La réalité des Présidentielles en France : Macron choisi par 18% des Français !

Europe
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Macron, élu avec 58,54% des voix, vraiment ? Que signifie concrètement une abstention de 28,01% ? Est-ce que les votants et les personnes qui se sont abstenues représentent bien l’ensemble des Français ? Plongeons ensemble dans quelques statistiques très factuelles.

Quel magnifique exercice de la démocratie en France !

12 candidats au premier tour, des débats animés tout en restant politiquement très corrects. Un résultat du 1er tour sans surprise et avec un résultat annoncé bien avant les votes, remake de l’élection de 2017 qui a porté Macron au pouvoir pour son premier quinquennat.

Et après un soi-disant débat qui n’en portait que le nom, voici la réélection sans surprise d’Emmanuel Macron avec 58,54 % des voix [1].

Visu 1Macron

Les chiffres exacts sont 58,54% pour Macron et 41,46 % pour Le Pen. Tout va bien, ça fait 100%. Donc mathématiquement, la démocratie est préservée.

Mais ça veut dire quoi 71,99% des « votants » ?

Énorme défaillance du système démocratique

Voici la réalité des chiffres.

Dans le dernier bilan démographique de l’INSEE datant de 2020, il y a 67.063.703 habitants en France, tous âges confondus [2].

Comme le vote est autorisé à partir de 18 ans, il y a 52.641.944 personnes en âge de voter. Ceci est la base de référence de la population qui peut exercer son droit de vote démocratique.

En France, le vote n'est pas obligatoire. Il faut s'inscrire pour avoir le droit de voter. Il y a donc un écart entre le nombre de personnes en âge de voter et le nombre de personnes qui ont fait les démarches pour être inscrites. Toujours selon l’INSEE, le nombre de personnes inscrites en tant qu'électeur pour les élections de 2022 est de 48.803.175 [3]. Les électeurs potentiels non-inscrits sur les listes électorales sont donc 3.838.769 personnes, de facto abstentionnistes.

Que s’est-il passé au premier tour ?

Selon France TV, « si l'abstention était une candidate, elle serait arrivée en tête au premier tour » [4]. En effet, un électeur sur quatre n'a pas voté le 10 avril. Avec 26,31% des inscrits abstentionnistes, elle a connu une hausse de 4 points par rapport au premier tour de 2017.

Avec un taux d’abstention de 26,31%, 35.963.060 votants ont réellement exercé leur droit de vote. Les électeurs non-adeptes du « vote utile » votent généralement au 1er tour pour leur candidat préféré.

Nous allons partir du principe que les 26,31% de français qui ont voté pour Macron au 1er tour l’ont fait par conviction. En prenant ces 26,31% des votants, cela représente 9.461.881 de macronistes convaincus.

Au 2e tour, l’abstentionnisme s’aggrave

Il peut y avoir un écart statistique entre l’INSEE et les inscrits réel. Prenons dès lors les chiffres du site Publicsenat.fr : 35.096.391 votes sur 48.752.500 inscrits dont 2.228.044 blancs et 790.946 votes nuls. On retient également les 28,01% d’abstention (càd 13.656.109 inscrits qui n’ont pas voté).

En excluant les votes blancs et nuls, la base réelle des « suffrages exprimés » (càd ni blancs ni nuls) au 2e tour est donc de 32.077.401 personnes. C’est sur ce nombre que sont calculés les pourcentages de Macron et Le Pen : Macron arrive à un score de 58,5% avec 18.779.641 voix, et Le Pen à un score de 41,5% avec 13.297.760 voix.

1er constat : la réalité de l’abstention est bien plus élevée qu’on le croit.

