Un débat houleux agite et polarise le monde scientifique et la société. Dans cette crise sanitaire si complexe et changeante, il y aurait un consensus scientifique qu’il ne faudrait pas remettre en question. Et pourtant, nous avons toutes les raisons de douter.

Tout d’abord, parce qu’il est rare que la solution à apporter à un problème complexe et changeant, soit simple et immuable. Depuis 2 ans, force est de constater que la stratégie n’a pourtant pas vraiment changé. Plus inquiétant encore, le débat semble confisqué. Ceux qui osent amener un point de vue différent sont discrédités et taxés d’irresponsables, voire dans certains cas, de « dangers pour la santé publique » ou encore de « criminels ».

Et pourtant, toutes les conditions ont été réunies pour que le doute s’installe. Cette crise de confiance à laquelle nous faisons face est la conséquence de décennies d’instrumentalisation de la science.

Que ce soit dans le domaine de l’industrie pharmaceutique, agrochimique et alimentaire, ou encore de la téléphonie mobile, les exemples qui montrent que la science est manipulée par les industriels ne manquent pas, avec notamment, l’orientation et le financement des recherches, la production de fausses études pour influencer les décisions politiques, ou encore l’utilisation de scientifiques payés pour produire un savoir qui sert les intérêts de ces industries.

La perte de confiance dans nos institutions est énorme, notamment, car les choix effectués par nos responsables politiques, et pas seulement dans le domaine de la santé, semblent surtout guidés par des intérêts économiques. Les conflits d’intérêt sont nombreux à tous les niveaux de pouvoir. Les faits ont démontré que les multinationales de l’industrie pharmaceutique, par exemple, sont au moins aussi puissantes que les États et qu’elles imposent leur diktat. L’objectif principal des « Big pharma », pour ceux qui en doutent encore, n’est pas la santé, mais bien la rentabilité financière, et certaines n’hésitent pas à recourir à des pratiques commerciales frauduleuses et à enfreindre les lois pour parvenir à leurs fins.

Dans ce contexte où l’argent prime manifestement sur la santé, on a l’air de s’étonner que certains citoyens doutent, résistent et s’interrogent alors que c’est la collusion politico-industrielle qui, elle-même, est à l’origine de cette méfiance croissante.

Quand il s’agit de continuer à autoriser l’utilisation de pesticides dont la toxicité est prouvée, quand il s’agit de promouvoir la nourriture industrielle ultra-transformée, quand il s’agit de déployer la 5G, nos décideurs nous demandent de douter, avec eux, de toutes les études scientifiques qui alertent sur les effets sanitaires, sociaux et environnementaux dramatiques.

Nos responsables politiques nous permettraient donc encore de douter, mais seulement quand ce doute sert les intérêts politico-financiers et le système capitaliste !

Le jour où l’on aura des garanties que des mesures structurelles sont prises pour s’attaquer aux causes profondes des crises présentes et à venir : l’évasion et l’injustice fiscale, la concentration des richesses, les inégalités sociales, la pauvreté croissante, la dégradation de l’environnement, l’effondrement de la biodiversité, le changement climatique.

Le jour où l’on aura des garanties que les prises de décisions se font dans la transparence, ce jour-là, peut-être que l’on doutera moins.

Par un soignant qui souhaite rester anonyme


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Source photo : AdobeStock_346018963 ©Wes

Mesdames, Messieurs,

Avant toute considération, je tiens à vous remercier pour le temps que vous consacrerez à me lire.

Je ne vais pas m’étendre sur le présent, juste un petit rappel de ce que nous vivons. Je vais vous parler du futur et de l’empreinte que vous déciderez d’y laisser.

Depuis deux ans, nous vivons une crise qui nous a tous profondément touchés, au-delà de ce que nous supportons dans notre quotidien. Des décisions ont été prises, celles-ci ont malheureusement abîmé durablement la cohésion de notre société.

Tous les jours, je lis des horreurs dans les journaux : des menaces, du chantage et de la haine. Tous les jours, je vis une ségrégation qui m’affecte, ma famille et moi. Tous les jours, je lis et je recoupe les informations et je comprends combien tout ceci est une erreur. Oui, c’est une grave erreur que de sacrifier notre belle société au nom d’une idéologie du tout-vaccin ou du zéro-covid.

Malheureusement, le réveil sera extrêmement dur, que ce soit pour les citoyens lambdas ou pour vous, Mesdames, Messieurs. Mais vous pouvez être sûrs que le réveil se fera.

Quel que soit le futur qui nous attend, il restera des traces de vos actions. Il restera des écrits et des images de cette folie. Il restera cette lettre, quelque part dans une boîte, qu’une personne sortira un jour et rendra publique, à nouveau. Celle-ci attestera que vous aurez été prévenus.

Alors voilà, l’Histoire retiendra vos actions. Vous pouvez décider maintenant de la trace que vous laisserez aux générations futures. Serez-vous acclamés en héros ou bannis à jamais ? Déciderez-vous de réécrire la trame à votre avantage ?

Aujourd’hui, il est en votre pouvoir de faire partie des personnes que l’on louera pour leur discernement ou de faire partie des personnes que l’on montrera dans les livres comme les fossoyeurs de notre si belle nation. Peut-être vous oubliera-t-on ?

Vous pouvez décider de jouer un rôle positif et donner ainsi à cette crise une issue favorable. S’il vous plaît ! Renouez le lien avec tous vos citoyens. Ce clivage entre vaccinés et non-vaccinés est extrêmement dangereux pour la société dans son ensemble, mais aussi, très triste et désolant. Vous êtes-vous seulement mis à la place de toutes ces personnes, de tous ces enfants, sur qui s’exerce un acharnement psychologique juste… immonde ? Allez-vous prendre la mesure du mal qui a été fait ? S’il vous plaît ! Prenez de la hauteur et faites un bilan réaliste de la gestion de cette crise.

De nombreux scientifiques proposent une lecture différente… alors, écoutez-les ! Vérifiez s’il existe des conflits d’intérêts chez les experts qui, aujourd’hui, conseillent notre gouvernement et tirez-en les leçons. De nombreux acteurs du monde associatif, qui se sont illustrés dans leur combat pour préserver les valeurs de notre société, parlent… Alors, de grâce, écoutez-les ! Il faut reconstruire un monde de cohérence et de dialogue. Ensuite, la société devra guérir de ses traumatismes et ce ne sera pas facile, mais avec le courage et la volonté de ses citoyens, cela sera possible. J’en appelle à votre bon sens mais aussi, je l'espère, à votre humanité.

Quelque part dans le futur, il restera cette lettre dans une boîte, qui rappellera que je vous ai avertis et vous ne pourrez pas dire « je ne savais pas ». Quelque part dans le futur, il y aura des milliers de documents, de lettres, de témoignages, de photos et de vidéos dans des milliers de boîtes, qui rappelleront que nous vous avons avertis et vous ne pourrez pas dire que « vous ne saviez pas ».

