La politique vaccinale de la FAA viole ses propres règles...

Revues de Presse
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

La politique vaccinale de la FAA (l’Administration fédérale de l’aviation américaine) viole ses propres règles, selon des avocats et des médecins.

La FAA (Federal Aviation Administration) enfreint sa propre règle qui stipule que les pilotes ne doivent pas voler après avoir pris des médicaments approuvés depuis moins d'un an, selon un groupe d'avocats, de médecins et d'autres experts, dont un pilote qui affirme que sa carrière a pris fin à cause des effets indésirables d'un vaccin.

Le groupe d'avocats et de médecins a écrit une lettre adressée à la FAA, au ministère des Transports, au ministère de la Justice, ainsi qu’à plusieurs compagnies aériennes, demandant qu'ils signalent tous les pilotes vaccinés et les fassent réexaminer pour des problèmes de coagulation du sang ainsi que pour leur santé cardiaque.

« L'Agence fédérale de l'aviation est chargée d'assurer la sécurité des voyageurs. Au lieu de cela, au moment où nous parlons, la FAA, ainsi que les compagnies aériennes commerciales, agissent en violation de leur propre réglementation fédérale de l'aviation et des directives associées qui disent aux examinateurs médicaux de NE PAS délivrer de certificats médicaux aux pilotes qui utilisent des produits non approuvés par la FDA », a déclaré l'avocate des droits de l'homme et principal auteur de la lettre, Leigh Dundas. « Le titre de la section dont je parle indique littéralement ‘Ne pas délivrer - Ne pas voler’ et demande aux médecins légistes de ne pas délivrer de certificats médicaux aux pilotes utilisant des produits que la FDA a ‘approuvés il y a moins de 12 mois’. ... Les pilotes volent avec des injections dans leur corps qui n'ont JAMAIS été approuvées par la FDA (car aucun vaccin COVID disponible dans le commerce aux États-Unis n'a été approuvé par la FDA) », a déclaré le Me. Dundas.

Dans un contexte de confusion généralisée quant à la disponibilité du vaccin Pfizer approuvé par la FDA, The Epoch Times a mené une enquête en octobre et a découvert que la version Comirnaty approuvée du vaccin n'était toujours pas disponible dans le commerce aux États-Unis.

Un autre signataire est Cody Flint, dont la carrière de pilote s'est arrêtée après avoir pris volontairement le vaccin et subi des effets indésirables. Il est père de deux enfants et ne souffrait d'aucune maladie sous-jacente. Ce pilote agricole de 34 ans ne se souvient pas comment il a pu atterrir après avoir failli perdre connaissance en plein vol. Il pilotait son avion lorsque la vision en tunnel a commencé à se manifester et que le mal de tête qu'il avait développé après avoir reçu la piqûre s'est aggravé. Environ deux heures après avoir décollé, il a décidé de redresser l'avion pour rentrer et a ressenti une "pression extrême" dans les oreilles. Il s'est alors immédiatement « presque évanoui, se sentant étourdi, désorienté, nauséeux et tremblait de manière incontrôlable », a déclaré M. Flint.

En tant que pilote commercial, M. Flint s'est inquiété lorsqu'il a vu pour la première fois que la FAA imposait une interdiction de vol de 48 heures après une vaccination au COVID-19. « J'ai du mal à comprendre comment la FAA a pu justifier le fait de déplacer les critères de sécurité d'une année complète d'examen de la sécurité post-commercialisation à seulement deux jours. Les dangers associés au fait qu'un pilote subisse une réaction indésirable grave à un vaccin COVID alors qu'il est aux commandes d'un avion peuvent être horribles et mortels, c'est le moins que l'on puisse dire. »

« En tant que pilote ayant subi une réaction indésirable tragique et mettant fin à sa carrière à cause du vaccin COVID de Pfizer alors qu'il était aux commandes d'un avion, j'estime pouvoir parler en toute honnêteté et de manière crédible des dangers associés aux pilotes sur les dangers associés à la reprise précoce des fonctions de vol par les pilotes après une vaccination à l'ARNm COVID » a-t-il ajouté.

Un autre signataire, le Dr. Pete Constantine Chambers, pratique la médecine depuis 25 ans, dont 16 en tant que médecin de vol attaché aux opérations spéciales. « Malheureusement, plusieurs de mes soldats ont été hospitalisés pour des diagnostics graves, notamment des hémorragies cérébrales, des myocardites, des anaphylaxies, des embolies pulmonaires et des vertiges. Tous ces cas étaient post-vaccination. Le règlement de l'armée stipule que nous devrions suivre ces cas après l'immunisation. » Chambers a déclaré. « Je menais une étude initiale au début du déploiement. Mon étude a été interrompue lorsqu'on m'a ordonné de me concentrer uniquement sur la façon de convaincre les soldats de se faire vacciner et de ne pas administrer les consentements éclairés. » a ajouté Dr. Chambers. « Je crois également, en tant que médecin, à la strophe du serment d'Hippocrate : Avant tout, ne pas nuire. »

 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Lire l'article dans son intégralité et dans sa langue originale ici :
https://www.theepochtimes.com

Traduction: BAM!

Sources:

https://www.faa.gov/

FDA (Food and Drug Administration) approved less than 12 months ago.

https://nationwidewalkout.com/faa/

Source photo :
www.flickr.com ©Tony Webster