Concernant l'appel à la mobilisation du secteur culturel et à l'action collective du maintien des salles ouvertes.

Bravo pour le réveil de la profession, mais artistes et directeurs artistiques, profitez-en pour sortir du rôle du bon élève injustement puni.
Le professeur est incompétent, il faut le remplacer et refuser les règles qu'il a imposées.

Ceci est un billet d’humeur à destination des alarmistes qui donnent du sens à leur vie en menant une croisade au nom du « sanitairement correct ». Je l’écris à la suite d’un échange ayant eu lieu dans un groupe d’infirmiers et d’infirmières sur lequel on m’a demandé d’intervenir.

On a appris ce lundi que le journaliste Eric Boever avait subi une agression qui avait entrainé une courte hospitalisation, lors de la manifestation de ce dimanche 19.

Cet acte de violence hautement condamnable nous rappelle que les journalistes porteurs d’une mission d’information demeurent des cibles.

Deux années,
Deux années que nos libertés sont bafouées,
deux années que nos vies sont sous cloches,
qu’une partie d’entre nous essaie d’exister tant bien que mal dans une angoisse permanente, une colère et une incompréhension totale.

Cette question, quand on lit l’éditorial de Béatrice Delvaux* dans Le Soir du mercredi 8 décembre , on est en droit de se la poser. Cette ode presque lyrique au vaccin intervient à un moment précis, celui où la population belge découvre avec stupeur que les personnes vaccinées attrapent le covid, font des formes graves du covid, transmettent le covid et remplissent les hôpitaux.

Plus d'articles...