Il est temps, l’heure tourne pour faire vos choix. Quels qu'ils soient, nous ne les oublierons pas. Nous ne vous oublierons pas.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de mes sentiments distingués,

Par Iris Jacqmin, Citoyenne et Maman


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM !

Photo : BAM! ©Vick

Categories: Iris Jacqmin 

 
 

BAM! a reçu la copie d'une lettre ouverte envoyée aux députés


Lettre ouverte aux députés

Le « baromètre » corona

En réaction au nouveau « baromètre » Corona, mis en place par des experts de la Santé belges, qui ont étudié, analysé la situation épidémique et surtout réfléchi pour nous pondre un énième code trois couleurs pour définir les futures restrictions de libertés.

Car il n'est plus question que de cela : contraindre, que cela soit modérément, plus fermement ou encore strictement... Voyez, nous avons le choix dans la contrainte, mais plus le choix dans la liberté. Et donc nos experts ont mis des mois pour arriver à ce résultat ? Trois couleurs pour définir une situation épidémique ? Simple, basique et efficace... Mais efficace pour quoi ? Quels messages veut-on faire passer à travers ce baromètre et ces symboles ?

Sans même avoir à entrer dans les détails des mesures, que nous risquons de mettre plusieurs semaines à déchiffrer, à analyser et finalement à ne pas comprendre, ce qui nous a immédiatement choqué ce sont les couleurs utilisées.

Et il est où le vert ? Terminé ? Disparu ? Quand la situation est sous contrôle ? Que les lits d’hôpitaux sont vides de patients covid, ce n’est plus vert ?  Pourquoi ? Il n'y avait plus cette couleur en stock ? Réfléchissons deux minutes sur la symbolique du choix des couleurs :

Imaginez que vous êtes en voiture, vous arrivez à un feu tricolore, il est rouge. Vous vous arrêtez, le feu change de couleur, il ne passe pas au vert mais à la place, il passe au jaune. Quelle est votre première pensée ? Démarrer en trombe ? Ou regarder de chaque coté du carrefour si les autres véhicules s’arrêtent ? Avant de finalement pouvoir vous élancer. Le jaune est donc une incitation à la prudence. Même si il n’y a aucun danger !

En faisant disparaître le vert, cela signifie aussi que même sans danger, il n’y aura plus de retour à la normale...  Jamais. Cela permet ainsi de prolonger le climat anxiogène… Le bout du chemin ne sera donc jamais vert... mais jaune. Plus d'espoir, c'est donc bien confirmé ! Supprimer ainsi l'espoir de ce « baromètre », n'est il pas déjà le constat d'un échec ? Que sont devenues les promesses de retour à la vie d'avant grâce à la vaccination ? Où sont elles ? Oubliées ? Mais dans quels intérêts ?

La "pression accrue", en code orange, est sans réelle base scientifique, avec les départs des soignants, les fermetures de lits, la pression est accrue tout le temps, hiver comme été, demandez-le à un médecin (de plateau ou de métier), il vous le dira.

Le rouge signifie que la situation est en "risque de surcharge"..., mais, en période hivernale, les hôpitaux sont depuis des années en surcharge... Chaque hiver, vous voyez des reportages sur des hôpitaux obligés de transférer des patients, vous voyez des images de brancards dans les couloirs…  « En Janvier 2015, on a compté jusqu’à 2600 décès par semaine ». Des décès dus à différentes infections, mais dans lesquelles la grippe a été un facteur aggravant, les hôpitaux débordaient donc, pourtant le « baromètre » de la grippe était au vert. Janvier 2022, nous sommes à environ 170 décès par semaine attribués au COVID-19, mais le « baromètre » corona vire au rouge ! Vous comprenez la différence vous ?

Il s'agit plutôt d'un baromètre marketing, sans véritables critères, ni limites, et surtout sans perspectives de retour à la normale...  Véritable système de psychologie de la peur, une « terrorisation » de la population injectée par l’État pour nous maintenir sous pression.

De quoi rendre dingue ? Non ?

D'ailleurs, c'est expliqué comme cela, ils vont prendre en compte la santé mentale des gens... Avec ces trois couleurs, jaune, orange et rouge, c'est certain que ça projette de l'espoir et que la santé mentale va s'améliorer !

Ce baromètre a été créé comme un nouvel outil incitatif à la vaccination... La situation anxiogène ne pouvant que finalement perdurer, la seule et unique réponse des institutions belges sera donc de se faire vacciner (3 doses, puis 4, puis 5...) pour éviter les contraintes supplémentaires... 

Nous voilà donc de nouveau dans le système de la carotte et du bâton, mais cette fois, la carotte en moins, pas vraiment besoin d'être expert pour comprendre cela...

Les collectifs citoyens (*) ALPHA Citizens, Les Belges se réveillent, ZONE LIBRE, Bon Sens Belgique, Belgium United For Freedom, Responsible Rebels, Indépendants Citoyens,

(*) Ces collectifs citoyens se sont unis pour sortir de la pensée unique qui semble prévaloir depuis le début de cette crise du covid où tout débat public a été écarté. Ils ont pour intention d'informer les citoyens sur toutes les données qui ne sont pas publiées par les grands médias, et d'interpeller ces derniers pour ramener des débats dignes de ce nom dans la sphère publique.


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM  !

Lien vers la lettre:
Lettre ouverte aux députés

Photo : BAM!


 

"Nous avons reçu, par mail, de nombreux témoignages décrivant les arrestations de citoyens venus manifester au Cinquantenaire le 23 janvier dernier. Certains ont été embarqués, privés de liberté pendant 5 heures, puis libérés, sans avoir signé le moindre papier administratif.
Nous avons décidé d'en publier un, sous forme de tribune anonyme."


BXL 23.01.22

J'écris de ma cellule. Mon délit ? Ça dépend pour qui. Pour le policier, refus d'obéir aux ordres d'évacuation du Cinquantenaire. Selon moi, c'est défendre la liberté !

Je n'étais pas seule aujourd'hui, c'est la raison pour laquelle je vais manifester, me sentir moins seule, pour sortir ma colère car quand je suis là-bas, je n'ai plus de doute sur la pertinence de mon combat et ça me fait du bien. Aujourd'hui, c'était différent...

J'ai été encerclée par la police au Cinquantenaire vers 15h45. Comme la masse de gens encore présents, on a fui à l'approche des autopompes, je ne sais pas pourquoi ni comment, on n'a rien vu venir, nous nous sommes fait encercler par des policiers arborant la tenue de Robocop. Maintenus près de 3h sur place sans aucune rébellion, ils venaient nous chercher de manière ciblée, un par un.

