14
Dim, Aoû

La voix de BAM! étouffée par la censure

Articles
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Démocratie et libre expression vont de pair. La pluralité des opinions forge la liberté de presse. Ces assertions appartiennent-elles au monde d’hier ?

BAM! est né de la volonté de donner la parole et l'image à tous les citoyens, les scientifiques, les politiques, les philosophes, les intellectuels, les humoristes, hommes ou femmes, qui depuis le début de la crise, ont été niés, ostracisés, accusés, stigmatisés ou condamnés pour des opinions qui ne correspondaient pas au discours dominant véhiculé par les gouvernements et les médias. 
BAM! a grandi parce que les médias n’ont plus joué leur rôle de 4ième pouvoir - celui de questionner et de critiquer les trois autres pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) au nom de la société civile.

BAM! a apporté une réponse crédible à une communication orientée, plus proche de la propagande que de l’information rationnelle et réfléchie.  Les contenus d’information de BAM!, qu’ils soient écrits ou audiovisuels, sont strictement encadrés par un comité de rédaction, lui-même supervisé par un rédacteur en chef et un éditeur responsable.

Aujourd’hui, la censure nous frappe de plein fouet : fermeture de notre chaîne YouTube, suppression de publications, accès rendu impossible à certaines plates-formes de crowdfunding.

Nous sommes aussi nés de la volonté farouche de combattre toutes formes de censure. Que soit la censure directe, comme celle de YouTube, ou indirecte comme celle qui prévaut dans la plupart des rédactions d’aujourd'hui, par le biais de l'autocensure et de la subordination financière aux instances subsidiaires privées ou publiques.

Le temps où les GAFA prônaient l’excès un « internet libre » de toutes contraintes semble désormais révolu. Ils s’érigent en censeurs, garants du « bien » et du « mal », dans la pire tradition de la « démocratie » américaine des années 50. Le maccarthysme est de retour !

La censure systématique de notre média, sur Youtube, est en totale infraction avec l’article 25 de la Constitution belge : « La presse est libre; la censure ne pourra jamais être établie; il ne peut être exigé de cautionnement des écrivains, éditeurs ou imprimeurs.
Lorsque l'auteur est connu et domicilié en Belgique, l'éditeur, l'imprimeur ou le distributeur ne peut être poursuivi. »

Vous qui faites confiance à BAM!, partagez cette information et n’hésitez pas à interpeller les journaux, magazines ou médias mainstream pour faire part de votre indignation.

Nous interpellons dès maintenant un certain nombre d’élus pour qu’ils prennent position sur cette censure de l’information pratiquée par des opérateurs internationaux contre un média qui opère sur le territoire belge.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informé.

 

Manuel Poutte, co-fondateur et éditeur responsable de BAM!

Enlève 99.99% de mensonges