Articles

Facebook à l’assaut des réseaux oppositionnels

Facebook à l’assaut des réseaux oppositionnels

Le réseau social supprime 150 canaux du groupe Querdenken

Ce jeudi 16 septembre[1] le chef de la cybersécurité chez Facebook et ancien collaborateur au Conseil national de sécurité des États-Unis chargé de la cybersécurité, Nathaniel Gleicher[2], a annoncé que Facebook avait procédé à une action sans précédent, supprimant 150 canaux de Querdenken (litt. « sortir des chemins battus »), faisant partie du mouvement allemand d’opposition aux mesures liberticides « anti-corona ».

La raison ? Facebook les accuse d’être un « réseau nuisible » responsable de « paroles haineuses », de « harcèlement » et de la diffusion de désinformation (sanitaire) susceptible de causer des « dommages coordonnés envers la société ». Sur base de quelles preuves ? « Comme on le sait d‘après les médias publics, ce groupe [Querdenken, NDLR] aurait perpétré des actes de violences réels contre des personnes qui travaillent dans le journalisme, la police ou le secteur de la santé en Allemagne. »

Accusations sans preuves

Aucune preuve, aucune décision de justice, aucun jugement, aucune investigation criminelle, juste des on-dit médiatiques tout aussi vagues que diffamatoires. En outre, en Allemagne, une organisation ne peut être interdite et dissoute pour des crimes perpétrés par quelques membres isolés, car il faut avant tout prouver que l’organisation en soi est violente. On pourrait sinon interdire tout club de football dont l’un des supporters aurait, par exemple, passé quelqu’un à tabac après un match bien arrosé. Mais pour Facebook, si on en croit l’ARD[3], il suffit que le groupe « ait été associé à l’usage de violence et d’autres ‘dommages sociaux‘ » pour le censurer. « Être associé à » ne veut rien dire d’autre que quelqu’un vous accuse (à tort ou à raison) d’une chose et qu’ainsi, vous y êtes associé.

Or, ayant moi-même participé régulièrement aux manifestations de Querdenken en ayant également pris la parole, je sais d’expérience que ces accusations sont fausses. Jamais, je n’ai vu ni actes ou incitations à la violence venant de leur part. Ils se sont toujours tenus à l’écart de tout extrémisme et recours à l’agressivité. Les seuls « actes de violences » visibles semblant venir de la police, de casseurs et d’agents provocateurs[4], présents à chaque manifestation.

Inversion des rôles

C’est d’ailleurs Querdenken qui a organisé les grandes manifestations à Berlin l’été dernier[5] et cet été[6], ainsi que celle de Leipzig en novembre dernier[7], [8] et qui a mené le cortège de la manifestation Europeans United ce samedi 11 septembre 2021 à Bruxelles[9]. Ce sont eux qui sont victimes d’une campagne médiatique de diffamation[10], [11] qui les traite de complotistes, antisémites, extrémistes, voire néonazis les associant à « l’assaut » sur le Bundestag.  Et pourtant, le gouvernement allemand lui-même a admis, il y a un an, qu’une influence de leurs manifestations dans cette direction n’avait pas eu lieu[12]. Au contraire, ce sont eux qui ont réellement été victimes d’attentats à leur encontre à plusieurs reprises[13], [14], [15], [16].

Des glissements conceptuels qui menacent tous les opposants

Le problème est là : on invente de nouvelles catégories d’infractions pénales (« dommages coordonnés envers la société ») , on détourne la définition du concept de « violence » et on considère,  dorénavant, comme le suggère Facebook, que diffuser des informations et opinions alternatives (telles que ne pas se faire vacciner, participer aux manifestations, faire fi des barrages de police, avoir recours à la résistance passive, refuser le port du masque ou le confinement), pourrait éventuellement être associé à de la violence parce que, soi-disant, on encourage la transmission du sars-cov-2 qui seraient liées aux hospitalisations, aux décès, à la prolongation des mesures et de leurs coûts… Alors, nous pourrions, tôt ou tard, tous être « associés à des actes violents » et nous voir censurés… voire pire.

Récusant toutes les accusations faites par Facebook, Michael Ballweg, fondateur de Querdenken, a déjà annoncé avoir envoyé une mise en demeure à Facebook[17].

Par Colin Meier, journaliste citoyen


[1] https://about.fb.com/de/news/2021/09/entfernung-neuer-arten-von-bedrohlichen-netzwerken/

[2] https://www.csis.org/people/nathaniel-j-gleicher

[3] https://www.tagesschau.de/inland/facebook-querdenken-101.html

[4] https://rumble.com/vazdjc-demonstration-gegen-corona-massnahmen-in-leipzig-was-wirklich-geschah.html

[5] https://nuoflix.de/audiatur-et-altera-pars-man-hoere-auch-die-andere-seite

[6] https://nuoflix.de/berlin-28-august-2021--eine-chronologie

[7] https://www.neulandrebellen.de/2020/11/was-war-in-leipzig-los-im-gespraech-mit-robert-fleischer-exomagazin-tv/

[8] https://www.youtube.com/watch?v=4gp0Za8_xig

[9] https://fb.watch/86Wckdzfm1/

[10] https://apolut.net/whoever-thinks-is-an-anti-semite-querdenken-in-the-crosshairs-uli-gellermann/

[11] https://apolut.net/facebook-hilft-der-diktatur-us-konzern-loescht-querdenker-kanaele/

[12] https://dserver.bundestag.de/btd/19/220/1922083.pdf (v. p. 8)

[13] https://youtu.be/oBIqxSpUN_U?t=666 (à.p.d. 00:11:04)

[14] https://www.polizei.sachsen.de/de/MI_2020_76587.htm

[15]https://www.lvz.de/Leipzig/Polizeiticker/Polizeiticker-Leipzig/Anschlag-auf-Reisebus-mit-Corona-Demonstranten-in-Connewitz-Soko-LinX-ermittelt

[16] https://www.youtube.com/watch?v=gEMKW4lQkyE

[17] https://presse.querdenken-711.de/wp-content/uploads/2021/09/20210917_PM_Loeschung-Facebook.pdf

Source photo :
Colin Meier