A mon tour, je suis emmenée derrière les combis et fouillée, les poches seulement. J'ai d'ailleurs dû y laisser ton Opinel Papou, ça me fait mal mais ils ne l'emporteront pas au paradis tu sais. La dame en bleu m'a dit que certains l'emportaient en manif pour faire des dégâts. Des gens comme moi, lui ai-je demandé ? S'est-elle sentie prise à son propre jeu, plongée pour une fraction de seconde dans ses contradictions, elle n'a rien répondu. Trois colsons seront utiles, un portant un numéro, deux pour me menotter dans le dos. Voilà, on y est, je suis arrêtée. Une première ! Première aussi assise par terre, un poteau entre les jambes pendant 30 minutes. Ils font des files de 12 personnes. Ils ne voulaient certainement pas qu'on les accuse de discrimination, les filles ont été les premières assises et les dernières embarquées. L'agent de police qui m'accompagne vers mon carrosse à lumière bleue m'explique qu'il n'a pas d'enfant. Je lui réponds que j'espère qu'il n'en n'aura pas car ça va être difficile pour lui de leur expliquer ce qu'il a fait pour préserver leur liberté. Il me répondra qu'il n'a fait qu'obéir aux ordres... Les nazis qui ne faisaient qu'ouvrir les portes des camps aussi...

Dans mon taxi m'emmenant vers le lieu sécurisé qui m'empêchera de porter atteinte à la sécurité des gens, je suis encore plus en colère... Très en colère. Je me surprends à dégueuler mes profs de français et de littérature, qui en me faisant découvrir Sénèque, Camus, Sartre et bien trop d'autres, m'ont donné cette horrible conviction que le combat pour la liberté et le respect de chacun était un devoir et devait être poursuivi. Et puis merde, je travaille déjà 38h semaine pour soutenir la liberté de chacun, qu'est-ce que je fous ici ? Je ressens aussi un tsunami de haine pour tous les PRO mesures covid, pour ceux qui ont espéré que j'attrape un covid grave, mon médecin qui m'a souhaité de perdre quelqu'un de cher, ceux qui n'ont plus voulu me voir parce que j'étais un danger, ceux qui vouent un culte au JT de RTL, les petits chefs qui profitent de cette crise pour vaincre leur frustration en asseyant leur pouvoir, pour ceux qui m'ont traitée d'emmerdeuse alors que je citais un texte de loi, ceux qui trouvent ça normal que je n'aie plus le droit de pratiquer mon sport ou d'aller au resto, ceux qui ne sont pas pour le CST mais qui le contrôlent quand-même car "tu comprends, il faut bien que quelqu'un le fasse, si c'est pas moi, ça sera un autre", ces flics qui obéissent aux ordres alors que je me bats pour la liberté de leurs enfants. Je les dégueule tous du plus profond de mes tripes ! Aujourd'hui, qu'ils ne croisent pas ma route, ils pourraient payer la violence que je contiens depuis 4h. Mon regard se lève alors sur mes co-détenues...

La plus jeune écrit sur les murs des messages de liberté, une autre est installée comme si elle était rodée à la situation, d'autres embêtent gentiment les flics en demandant de l'eau et des gaufres, d'autres chantent et dansent... Un tel spectacle impose à mes pensées de haine envers ceux qui ne pensent pas comme moi de se calmer. Penser du mal des gens, ce n'est pas moi, ce n'est pas mon combat, c'est de l'émotionnel, c'est tout ce que je vomis ! Je m'octroie juste un instant ce droit quand-même, merde, je suis encore plus privée de liberté là ! Désolée de me laisser aller à penser ça mais juste aujourd'hui, foutez-moi la paix ! Demain ça ira certainement mieux, je reprendrai l'armure et les armes, forte de mes convictions, je répondrai sans jugement à vos croyances, en vous invitant à l'esprit critique. Mais pas là, plus maintenant après 5h de privation de liberté sans manger, sans pisser ! Société de merde !

On repassera pour l'organisation, les policiers sont obligés de regarder notre numéro sur notre poignet pour savoir d'où on vient car il ne faut pas mélanger les bus. Confusion cellule 8, cellule 9 ? Démenottées par erreur avant d'entrer en cellule, ils ne nous ont pas fait l'affront de les remettre. On entendait beaucoup de policiers demander à leurs collègues si des nouvelles recrues étaient présentes. Etions-nous dans un exercice grandeur nature pour des policiers récemment plongés dans cette mascarade ? Au vu des aberrations vécues au niveau organisationnel, ça prendrait sens. Et puis, pourquoi dire 60 arrestations administratives dans les médias ? Nous étions beaucoup plus! Par contre, combien de casseurs arrêtés, combien de flics sauvés des heurts par les renforts... ? Peut-être parce que minimum 50 flics ont été mobilisés pour nous encercler pendant 3h sans compter tous les autres pour organiser le tralala d'après. Résultat ? En cellule avec GSM, clopes, même pas fouillées de manière plus intrusive. Nos cartes d'identité demandées à la sortie de cellule ne sont même pas scannées, juste nos noms et prénoms copiés sur des feuilles volantes... Mais est-ce vraiment une arrestation administrative ? Nous n'avons signé aucun document. On ressent fort le danger que nous représentions ! 20h45, notre carrosse nous dépose à Maelbeek et je retrouve enfin ma liberté relative.

Il me plaît de voir des messages quand je prends la direction qui me convient... Après enfin avoir retrouvé les co-manifestants masculins (redéposés à 21h15 à un endroit différent du nôtre, évidemment !), on a tenté le resto... Ah oui on avait faim ! Et vous savez quoi ? Dans ce resto, on est accueilli sans masque et on ne demande pas de CST. A cette serveuse, arborant un joli sourire sans masque : merci, tu as été ma lueur ! Grâce à toi, mon combat a encore gagné en conviction. Ce soir, je l'entends déjà se réveiller !


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Samedi 29 janvier 2022, des intellectuels italiens s'étaient déplacés jusqu'à Paris afin de rencontrer des acteurs de l'opposition française à cette gestion de crise sanitaire transformée en crise sociale et politique.

J’ai eu le plaisir et l’honneur d’être convié à cette réunion à laquelle j’ai assisté et participé en tant qu’intervenant francophone belge.

Mon intervention s’inscrivait dans le thème de l’après-midi « stratégies d'action » et avait pour sujet délicat « l’usage de la violence légitime comme réponse possible aux abus de la violence légale exercée par le biopouvoir ».

Le temps réservé à chaque intervention ayant été réduit à 5 minutes, il était bien évidemment inenvisageable de développer ce sujet, aussi me suis-je limité à lancer quelques idées cruciales qui me semblaient nécessaires d’approfondir. Mon intervention fut donc une invitation à l’élaboration d’un débat sur ce thème en nourrissant l’espoir de pouvoir aboutir à un consensus minimum sur la validité de ce concept.

