Une élue quitte le Conseil communal et DéFI

Belgique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Sandra Ferretti, élue communale de Watermael-Boitsfort au sein du groupe DéFI, a été très active dans la défense des libertés fondamentales, la transparence et l’éthique de nos institutions. Se sentant à l’étroit au sein de son parti et alors que la crise Covid révélait de nombreux dysfonctionnements, elle décide de fonder BAM! avec des amis.

Malgré de profonds désaccords avec les autres membres de son parti, elle est restée au sein de DéFI dans l’espoir de pouvoir faire évoluer les esprits de l’intérieur. Après plus de deux ans d’incompréhensions face à une position dogmatique et en totale contradiction avec les principes humanistes pourtant revendiqués par DéFI, elle décide de claquer la porte du conseil communal et du parti.

Nous reproduisons ici sa lettre de démission.

Le 30-09-2022

A l’attention de Laura Squartini – Présidente de la section DéFI Watermael-Boitsfort

A l’attention de François De Smet – Président de DéFI

Watermael-Boitsfort, le 30/09/2022

Chère Présidente, Chère Laura,

Cher Président, Cher François,

Nous nous étions entendus durant la réunion de préparation du dernier conseil communal de Watermael-Boitsfort sur le fait que notre chef de groupe Alexandre Dermine n’interviendrait pas dans la prise de parole concernant l’interpellation citoyenne sur les conséquences de la loi sur l’obligation vaccinale du personnel soignant. J’avais émis le souhait d’intervenir à titre personnel, ce qui était tout à fait possible pour autant que notre chef de groupe n’intervienne pas. Ce principe a été rappelé par la présidente du Conseil communal avant l’intervention des chefs de groupes ou représentants. Toutefois, notre chef de groupe a cru bon d’intervenir, m’enlevant toute possibilité d’émettre mon avis dans ce débat, brisant ainsi l’engagement qui avait été pris durant la réunion de préparation du conseil communal.

Maladresse ou action consciente, je ne puis qu’acter le manque de confiance réciproque que cet événement a créé, entamé par des divergences d’opinions quant au respect de nos droits fondamentaux durant cette période covid. 

Puis-je vous rappeler à ce titre que j’ai été la première conseillère communale à interpeller celui-ci concernant les effets désastreux de l’obligation du port du masque en classe pour les enfants, j’ai été la seule conseillère du groupe DéFI à voter contre le tracing et la conservation abusive de nos données personnelles (dont la Cour constitutionnelle vient de juger l’inconstitutionnalité en plusieurs points [1]). J’ai été la seule à m’insurger contre l’instauration du CST au conseil communal, avant même que la décision n’ait été votée par les conseillers. 

Concernant l’obligation vaccinale du personnel soignant, je ne peux que déplorer la position de DéFI qui tient plus du dogmatisme sanitaire, que du bon sens scientifique et des principes éthiques de base. En effet, cette position fait fi non-seulement de la littérature scientifique de l’étude initiale de Pfizer, qui confirmait qu’il n’y avait aucune donnée concernant cette vaccination et la transmission [2] (on sait aujourd’hui dans les chiffres – je vous invite à lire les rapports hebdomadaires de Sciensano - que les vaccinés transmettent souvent PLUS que les non-vaccinés, et sont parfois même plus susceptibles d’être hospitalisés dans certaines tranches d’âges [3], sans parler des effets secondaires à moyen et long terme [4]), mais aussi du principe fondamental de la Déclaration d’Helsinki [5] sur le consentement libre et éclairé, spécialement dans le cas d’une étude clinique. S’acharner à revendiquer l’obligation vaccinale pour le personnel soignant relève donc plus du dogmatisme que d’une solution pragmatique qui viserait au bien-être des patients.

Si j’ai adhéré un jour à DéFI, c’était parce que je pensais que ce parti en dehors des idéologies gauche/droite, mettait les principes démocratiques de base au centre de son action : droit d’aller et de venir, protection des minorités, non-discrimination sur base des croyances, intégrité physique, droit au travail, respect de la dignité humaine. Aussi, je vous rappelle que le « I » de DéFI se référait à l’indépendance de tout lobby et groupe de pression, ainsi que du principe éthique de l’absence de conflits d’intérêts. Or, l’indépendance des experts de plateaux de télévision qui étaient les mêmes à faire leurs recommandations à nos parlementaires sans aucune étude scientifique fournie (de l’aveu de notre propre président François De Smet), n’a JAMAIS été remise en cause par quiconque d’entre vous. Pourtant, ces problèmes ne sont pas nouveaux, puisque plusieurs experts avaient déjà été épinglés lors du fiasco H1N1 [6].

