Le dollar risque de perdre son statut de monnaie de réserve mondiale

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

L’une des clés de la domination américaine sur l’économie mondiale est le statut de monnaie de réserve du dollar, qui offre de nombreux avantages aux Etats-Unis. Or, ce statut est remis en question depuis déjà plusieurs années. La crise ukrainienne accroit la pression sur le dollar. En effet, les Américains, en gelant les avoirs en dollar de la banque centrale russe, ont poussé les autres pays à « dédollariser » leurs réserves nationales. En Belgique francophone, la presse semble occulter l’information.

Dans un article du 4 avril 2022 de CNN Business, intitulé « Évolution des cours : le dollar est-il en danger ? » [1], les économistes interrogés, dont l’ancien gouverneur de la banque centrale indienne, expliquent très clairement et simplement le problème qui se profile actuellement pour le dollar : « Les États-Unis ont peut-être l'armée la plus puissante du monde, mais le dollar est leur meilleure arme. Aujourd'hui, après près de 80 ans de domination du dollar, celui-ci risque de perdre son statut de monnaie de réserve mondiale. »

Un privilège qui paie

Environ 60% des 12,800 milliards de dollars de réserves monétaires mondiales sont actuellement détenus en dollars, ce qui confère aux États-Unis « un privilège exorbitant par rapport aux autres pays ». Et ce privilège paie : parce que la dette publique américaine adossée au dollar est très attrayante, les taux d'intérêt sont plus bas. Les États-Unis empruntent à d'autres pays dans leur propre monnaie, « donc si le dollar américain perd de la valeur, la dette aussi ». Les entreprises américaines peuvent effectuer des transactions internationales en dollars sans avoir à payer de frais de change.

Peut-être plus important encore, dans des circonstances extrêmes, les États-Unis peuvent couper aux banques centrales du monde entier l'accès au dollar, isolant et drainant leurs économies. Raghuram Rajan, l'ancien gouverneur de la Banque de réserve de l'Inde appelle ce pouvoir une « arme économique de destruction massive ». 

Le dollar, une arme politique ?

Les États-Unis ont utilisé cette arme contre la Russie fin février après le début de l’intervention militaire en Ukraine de celle-ci, gelant pour 630 milliards de dollars de réserves de change pour tenter de saper la valeur du rouble. Cela a donné à l'Amérique la possibilité d’attaquer économiquement la Russie, sans impliquer les troupes américaines dans la guerre.

Mais avec un grand pouvoir vient une grande responsabilité : lorsque vous utilisez une arme de destruction massive, même économique, les gens sont effrayés. Pour se protéger du même sort que la Russie, d'autres pays diversifient leurs investissements, sortent du dollar américain et se tournent vers d'autres devises ». C'est pour cette raison que le statut de monnaie de réserve du dollar pourrait être remis en cause. « Transformer le dollar en arme politique », a déclaré Michael Hartnett, stratège de Bank of America, « pourrait conduire à son abandon en tant que monnaie de réserve ». La « balkanisation des systèmes financiers mondiaux » qui en résulterait « éroderait le rôle de l'Amérique », a-t-il ajouté.

Un effet négatif sur l’hégémonie du dollar

Dans un article d’Euronews, daté du 4 mai 2022 et intitulé « Le dollar est la plus puissante monnaie du monde, mais sa position est-elle menacée ? » [2], un professeur d’économie de l’université de Milan dit la même chose : « en février, la domination du dollar a permis aux États-Unis de déployer une arme économique puissante contre la Russie en représailles de son opération militaire en Ukraine ». Les États-Unis ont gelé les réserves de la Banque centrale de Russie, privant ainsi le pays d'environ la moitié d'un trésor de guerre d'une valeur de près de 630 milliards de dollars (598 milliards d'euros) - supprimant ainsi les moyens du pays de stabiliser sa monnaie en achetant des roubles avec des dollars sur les marchés des changes.

Certains avertissent cependant que cette mesure pourrait avoir un effet négatif sur l'hégémonie du dollar à l'avenir. Comme l'explique Luca Fantacci, historien de l'économie à l'Université de Milan, si un pays qui détient des dollars court le risque de se les faire saisir précisément au moment où ces dollars sont nécessaires pour faire face aux paiements étrangers ou soutenir sa monnaie, cela « incite non seulement la Russie, mais d'autres pays qui ont été frappés par des mesures similaires dans le passé à se diversifier et à déplacer leurs réserves dans d'autres zones monétaires ».

Omerta dans la presse belge

Il est pour le moins étonnant de lire dans la presse belge francophone, et en particulier dans les magazines économiques les plus réputés, des articles qui prétendent l’exact inverse, comme cette tribune intitulée « Roi vert et guerre par procuration » [3], parue le 12 mai 2022 dans Trends Tendances, sous la plume de son rédacteur en chef, Amid Faljaoui [4].

Les principaux indicateurs boursiers américains tels le Dow Jones et le Nasdaq ont pourtant perdu entre 20% et 30% de leur valeur depuis le début de l’intervention militaire russe en Ukraine [5][6]. Ce qui indique une situation tout de même assez catastrophique, puisque ces indicateurs représentent la moyenne des valeurs des plus grosses actions cotées aux bourses américaines. D’innombrables actions de moindre importance ont perdu encore plus, jusqu’à 40 à 60%. On peut facilement s’en rendre compte en allant lire soi-même l’évolution des cours [7][8][9].

 

Par Nicolas Mertens, journaliste citoyen chez BAM!


[1] https://edition.cnn.com/2022/04/03/investing/stocks-week-ahead/index.html

[2] https://www.euronews.com/next/2022/05/04/watch-the-us-dollar-is-the-mightiest-of-all-world-currencies-but-is-its-position-under-thr

[3] https://trends.levif.be/economie/magazine/roi-vert-et-guerre-par-procuration/article-normal-1556955.html

[4] https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/2020/01/28/la-double-casquette-genante-du-redac-chef-detrends-V2FZDZWZEVBWFMWVO2AHSAJZII/

[5] https://abcnews.go.com/US/wireStory/bear-market-hitting-wall-street-heres-means-84862892

[6] https://www.wsj.com/articles/global-stocks-markets-dow-update-06-13-2022-11655088638

[7] https://www.nasdaq.com/market-activity/index/comp

[8] https://www.nasdaq.com/market-activity/index/indu

[9] https://www.wsj.com/market-data/stocks/us/indexes

Source photo :
Image recadrée à partir de l'image originale de sundaemorning sur AdobeStock

Enlève 99.99% de mensonges