J’ai donc décidé de prolonger cette intervention par ce présent texte qui permettra je l’espère et je le souhaite, de développer un peu une ébauche de ce thème difficile à évoquer aujourd’hui sans être immédiatement accusé d’inciter à la violence, accusation dont je me défends ici de manière préventive, car il n’est pas question d’incitation, mais de réflexions et de débats.

Ma démarche est celle d’un intellectuel, philosophe, psychanalyste, qui aimerait analyser et « penser » ce qui me semble relever de l’impensé et de l’impensable en dépassant cet horizon politique indépassable de la violence légitime dont la seule évocation semble relever du sacrilège du politiquement correct et de la pensée convenue.

La question qui se pose donc aujourd’hui, à contrecourant de la doxa dominante pour moi après deux années de régime sanitaire autoritaire liberticide est de savoir si le recours à la violence légitime peut constituer une réponse acceptable et pertinente aux abus de la violence légale détenue par le biopouvoir et qui s’est exprimée depuis deux ans sous plusieurs formes :
- violence émotionnelle, symbolique, judiciaire, économique, administrative, médicale, psychologique, policière.

Face aux déclinaisons de ces violences exercées par le biopouvoir, de nombreuses manifestations pacifiques ont eu lieu et se produisent encore chaque semaine, ainsi que des actes de désobéissance civile mais sans véritablement faire reculer le biopouvoir, le rapport de force étant en faveur de ce dernier encore et toujours conforté par une très large majorité d’adhérents aux mesures contraignantes et liberticides grâce au formatage et à la fabrique de l’opinion et du consentement (non éclairé) par les médias de masse et aidés par la soumission à l’autorité et par les tendances conformistes structurelles à l’espèce humaine (Théorie mimétique de René Girard, psychologie des foules de Gustave Le Bon, expérience de Hash et expérience de Milgram).

Peut-on dès lors envisager l’usage de formes de violence légitime pour rétablir le rapport de force et restaurer les droits et les libertés abolies et confisquées au nom de l’impératif de bonne santé définit par le biopouvoir, la santé étant un bien et pas une valeur contrairement à ce que raconte et prétend le récit du régime par l’intermédiaire de la propagande quotidienne et de sa novlangue hygiéniste et sanitaire, la LQR sanitaire, la « Lingua Quintae Respublicae » remarquablement développée par Eric Hazan dans La propagande au quotidien en 2006, la « langue républicaine » étant associée à la LTI (Lingua Tertii Imperii) du philologue Victor Klemperer, un décryptage de la novlangue nazie utilisé comme moyen de propagande et publié en 1947.

Peut-on être légitimement hors la loi et en assumer les conséquences ?
La violence légitime peut-elle se concevoir comme une légitime défense contre ces abus et se justifier au nom de la légitime défense ?

Depuis l’avènement de la démocratie parlementaire au 17e siècle avec la Révolution anglaise puis plus tard par la Révolution française, l’usage de la violence légitime a été relégué au rang du tabou et de l’interdit par l’instauration du contrat social (Hobbes, Locke, Rousseau).
Ce concept s’est depuis figé tout au long de l’histoire et plus particulièrement à la suite des deux dernières guerres mondiales. L’idée d’insurrection populaire légitime est ainsi devenue un gros mot que seuls quelques rares intellectuels osent encore prononcer (le sociologue Michel Maffesoli notamment avec l’ère des soulèvements).
La violence comme la mort sont d’ailleurs les deux grands tabous de notre civilisation occidentale et ce n’est pas un hasard, l’une et l’autre étant reliées par des liens symboliques et émotionnels articulés autour de la peur, cette peur qui nous gouverne depuis le début de la pandémie.

Nous avons peur de la mort comme nous avons peur de la violence, car nous avons peur de la violence de la mort qui met un terme à la vie et nous avons peur de la violence qui déchaîne les pulsions primaires qui peuvent engendrer la mort.
Il s’agit d’une boucle rétroactive. Les deux sont donc intimement liés dans notre psychisme et demeurent des impensés dans notre société qui préfère éviter le sujet par peur de ce qu’il pourrait révéler et déclencher. Bref la peur gouverne souverainement et totalement, c’est le triomphe de Thanatos sur Eros battu en brèche et obligé de se défendre, de se cacher et de s’exprimer sous d’autres formes.
Profondément marqué par le climat de guerre civile lors de la première Révolution anglaise, Thomas Hobbes développe en 1651, dans son Léviathan, l'idée selon laquelle les hommes, à l'état de nature, cherchent uniquement à survivre et ne pensent qu'à une chose : défendre leurs intérêts personnels. Afin d'éviter que se réalise la maxime « l'homme est un loup pour l'homme », il lui apparaît à l’époque nécessaire qu'une instance supérieure soit chargée de pacifier la société, et même par la violence s'il le faut.
Cette violence est alors acceptée sous forme d'un contrat social par les individus et elle est gérée par l'État qui s’arroge le monopole de la violence légale et légitime exercée par la police au service du pouvoir judiciaire.

Hobbes définit l'état de nature comme une « bellum omnium contra omnes », c'est-à-dire une guerre de chacun contre tous.
Parce que cet état de nature est problématique pour les individus, qui ne peuvent sécuriser leur propriété, leur vie, leur descendance, et ne peuvent se consacrer efficacement à leur travail, un Léviathan est créé par contrat. Les individus se réunissent en assemblée et décident d’aliéner leurs libertés individuelles et de confier à l’État la mission de la sécurité de tous.
Le Léviathan de Hobbes tire son titre du monstre biblique évoqué dans le livre de Job, il représente le corps de l'État souverain formé par les individus qui le composent.
Cependant, Hobbes prévoit aussi un droit de résistance aux abus de l’État, lorsque ce dernier met en péril la vie de ses sujets. La préservation de la vie peut donc être invoquée comme principe supérieur à la valeur du contrat puisque c’est pour sa sauvegarde que l’État a été instauré.

Le concept du contrat social a ensuite été développé plus tard par John Locke et Jean-Jacques Rousseau en introduisant deux différences importantes et fondamentales. Alors que pour Hobbes la logique dans laquelle s’inscrit le pacte est sécuritaire (préserver la sécurité en rompant avec l’état de nature, guerre de tous contre tous), pour Locke il s’agit de garantir les droits naturels, vies, libertés et propriétés privées (logique libérale).

Enfin pour Rousseau le contrat social a pour but de rendre le peuple souverain, et de l’engager à abandonner son intérêt personnel pour suivre l’intérêt général et instaurer la liberté et l'égalité (Volonté générale, logique démocratique).
Cependant, Rousseau introduit également une réserve à cette doctrine, à savoir que les individus ne doivent jamais se dessaisir de leurs droits fondamentaux.