En revanche, les personnes ayant tenté d’alerter les médias, les politiques, la population, ont fait l’objet de mépris, d’insultes et de censure, évitant d’emblée tout débat public, et faisant le jeu d’extrêmes et de complotistes en tout genre.

Enfin, je vous rappelle que ce vaccin, n’est toujours pas approuvé définitivement (« autorisation conditionnelle »), il le sera sans doute en décembre 2023 [7]. Il est donc toujours en phase expérimentale (Phase III d’une étude clinique [8]), ce quoi qu’on en dise. Ceci signifie pour l’heure que la responsabilité de l’indemnisation des effets secondaires n’est pas celle des fabricants, mais repose sur les États membres. C’est donc notre gouvernement qui est responsable en même temps de faire remonter les effets secondaires graves de ces vaccins via l’AFMPS, et ce même gouvernement qui est responsable d’indemniser [9] les personnes souffrant d’effets secondaires. C’est une première, je pense, dans l’histoire des vaccins ! N’y voyez-vous pas un tout petit conflit d’intérêt ?... Pourquoi donc maintenir la responsabilité sur les États si ce vaccin a une innocuité telle qu’on l’entend à longueur de journée ? Les chiffres des effets secondaires déclarés de ces vaccins covid, pour qui veut bien s’y pencher et les analyser, sont extrêmement alarmants [10] comparés aux effets secondaires des vaccins classiques. S’il vous plaît, donnez-vous la peine de vous informer de manière indépendante, avec des études sérieuses et non-biaisées, c’est la dernière chose que je puisse vous conseiller.

La science est certes source de progrès, toutefois, le non-respect des règles éthiques les plus élémentaires ne peut mener qu’à une perte de confiance et de crédibilité des citoyens dans nos institutions... Je pense que la classe politique a eu peur, et s’est fait quelque peu embobiner par certains modélistes et « scientifiques » peu scrupuleux, suivant les recommandations d’organismes certes « internationaux », mais sous influence d’intérêts privés et de lobbys colossaux. Il faudra donc un jour qu’un sérieux post-mortem soit fait, afin d’éviter qu’un tel scandale ne se reproduise. Je suis persuadée que la vérité jaillira, même si cela prendra du temps. Il est de votre devoir de politicien de la rechercher, sans concession.

Il m’est donc devenu insupportable de siéger pour un parti qui n’est devenu que l’ombre de lui-même en bafouant ses principes de base, par des prises de positions dogmatiques allant à l’encontre des droits fondamentaux des citoyens. Pour toutes ces raisons, c’est avec le cœur léger et la conscience tranquille qu’aujourd’hui, je quitte la politique communale dans laquelle je suis investie depuis plus de 10 ans, ainsi que DéFI.

Bien à vous,

 

Sandra Ferretti


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Le chapô est de la rédaction de BAM!

 

[1] 2022-110f (const-court.be)

[2] Comirnaty, INN-COVID-19 mRNA Vaccine (nucleoside-modified) (europa.eu) p.97 : “(…) statistically certain conclusion cannot be drawn. It is presently not known if the vaccine protects against asymptomatic infection, or its impact on viral transmission. The duration of protection is not known.”

[3] COVID-19_Weekly_report_FR.pdf (sciensano.be) p.65-69.

[4] Comirnaty, INN-COVID-19 mRNA Vaccine (nucleoside-modified) (europa.eu) P.133 : «3.5. Uncertainties and limitations about unfavourable effects – Long-term safety data is not available at this stage (…)”

[5] WMA Declaration of Helsinki – Ethical Principles for Medical Research Involving Human Subjects – WMA – The World Medical Association

[6] H1N1: des experts belges sous influence - La Libre

[7] Comirnaty, INN-COVID-19 mRNA Vaccine (nucleoside-modified) (europa.eu) p.144.

[8] Covid-19 : les essais de phase 3 des vaccins sont-ils terminés « depuis des mois », comme l’affirme Olivier Véran ? (lemonde.fr)

[9] Special report 19/2022: EU COVID-19 vaccine procurement (europa.eu) p.32

[10] Par exemple : Bericht über Verdachtsfälle von Nebenwirkungen und Impfkomplikationen nach Impfung zum Schutz vor COVID-19 (Berichtszeitraum 27.12.2020 bis 31.03.2022), Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid-19 - Période du 24/05/2022 au 16/06/2022, COVID-19 Vaccine Boosters for Young Adults: A Risk-Benefit Assessment and Five Ethical Arguments against Mandates at Universities

Watermael-Boitsfort : Conseil communal du 20 septembre 2022
https://www.watermael-boitsfort.be/fr/

 

Source photo :
© BAM!