Le Convoi pour la liberté arrive à Bruxelles

Actions
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Un mois après son démarrage au Canada, le fameux « Convoi pour la liberté » empruntera ce lundi 14 février les routes de l’Europe, vers Bruxelles. Sont invités à le rejoindre tous les citoyens préoccupés par la restriction des libertés fondamentales dans le contexte de la crise sanitaire.

Que ce soit en camion, en voiture, à moto ou à vélo, annonce le mouvement : peu importe l’âge ou l’origine sociale, chacun est le bienvenu pour participer à cette initiative citoyenne « pacifique et solidaire », déclarent les coordinateurs du Convoi.

Restaurer la liberté de se déplacer

L’objectif véhiculé ? Dénoncer les mesures incohérentes et contradictoires de la crise du covid, et leurs entraves aux droits humains sur le sol européen. Par ce convoi, le mouvement symbolise la volonté de restaurer la liberté de déplacement de tous les citoyens sur le territoire européen.

Mais surtout, ce convoi revendique ainsi « la fin de toutes les mesures et législations liberticides », à savoir la loi pandémie, le port du masque, le laissez-passer sanitaire, le décret « pandémie » wallon, etc.

Aller plus loin encore

Il charrie également d’autres souhaits : la mise sur pied de commissions d’enquêtes indépendantes au sujet de la crise sanitaire et de sa gestion. Concernant les vaccins anticovid, il milite pour que soit reconnu leur caractère expérimental et pour une transparence sur les éventuels effets secondaires. Il insiste par ailleurs sur le droit de chacun d’avoir accès aux soins de santé et de pouvoir décider pour sa propre santé.

Il entend également rappeler d’autres droits fondamentaux qu’il juge bafoués : le secret médical et la protection des données personnelles, la liberté d’expression - notamment de la presse -, et le droit à « une réelle démocratie participative ». De façon plus générale, le Convoi défend d’autres valeurs qui auraient souffert de la crise.

« La qualité de vie des citoyens européens diminue fortement à cause de la situation financière de l'Union européenne : les dettes publiques et bancaires appauvrissent les peuples depuis de nombreuses années. La crise sanitaire a encore empiré la situation, privant les citoyens de leurs libertés fondamentales, empêchant certains de pouvoir exercer leur métier dignement, d’avoir accès aux soins ou de se déplacer. L’éducation des enfants, leur développement et leur bien-être ont aussi été fortement impactés. (...) A l'instar des Canadiens, nous ne nous contenterons pas de promesses ou de demi-mesures », concluent les coordinateurs.

Par Thérèse Leblanc, journaliste chez BAM!


Source photo :
https://commons.wikimedia.org - © ΙΣΧΣΝΙΚΑ-888