Or, lorsque les individus sont dépossédés de leurs droits fondamentaux, circuler, travailler, se soigner, que leur reste-il lorsque le droit lui-même n’est plus respecté et que la justice refuse de reconnaître leurs plaintes légitimes ?
En France l’État a rejeté plus de 20.000 plaintes jugées non recevables.
En moins de deux ans, en France comme en Belgique, la rupture du contrat social traditionnel a accouché d’un nouveau contrat social de type vaccinal et d’un apartheid sanitaire produisant une dégradation et un déclassement de la notion de citoyenneté. Et ceci par la promulgation de nouvelles lois instaurant un régime sanitaire liberticide et anticonstitutionnel, et ce malgré l’aval et les contorsions sémantiques élaborées par le Conseil Constitutionnel en France ou encore celles rendues par les arrêts du Conseil d’État en Belgique mais qui ne remettent pour autant nullement en cause la nature profonde du régime en place.

On pense alors ici à Blaise Pascal qui écrivait "La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste."

Ou encore à Otto von Bismark à qui l’on attribue d’avoir dit « la force prime le droit » estimant que le pouvoir exécutif, détenteur de la force, se devait d’aller de l’avant lorsque les débats au sein du pouvoir législatif, supposés dire le droit, ne débouchaient sur rien.

La force doit-elle alors primer sur le droit lorsque ce dernier n’est plus appliqué voire lorsqu’il est violé ou lorsque la loi n’est soit plus légitime soit plus respectée ?
Et cette force peut-elle s’exprimer et s’exercer par une forme de violence devenue légitime par non-respect des droits élémentaires et fondamentaux ?
La légitime défense comme dernier recours peut-elle être un argument d’autorité légitime dans l’exercice d’une certaine forme de violence acceptable et proportionnée aux dommages occasionnés ?

On voit ici combien les arguments et les principes qui sous-tendent le contrat social classique tel qu’il a été conçu et élaboré entre le 17e et le 18e siècle se sont évaporés avec les régimes d’urgence sanitaire mis en place et dont le caractère temporaire n’est absolument pas garanti : la préservation de la vie chez Locke et la mise à mal de la devise républicaine dont Rousseau est un des inspirateurs, liberté, égalité et plus tard, fraternité.

En réalité et d’une manière générale, il faut bien comprendre que lorsque la loi n’indique plus son sens, sa direction, et qu’elle est donc devenue littéralement insensée, elle devient illégitime aux yeux de certains individus citoyens qui ne la respectent plus, ne la reconnaissent plus et commencent à la contester par tous les moyens légaux et pacifiques dans un premier temps.

À cet égard, il faut aussi rappeler que la loi n’est pas le gibet et que le droit a toujours distingué la loi positive qui porte le sens et la sanction, la peine. Ainsi, la confusion et l’amalgame entre la Loi et la loi pénale deviennent préjudiciables pour la légitimité et le respect de la loi elle-même et dégradent l’esprit qui l’anime depuis sa conception (Montesquieu, l’Esprit des lois).

Par conséquent, une loi qui perd sa légitimité devient peu à peu illégitime, non respectable, car n’incarnant plus ni sens, ni direction, ni autorité, elle invite alors à la transgression et produit une délinquance d’acquisition en criminalisant les individus transgresseurs. En témoignent les innombrables certificats sanitaires acquis illégalement ainsi que les faux en usage.

On le voit, les lois du régime sanitaire actuel peuvent ne plus être considérées comme légitimes, même si elles demeurent légales et le régime légal peut alors apparaître comme illégitime et contestable pour certaines personnes.

C’est toute la différence de registre qui s’exprime ici entre la légalité et la légitimité, un régime, une loi peut demeurer légal et devenir illégitime et c’est dans cette brèche que peuvent se manifester des actes de violence qualifiés de légitimes par leurs auteurs et réprimés par la violence du pouvoir qui en détient le monopole légal. Il existe une continuité entre la légalité et la légitimité, les deux coexistent harmonieusement jusqu’à ce que la légitimité s’évapore dans les vapeurs du non-sens et des abus. Toute perte de bon sens met en péril ce lien et tout abus engendre tôt ou tard une réaction de rejet.

Si le pouvoir tire forcément sa légitimité à partir de sa légalité obtenue par les urnes, il peut donc aussi la perdre. Car la légitimité d’un régime se rapporte aux lois, mais aussi à la morale à l’éthique et à la raison, ce que le biopouvoir actuel semble oublier voire ignorer.
La Loi est avant tout une institution symbolique comme le langage avant d’être une institution judiciaire. L’oublier revient à négliger l’ordre symbolique qui nous distingue des animaux et qui est à l’origine de ce que l’on appelle la « civilisation ».

Face à cette impuissance à se faire entendre à l’ère de l’individu dépossédé de sa faculté de réagir avec violence au nom du contrat social, les tensions s’accumulent un peu partout en Europe au risque de déclencher des actes de violence légale du biopouvoir (Tirs à balles réelles en Hollande) en réponse à d’autres actes de violence considérés comme légitimes par leurs auteurs, les uns et les autres se répondant en miroir selon la violence mimétique bien décrite par René Girard (la violence et le sacré, le bouc émissaire).

Les lois de la thermodynamique s’appliquent ici avec toute la force de la nature qui les a produites. Rien ne se perd tout se conserve et la tendance naturelle de l’univers à l’entropie peut se vérifier à chaque instant de la vie quotidienne. Ce n’est pas la permanence qui règne, mais bien l’impermanence. De même toute action engendre une réaction.

Néanmoins, le pacifisme, qui est l’expression actuelle de la volonté générale du respect du contrat social qui entend observer la non-violence jadis acquise en renonçant à la violence individuelle et collective au prix d’une limitation de la liberté, accepte majoritairement de laisser au pouvoir son monopole de la violence légale en échange d’une sécurité et du maintien de l’ordre.

Il existe un large consensus dans la population à cet égard. Les manifestations non violentes et les condamnations unanimes de la violence lorsqu’elle se manifeste, sont précisément le reflet de l’attachement profond des populations à la paix civile garantie par le respect du contrat social.

Or depuis que le contrat social a changé de nature et qu’il est à présent conditionné et subordonné à un passe vaccinal ou sanitaire, c’est un sentiment de trahison qui s’est emparé d’une partie de la population.
Ce changement de norme anthroposociale imposé plus par la force que par la concertation du débat démocratique a induit une rupture dans le registre que les juristes appellent l’aspect synallagmatique d’un contrat.
En droit, un contrat synallagmatique (du grec ancien « συνάλλαγμα » c'est-à-dire synallagma ou sunállagma , signifiant « mise en relation » ou « échange mutuel ») est une convention par laquelle les parties s'obligent réciproquement l'une envers l'autre. Cette rupture est de nature à ouvrir la voie de la violence légitime et débridée, surtout lorsque le recours à la justice devient inopérant.