En ajoutant les abstentionnistes (inscrits qui ne se sont pas déplacés pour aller voter) aux votes nuls et votes blancs, nous arrivons à 16.675.099 personnes, soit 34,2% de la population inscrite qui n’a pas choisi entre Macron et Le Pen. On nous annonce 28,01% d’abstention, ce qui est plus de 6% en dessous de la réalité. Et encore, on ne compte jamais là-dedans ceux qui ne sont pas inscrits sur des listes électorales mais qui peuvent le faire. Ceci porterait le taux réel d’abstention en France à 38,97%, soit près de 4 Français sur 10. De loin, le premier parti de France, effectivement !

2ième constat : les votants effectifs par rapport à la population en âge de voter.

Le chiffre réel de la population en droit de voter n'est pas le nombre d'inscrits, il y a en réalité 52.641.944 personnes ayant le droit de voter (voir plus haut).

Avec 18.779.641 électeurs au 2e tour, et 52.641.944 de personnes en âge de voter en France, Macron est donc devenu Président avec le soutien de seulement 35,7 % des Français.

3ième constat : la souveraineté démocratique occultée par la méthode démocratique.

Nous avons déjà mentionné que c’est lors du 1er tour que les votants choisissent vraiment leur candidat préféré. Nous avons calculé que Macron a obtenu 9.461.881 de voix au premier tour et 18.779.641 de voix au second. On peut donc conclure qu’en plus de ses 9.461.881 d’électeurs convaincus, Macron a bénéficié de 9.317.760 voix supplémentaires pour « faire barrage à l’extrême droite ».

Mais la triste réalité, c’est que seulement 9.461.881 votants sur une population de 52.641.944 personnes en âge de voter adhèrent vraiment au projet de Macron. Quand on reprend ces chiffres réels et que l’on calcule le vrai pourcentage, Emmanuel Macron est devenu Président des Français avec le soutien de 18% d’entre eux !

Ceci signifie aussi que 82% des Français n’ont pas adhéré au projet de Macron.

Ce n’est pas étonnant que, dans ces circonstances et pour faire face au quinquennat qui commence, le Ministère de l’Intérieur français a commandé 90 véhicules blindés anti-émeutes supplémentaires [5].

Visus2 Camion

Que peut-on faire ?

Le constat est clair : le modèle démocratique actuel ne fonctionne plus.

L’adage disant que « les promesses électorales n’engagent que ceux qui les croient », est devenu notre réalité.

De serviteurs du peuple, nos politiciens, sont devenus nos patrons et nous avons perdu notre souveraineté citoyenne. Il est grand temps de nous réapproprier cet espace démocratique.

Comment y parvenir ?

  • S’intéresser plus à la vie de notre « cité » dans le sens « démocratique » grec du terme. Si nous nous en désintéressons, nous laissons un boulevard ouvert à ceux qui ne défendent pas l’intérêt des citoyens.
  • Notre système ne fonctionne plus ? Réécrivons notre système. L’exercice de se réunir entre citoyens pour imaginer et réécrire une constitution est un acte concret.
  • Nos partis traditionnels ne nous représentent plus ? Trouvons ou créons un vecteur politique suffisamment fort pour porter cette nouvelle constitution.
  • Mais avant tout, retrouvons notre bienveillance et notre solidarité les uns envers les autres, car si nous ne réussissons pas à reprendre en main notre démocratie, c’est tout ce qui nous restera.

Par Hughes Belin, Rédacteur en chef chez BAM!


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM !

Lien vers l'article original :

[1] https://www.publicsenat.fr/article/politique/presidentielle-2022-la-carte-interactive-des-resultats-des-deux-tours

[2] https://www.insee.fr/fr/statistiques/1892086?sommaire=1912926

[3] https://www.insee.fr/fr/statistiques/6322895#onglet-2

[4] https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/presidentielle-2022-abstention-report-de-voix-electeurs-indecis-on-vous-resume-les-enjeux-du-second-tour_5093692.html

[5] https://www.interieur.gouv.fr/actualites/communiques/ministere-de-linterieur-commande-90-vehicules-blindes-de-maintien-de-lordre