14
Dim, Aoû

Rapport officiel : les fermetures d’écoles ont-elles limité la propagation du covid ?

Santé
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

En Suède, le ministère de la santé publique a publié un rapport officiel étudiant l'impact des fermetures d'écoles sur la propagation du covid-19. Les conclusions en sont édifiantes : fermer les écoles n’a servi à rien. Pouvons-nous espérer des études comparables en Belgique et à l'OMS, pour évaluer en toute franchise l'efficacité des mesures « anti-covid » prises, souvent dans l'urgence, entre mars 2020 et maintenant ?

Les scientifiques travaillant pour l’agence suédoise de la santé publique ont étudié spécifiquement l'impact des fermetures d'école sur la propagation du covid-19. Pour ce faire, ils ont effectué « une comparaison entre la Finlande et la Suède, deux pays similaires à bien des égards, mais qui ont appliqué des mesures différentes concernant la fermeture des écoles au cours de la pandémie de covid-19 »[1]. En clair, la Finlande a fermé les écoles pour limiter la propagation du covid, la Suède non. Il était donc facile de comparer objectivement l’efficacité des deux approches de santé publique.

Avec ou sans fermeture d’écoles, aucune différence dans l’incidence des cas covid

Les scientifiques suédois font ce constat limpide : « Pour la tranche d’âge de 1 à 19 ans, il n'y a aucune différence entre les deux pays dans l'incidence des cas de covid-19 confirmés en laboratoire. Il n’y a aucun lien entre le nombre de cas covid mesurés et la fermeture ou non des écoles »[2].

De plus, afin de mieux évaluer la pertinence des fermetures d’écoles, le ministère suédois de la santé a aussi fait évaluer scientifiquement le risque représenté ou non, de manière générale, par le covid pour les enfants entre 1 et 19 ans. Le rapport officiel constate que « les cas de malades admis aux soins intensifs dans cette tranche d’âge sont très rares dans les deux pays, et aucun décès n'a été signalé »[3]. Un constat qui se passe de commentaire.

Selon le rapport, les enfants ne sont pas un vecteur significatif de transmission

Enfin, il reste une dernière question qui a été étudiée par les scientifiques suédois : si la fermeture des écoles n’a eu aucun impact sur le nombre de cas covid détectés chez les enfants, et si de manière générale les enfants de 1 à 19 ans ne courent aucun risque sérieux lié au covid, ne pourraient-ils pas représenter un vecteur de la maladie et contaminer leurs aînés, ou les enseignants ?

A ce sujet aussi, le rapport est limpide : « En Finlande, l’étude a montré que les enfants ne contribuent pas de manière significative à la transmission. En Suède (NDLR : pays où les écoles n’ont pas été fermées pour limiter la propagation du covid), un rapport comparant le risque de covid-19 dans différentes professions n'a montré aucune augmentation de risque pour les enseignants »[4].

Des conclusions édifiantes

Nous vous invitons à lire le rapport qui est disponible en anglais à l'adresse suivante : Covid-19 in schoolchildren. Pour ceux qui n’auraient pas le temps de lire tout le rapport, nous en retranscrivons encore ici les conclusions traduites en français :

« La fermeture des écoles n'a eu aucun effet mesurable sur le nombre de cas de covid chez les enfants.

  • Les enfants ne constituent pas un groupe à risque majeur de la maladie et semblent jouer un rôle moins important du point de vue de la transmission, bien qu'une surveillance plus active et des études spécifiques telles que des études sur la transmission à l'école et à la maison soient justifiées.
  • Les effets négatifs des fermetures d’écoles doivent être mis en balance avec les éventuels effets indirects positifs qu'elles pourraient avoir sur l'atténuation de la pandémie de covid-19. »[5]

Peut-on espérer des évaluations similaires en Belgique ou à l’OMS ?

Une méthodologie claire, une réelle volonté d'évaluer objectivement l'efficacité et la pertinence des mesures de santé publique « anti-covid », sans dogmatisme ni stratégie de com’, on ne peut qu'avoir du respect pour l'intégrité et le courage de la démarche suédoise.

Pouvons-nous espérer des études similaires en Belgique et à l’OMS, notamment sur l'efficacité des masques, toutes les conséquences des mesures de crise, ou le rapport entre le risque d’effets secondaires graves et le bénéfice de la vaccination pour les populations les moins à risque ?

Par Nicolas Mertens, journaliste pour BAM!


Source photo :
Image de Monkey Business Images sur Shutterstock

[1] Covid-19 in schoolchildren

[2] Covid-19 in schoolchildren

[3] Covid-19 in schoolchildren

[4] Covid-19 in schoolchildren

[5] Covid-19 in schoolchildren

Enlève 99.99% de mensonges