En outre, le dogme de l’interdit qui frappe toute violence non légale (en ce compris la légitime défense lorsqu’elle n’est pas prouvée) incite les forces de l’ordre à organiser elles-mêmes des opérations violentes sous fausse bannière organisée par le biopouvoir afin de discréditer et de disqualifier les mouvements d’opposition et ainsi justifier la répression (comme ce fut le cas lors de la dernière manifestation à Bruxelles avec de nombreuses preuves accablantes, ou encore à Paris pendant la période des gilets jaunes).
L’opération est archi connue et tire son origine au 16e siècle dans le monde naval de la piraterie (false flag operation).
Les opérations sous fausse bannière ou sous faux pavillon (parfois désignées « sous faux drapeau », calque de l'anglais false flag) sont des actions menées avec utilisation des marques de reconnaissance de l'ennemi et sont régulièrement utilisées par les polices de nombreux états qui abusent de leur monopole de la violence légale afin de conforter la légitimité de leurs décisions.

Il devient donc nécessaire d’examiner et d’oser penser l’usage de la violence légitime en convoquant la philosophie politique et la philosophie du droit, mais aussi le droit lui-même, l’anthropologie la sociologie, la psychanalyse, la psychologie des foules et des masses, afin de déterminer des actions pertinentes audibles et acceptables.
Toute la difficulté se trouve à cet endroit, déconstruire le tabou de la violence et construire un narratif de la violence légitime acceptable pour le plus grand nombre.

La violence n’est pas nécessairement synonyme de blessures, de dégâts corporels ou physiques ou de crimes, elle n’est par conséquent pas nécessairement négative.

Il faut revenir aux origines du mot pour rétablir son sens premier et profond, la violence provient du latin violentia « force (du vent), ardeur (du soleil), rigueur (de l’hiver), violence (de caractère), fougue, emportement »), le mot est dérivé de violens (« violent »), lui-même dérivé de vis (« vigueur, force »).

C’est donc la force et la vigueur qu’il faudrait exprimer avec fougue et ardeur dans des actions pertinentes et intelligentes (comme le mouvement des camionneurs au Canada) afin de rétablir le rapport de force entre la population et le pouvoir sensé la représenter et dont la mission est de garantir la sécurité, mais aussi la liberté, la vie, l’égalité et le sens de l’existence.

Et arriver ainsi à se faire entendre et à restaurer les droits et les libertés.

Il y va de notre intégrité et de notre dignité, c’est à la fois une question existentielle, politique, ontologique éthique et même métaphysique et spirituelle par laquelle l’être est convoqué à se positionner en tant que conscience autonome et responsable dans un rapport à autrui (mitsein heideggerien) que lui seul est autorisé à définir et à établir.

Le rôle de l’état n’est pas de définir les modalités de ce rapport à l’autre, aux choses et aux services, par un marquage conditionnel obligatoire indiquant une bonne santé définie par le biopouvoir. « La science ne pense pas », disait le grand philosophe allemand Martin Heidegger, malheureusement adhérent au parti nazi, mais demeurant malgré tout un des plus grands penseurs du 20e siècle.

Nous avons été chosifiés, réifiés, et nous devons restaurer notre être dans sa dignité et son intégrité.

Nous ne sommes définitivement pas des EBTN (entités biologiques terrestres numériques) nous sommes des êtres spirituels faisant une expérience humaine selon la célèbre formule de Pierre Teilhard de Chardin.
Il nous appartient donc de restaurer cette dimension qui nous distingue des machines et des animaux avec lesquels nous entretenons des liens étroits et de retrouver notre autonomie (auto nomos, faculté de se donner ses propres normes, principes, règles et valeurs) afin de reprendre notre destin en main.

Peut-être au prix et au coût de franchir le seuil de la limite qui sépare le logos, fut-il violent, de la praxis d’une violence subtile et intelligente dont la légitimité reste à construire et à définir dans le respect de l’esprit des lois du régime démocratique, le moins mauvais selon l’expression de Sir Winston Churchill.

© Michel Rosenzweig.


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Source photo : https://www.facebook.com/photo/?fbid=312961530860255&set=a.105139544975789

Je vais laisser à d'autres le soin de répondre aux diverses affirmations très discutables qui ne me concernent pas dans cette carte blanche et me focaliser ici sur les arguments plus spécifiques autour de ce que nous pourrions appeler: des attaques ad-hominem.

Commençons par celle-ci: 

• “ Si le chercheur s'exprime directement, il doit spécifier si c'est à titre personnel ou institutionnel ”.

J'ai bien indiqué publiquement sur le réseau linkedin sous un post concernant ma vidéo BAM, la phrase suivante: “ ... je m'exprime ici à titre personnel et aucunement au nom de l'Uliège ...”. [1]
Par défaut, j'ai tendance à considérer que seules les autorités d'une institution peuvent engager l'institution elle-même, mais pour ôter tout doute, je précise que je m’exprime bien dans ce texte-ci à titre personnel. Cependant, j’ai constaté que plusieurs signataires de la carte blanche ont été interviewés à la télévision sans jamais préciser s’exprimer à titre personnel. Par ailleurs ces signataires** n'ont nulle part spécifié dans leur propre texte qu’ils s’expriment en leurs noms propres. Au vu de l'argumentation très limpide qu’ils ont formulée sur ce sujet, devrait-on supposer que cette carte blanche est rédigée au nom de l'Université de Namur et de l'Université Libre de Bruxelles?  Ou bien est-ce que les auteurs trouvent que les règles de déontologie ne s’appliquent qu’aux autres? 

• “ Il doit également distinguer clairement ce qui appartient au domaine de son expertise scientifique ”

Mes domaines et mon parcours (les deux étant fortement interconnectés) furent clairement spécifiés dans chacune de mes allocutions.

• “ Dans son interview à BAM et sa vidéo personnelle, Meyer évoque son expérience de recherche au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) ainsi que son affiliation à l'ULiège afin d'asseoir sa qualité de scientifique ”.

J'ai du mal à comprendre la fin de cette phrase:  sommes-nous censés étaler nos domaines de recherche mais par contre omettre nos parcours?  N'y a-t-il pas quelques contradictions dans cette demande de fournir des informations incomplètes aux spectateurs? 

