Où est ma chemise brune ?

© SMT alias Alain Schmidt

Les tribunes
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
ll est bien connu que tout intervenant public, et par conséquent tout présentateur de journal télévisé du service public et tout politique, pèse soigneusement ses mots.
Il doit prêter attention à son langage non verbal, qui peut trahir ses émotions, surtout quand celles-ci s’emballent. Un seul élément est contrôlable à 100 % : la tenue vestimentaire.

Dès lors, pour éviter tout impair, un dress code s’impose : costume noir, chemise blanche et cravate unie sobre, quand la cravate est de la partie. Pas de signes “extérieurs” comme la montre, susceptibles d’engendrer la polémique… Exception faite de GBL. Notre ex--Première ministre était un exemple de sobriété.

Steve Jobs portait toujours des New Balance dernier cri, un jean Levi’s et un t-shirt Sainte-Croix à haut col. Le lendemain des keynotes, on vendait plus de sneakers, de jeans et de t-shirts que de produits Apple. Depuis le décès de Jobs, le t-shirt culte est en rupture de stock. Zuckerberg, quant à lui, porte invariablement des t-shirts gris, ce qui lui a valu de devoir prouver, vidéo à l’appui, qu’il avait une collection de linge de corps car la toile lui reprochait de ne jamais se changer.

Dans le contexte anxiogène que nous connaissons actuellement, l’émotion est à son comble quand se tient la grande messe du Codeco. Nos dirigeants se doivent donc de peaufiner chaque détail, pour la pertinence du discours, et pour susciter l’adhésion.

Cependant, lors d’un Codeco de 2021, le ministre fédéral de la santé arborait une chemise brune… Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas, dit-on. Toutefois, les médias étaient unanimes sur ce point: les coups et les douleurs, cela se discute. Surtout quand cela rappelle d’horribles souvenirs d’une époque pénible de notre Histoire.

Que le même homme remette cette chemise lors de la dernière conférence Codeco tient de la provocation car il a théoriquement assez de mémoire pour se rappeler la levée de boucliers suscitée. Dans le cas contraire, son épouse, un collègue ou un membre de son cabinet avait le devoir de la lui rafraîchir.

Pour rappel, le brun, c’est la couleur de la misère, le pourrissement, l’appauvrissement, la médiocrité, et la merde… Les chemises brunes viennent du mot Braun, couleur inspirée de celle du pelage de l’ours. Animal mal aimé, car redouté au début du siècle dernier. Certes, mais quand il s’agit d’une chemise, cela évoque des heures sombres de notre Histoire. Au mieux, pas très opportun quand tant de voix s’élèvent pour dénoncer l’autoritarisme des gestionnaires de crise.

Sur le plan de la communication, un ministre n’est pas responsable de ce qu’il dit, plutôt de la manière dont ce qu’il dit est interprété. Quand le message est exacerbé par une couleur nauséabonde, ce n’est pas une faute de goût, c’est un acte violent empreint de cynisme et de manque d’empathie.

Vivement que les Snuls remettent le Soulagicon pour que chaque citoyen puisse virtuellement évacuer sa colère dans les « glawis » de ces dirigeants cyniques et machiavéliques. J’en arrive même à croire que leur masochisme va leur faire aimer la sanction.

On ne demande pas de la compassion mais un minimum de respect…

Pietje Schramouille, qui n’a pas de chemise brune


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Lien Soulagicon : https://www.youtube.com/watch?v=skl6MImdCvI

 

Soutenez BAM!, abonnez-vous