines, qu’en cas d’extradition, Assange ne sera ni soumis à des mesures punitives (Special Administrative Measures - SAMs) ni détenu dans une prison de haute sécurité (ADX, Florence), sauf si, dans le futur il se comportait d’une manière qui justifierait un tel traitement.

Pour terminer en beauté, intéressons-nous à Thomas Grandjouan du EU DisinfoLab [1]. Dans son positionnement, T. Grandjouan fait comprendre qu’il représente une organisation indépendante de l’Union Européenne (UE), bien que l’acronyme « EU » fasse partie du nom de l’association. À l’examen de ses finances, toutefois, une autre image se présente. D’après le site lobbyfacts.eu, l’EU DisinfoLab aurait bénéficié de fonds européens pour un total de 118 000 € [2]. Comment T. Grandjouan peut-il donc arriver à la conclusion que son ONG serait « indépendante » ?

Des parents allemands décident de ne plus envoyer leurs enfants à l’école, les autorités locales leur envoient un commando des forces spéciales !

Le jeudi 20 janvier 2022, les autorités de la ville d’Erlangen en Bavière (Allemagne), ont décidé de vider une « école illégale » autogérée par des parents d’élèves soucieux de protéger leurs enfants des effets néfastes liés aux mesures anti-covid [1]. Les autorités ont littéralement pris d’assaut le bâtiment à l’aide d’une unité anti-terroriste.

Symbole d'une nouvelle philanthropie pour les uns, incarnation du Mal pour les autres, la Fondation Bill & Melinda Gates est la deuxième plus importante fondation dans le monde en termes de dotation. Avec un total de plus de 73 milliards de dollars distribués depuis 1997 dans 118 pays, l’influence de cette fondation au niveau mondial est indéniable, en particulier dans le secteur pharmaceutique et de la santé.

Le désastre liberticide que représenteraient des signaleurs de confiance [1] du style CCDH ne s’arrête pas là. Revenons-en par exemple à Tom Brookes, l’un de ses directeurs depuis 2020 [2]. Celui-ci a donc été auparavant lobbyiste pour Microsoft et Apple, mais depuis 2009 il est directeur exécutif du département de communication stratégique de la European Climate Foundation (ECF) [3].

Plus d'articles...