• “ Il cherche plus vraisemblablement, comme le suggère sa conclusion lors de son interview : “ Je suis pas certain que, avec 100% de vaccinés, on est encore en démocratie", à influencer les débats en cours sur la vaccination obligatoire. ”

Ce n'est pas du tout la conclusion, les auteurs ont peut-être arrêté le visionnage de l’interview avant la fin?  Il reste pourtant presque 20% de l’interview après cette phrase.
Pour ce qui est du procès d'intention, je ne le nie pas du tout. Je l'ai dit explicitement dans ma vidéo preprint [2], je l'ai aussi indiqué très clairement dans la conclusion de ma lettre ouverte à Thibault Fiolet [3]. Je revendique haut et fort être un défenseur du principe de précaution et donc de facto de la liberté vaccinale de chacun. Comment défendre une société dans laquelle un état aurait le droit d'imposer à ses citoyens (par décret ou même par limitation des libertés) une injection
a) qu'aucun académique du domaine public ne peut reproduire,
b) qu'aucun académique du domaine public n'est à même de confirmer la balance coût-bénéfice sur ses propres concitoyens [4] et
c) avec un schéma vaccinal encore totalement inconnu (4 doses? )...
Les travers potentiels de ce modèle de société que les adeptes de l’obligation vaccinale défendent me semblent en effet assez inquiétants.
Quoi qu'il en soit, mon biais personnel n'a pas de réel impact sur les données que j'analyse et qui sont publiques. J'observe une surmortalité factuelle et particulièrement difficile à expliquer dans certaines tranches d'âges. Contrairement aux modèles, aux codes source et aux données utilisés pour inciter la vaccination des enfants, mon approche, elle, est totalement transparente et reproductible par tous. Si vraiment il y a un quelconque biais statistique, il faut l’indiquer avec la précision scientifique minimale requise dans un échange scientifique. J’avais déjà fait cette demande explicite à d’autres [3].

• “ ...[il] prétend avoir démontré, en analysant les données... ” 

Ah non je n’ai jamais prétendu démontrer quoi que ce soit. Les auteurs doivent prouver cette affirmation. L’information est parfaitement vérifiable en visionnant chacune de mes allocutions.

• “ Il n'hésite cependant pas à présenter un travail (i) non validé par les pairs ” ... “ La crise du Covid-19 a généralisé une communication scientifique d'urgence par les médias, qui a fait la part belle aux travaux scientifiques en prépublication, non encore validés. Cette pratique, inévitable en période de crise, exige une mise en contexte prudente des résultats. L'absence de validation et les limites du travail doivent être clairement expliquées au public. ”

Oui c'est un preprint. C'est très clairement répété dans chacune de mes communications. Les hypothèses sont toujours reconnues et spécifiées comme telles. Encore une fois, ne faudrait-il pas signaler avec exactitude la communication où j'aurais manqué de le préciser, avant d’écrire de telles phrases? 

• “ (ii) en rupture avec les nombreuses études cliniques de terrain déjà publiées dans des revues internationales,” 

Lesquelles?  D'un côté il y a celles que sont citées dans la carte blanche mais de l'autre il y a par exemple celles-ci [[5,6,7]]. C'est très troublant comme remarque, car quelle que soit ma position je serai de toute façon en rupture avec plusieurs études publiées.

• “ (iii) qui remet en question les conséquences de la politique sanitaire européenne contre la Covid-19, ” 

Laquelle?  Celle de la France ou bien celle de La Grande Bretagne, le Danemark, L'Irlande, La Roumanie, La Tchéquie et bien d'autres pays qui sont tous officiellement dans un processus de remise en question de leurs mesures restrictives?  Les auteurs semblent s’octroyer un droit de définir quel pays représente officiellement la politique sanitaire européenne... étrange.

• (iv) qui est susceptible d'affecter la santé publique en augmentant l'hésitation vaccinale.

Ou alors, d'obtenir que les données qui permettraient de rassurer tout le monde tombent enfin dans le domaine public. Ceci est en réalité la vraie conclusion de mon interview BAM [1].

• “ Ces dérives sont très inquiétantes car elles peuvent décrédibiliser l'ensemble des savoirs scientifiques. ” 

Le concept même de la pensée unique mène aussi à une dérive dangereuse. Pour un si grand groupe affilié à l'Université fondée sur le principe du Libre Examen, dont j’ai été moi-même administrateur pendant plus de 6 ans, il me paraît très étrange que ce danger (lié au monopole de cette pensée unique) ne soit pas traité avec beaucoup plus de délicatesse dans le texte.

• “ Patrick Meyer n'a pas respecté ces principes déontologiques ” 

Au vu de mes réponses à tous les commentaires plus haut, ceci ressemble à de la diffamation.

• “ La liberté académique garantit l'indépendance des recherches au sein des universités. Son but est d'empêcher le dévoiement ou la censure des recherches par une autorité politique ou religieuse. “ 

Je ne peux que saluer la politique des autorités de l'Université de Liège, qui a toujours affirmé son soutien au principe de la liberté de recherche et d'expression de son corps académique. J’ai la conviction, n’en déplaise aux auteurs, qu’elle sortira grandie de cette crise.

• “ Mais aujourd'hui, certains l'invoquent également pour légitimer une recherche politiquement militante et, comme l'a fait Didier Raoult, un rejet des normes méthodologiques de la science. ” 

Cette attaque me semble totalement inadéquate. Je ne suis pas certain non plus que les auteurs de cette carte blanche soient réellement les mieux placés pour juger des “ normes méthodologiques de la science ”…  je m’abstiendrai par politesse de commenter plus avant sur ce sujet.

• “ Il est bien démontré que l'efficacité des mesures de santé publique dépend en grande partie de leur acceptation par la population. ” 

Nous sommes d’accord, c'est pourquoi il faut impérativement relâcher les données brutes [4].

Venons en maintenant au coeur du problème:  nous disposons en informatique d'une méthode qui s'appelle un arbre de décision. Cette méthode consiste comme son nom l'indique à regarder les différentes branches qu'il y a derrière une décision en leur attribuant à chacune un coût.

1) Le vaccin a une balance bénéfice-risque favorable pour les jeunes. Somme toute, même si avoir tort n'est pas très amusant, je serai plutôt rassuré de m'être trompé car mon entourage bientôt triple dosé compte beaucoup à mes yeux. Par ailleurs, je n'aurai forcé personne ni dans un sens ni dans l'autre et j'aurai demandé à ce qu'on applique le principe de précaution en attendant que chacun confronte ses biais à la réalité des données brutes. Rien ici ne me fait rougir de honte, et encore moins au vu des risques de l’alternative suivante: 

2) La balance bénéfice-risque des jeunes est défavorable .

Après tout, des éléments troublants abondent dans ce sens: 

I) les différents articles déjà publiés qui dénoncent des chiffres anormaux dans les bases de données de pharmacovigilance ainsi que dans les études cliniques [5,6,7,8]
II) les différents preprints d'analyse de données de surmortalité, jusqu’à présent tous en forte concordance quant à leurs conclusions [9,10,11]
III) Le fait que plus de 80 scientifiques et professionnels de la santé de Grande-Bretagne exigent une enquête d'urgence suite à une surmortalité (toute cause) alarmante des jeunes "qui semble justement coïncider avec la campagne de vaccination" [12]

N'est-ce pas mon rôle d’académique d'intervenir avec rigueur si j’observe en toute honnêteté qu’il y a le moindre risque d’une mise en danger de nos jeunes concitoyens (et ce, que j’ai raison ou tort sur le fond)?  Ce que les auteurs appellent dans leur texte “désinformation”  ou encore “populisme” , d’autres parmi nous l'appellent “faire son devoir”.

Il ne fait aucun doute que les hypothèses de certains parmi nous sont nécessairement fausses. Heureusement il n’y a aucun besoin d’épiloguer pour savoir qui a raison ou tort, il n’y a pas besoin non plus de se lancer dans une bataille de citations, il existe une solution toute simple: obtenir que les données brutes de mortalité couplées au statut vaccinal (anonymisées) soient relâchées dans le domaine public [4] !  Il faut maintenant laisser les data scientists du monde entier faire leur travail. Il faut avoir le courage de confronter ses biais à la réalité et sortir tous ensemble avec la tête la plus haute possible de cette crise sanitaire qui n'a que trop divisé notre monde scientifique! 

Patrick Meyer

** Signataires de la carte blanche:  Eric Muraille, Nicolas Baeyens, Agnès Burniat, Anthony Cleve, Sabine Costagliola, Nicolas Dauby, Anabelle Decottignies, Alban de Kerchove d'Exaerde, Xavier De Tiege, Xavier Devroey, Stéphane de Wit, Bruno Dumas, Francesco, Genderini, Michèle Gérard, Jean-Christophe Goffard, Déborah Konopnicki, Alain Le Moine, Oberdan Leo, Agnès Libois, Charlotte Martin, Muriel Moser, Marie Christine Payen, Serge, Schiffmann, Benoit Vanderose, Luc Vanhamme, Laurence Van Melderen, Valerie Wittamer, Karim Zouaoui Boudjeltia


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

BIBLIOGRAPHIE

[1] Post linkedin:  https: //www.linkedin.com/posts/activity-6885725206028029952-w0sj
[2] video youtube preprint:  https: //youtu.be/eDSBcpCtORo
[3] Lettre Ouverte à Thibault Fiolet: 
http://www.bioinfo.uliege.be/meyer/covid/lettreOuverteFiolet.pdf
[4] Peter Doshi. (2022). Covid-19 vaccines and treatments:  we must have raw data, now. BMJ editorials.
[5] Classen, J. B. (2021). Us covid-19 vaccines proven to cause more harm than good based on pivotal clinical trial data analyzed using the proper scientific endpoint, "all cause severe morbidity". Trends in Internal Medicine.
[6] Kostoff, R. N., Calina, D., Kanduc, D., B.Briggs, M., Vlachoyiannopoulos, P., A.Svistunov, A., and Tsatsakis, A. (2021). Why are we vaccinating children against covid-19?  Toxicology Reports, 8: 1665–1684.
[7] Pantazatos, S. and Seligmann, H. (2021). Covid vaccination and age-stratified all-cause mortality risk. (Preprint October 2021)
[8] Seneff, S. and Nigh, G. (2021). Worse than the disease?  reviewing some possible unintended consequences of the mrna vaccines against covid-19. International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research.
[9] Neil, M. and Fenton, N. (2021). Latest statistics on england mortality data suggest systematic mis-categorisation of vaccine status and uncertain effectiveness of covid-19 vaccination. Preprint December 2021.
[10] Patrick E. Meyer. (2022) The impact of Covid-19 vaccines on all-cause mortality in EU in 2021:  A machine Learning perspective. (Preprint 02.01.2022)
[11] Christof Kuhbandner. (2022). Der Anstieg der Übersterblichkeit im zeitlichen Zusammenhang mit den COVID-Impfungen (Preprint:  21.01.2022)
[12] Open Letter to the MHRA Regarding Child Death Data https: //www.hartgroup.org/open-letter-to-the-mhra-regarding-child-death-data

Nos médias mainstream, comme traitement de la manifestation organisée dimanche, montrent les exactions des casseurs et les maladresses de nos forces de l’ordre. L’essentiel de l’action manifestée par des dizaines de milliers de très gentils (r)évolutionnaires n’est pas traité.

Bruxelles a eu la chance de recevoir des personnalités extraordinaires avec un retentissement mondial. N’importe quel rédacteur en chef se serait prostitué pour obtenir une interview. En Belgique, rien.

Organisé par Children's Health Defense Europe qui est une association présidée par l'avocat Robert F. Kennedy Jr, une star mondiale anticovid dont la mission est de protéger la santé des enfants contre les expositions dangereuses, de défendre leurs droits en matière de santé et leurs droits fondamentaux en général.

Children's Health Defense Europe avait organisé une présentation à Berlin le 29 août dernier. Là même où son oncle prononça l’illustrissime phrase : « Ich bin ein Berliner ». En 1963 et en pleine guerre froide. Là non plus. Aucun écho dans les médias mainstream.

Dimanche 23 janvier - 10 h du matin - Club de la Presse - A quelques mètres du centre névralgique de l’Union Européenne

Un panel de personnalités a pris la parole sans aucune caméra des médias traditionnels. Pas un journaliste mainstream. Tous les médias alternatifs y sont dont BAM!, bien entendu. Bruxelles y joue pourtant, et enfin, son rôle effectif de capitale de l’Europe.

Y étaient présents : Mary Holland, présidente et avocate générale de Children's Health Defense, Catherine Austin Fitts, présidente de Solari et membre directeur de Solari Investment Advisory Services, Vera Sharav, survivante de l'Holocauste, fondatrice et présidente de l'Alliance pour la protection de la recherche humaine (AHRP), Dr. Renate Holzeisen, avocate (Italie et UE), Dr. Nour de San, médecin (France), Dr. Maria Hubmer-Mogg, médecin (Allemagne), Dr. Astrid Stuckelberger, scientifique en santé internationale (Nations Unies, Commission européenne, gouvernements et secteur privé) et enseignante…

Mais surtout trois icônes de la révolte : Dr Christian Perronne, ancien vice-président du Groupe consultatif européen d'experts en vaccination de l’OMS, Dr Alexandra Henrion-Caude, généticienne française spécialisée dans la recherche sur l'ARN, ancienne directrice de recherche à l’INSERM et Dr. Reiner Fuellmich, avocat international (Allemagne, Californie/Etats-Unis).

Rien que la présence de ce dernier était un cadeau médiatique gigantesque. Eh bien non. Cela aurait été parfait, pourtant, de le confronter à ses détracteurs… Même la prise de parole au Cinquantenaire a été castrée par les confrontations entre les « men in Black » identifiés par Police/Politie d’un côté et North Face pour les jeunes.

Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Le déni est donc collectif et cela entraîne le magma mou des convaincus qui préfèrent ne rien savoir.

Si vous voulez poser directement la question aux rédacteurs des rédaction de La Libre Belgique (Dorian de Meeûs), Le Soir (Christophe Berti) ou L’Echo (Paul Gérard), le Cercle du Lac vous attend le mardi 1er février à partir de 18h30 [1].

Par Pietje Schramouille


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

[1] https://www.liberation.fr/checknews/2020/09/02/qui-est-robert-francis-kennedy-jr-star-mondiale-du-mouvement-anti-vaccin_1798286/

Photo : BAM!


Plus d'articles...