Tribune

L’efficacité de la vaccination obligatoire et du pass sanitaire est illusoire

L’efficacité de la vaccination obligatoire et du pass sanitaire est illusoire

Nous reproduisons ci-après la lettre ouverte d’un médecin de terrain aux hommes politiques en charge de la gestion du pays, de ses régions et de ses partis. Il nous a semblé opportun de la publier ici et maintenant, car elle évoque les effets pervers de la stigmatisation des personnes non-vaccinées et de l’instauration d’un pass sanitaire (appelé Covid Safe Ticket en Belgique). Ce médecin évoque également les nombreux retours de terrain sur les effets secondaires sévères des vaccins anticovid, qui ne sont pas rapportés. Il propose enfin de faire marche arrière sur le pass sanitaire à cause de ses énormes dégâts collatéraux sur la société et de le remplacer par des tests rapides. Pour lui, il est clair que la vaccination ne doit pas servir à justifier une surveillance de masse. Plutôt qu’une campagne de vaccination massive à l’aveugle, il propose que la vaccination redevienne un acte médical, prévu par un médecin traitant après évaluation minutieuse du rapport bénéfice/risque.


Je me permets d’adresser ce texte aux personnalités politiques capables d’avoir une réflexion plus profonde sur la crise qui nous pourrit la vie depuis de nombreux mois. Je ne suis pas politicien et je ne me permettrai pas d’analyser les décisions politiques, qu’elles me paraissent logiques ou non.
Je me dois, en tant que médecin et à titre personnel, de vous soumettre différentes analyses et certains ressentis personnels vécus lors de ma pratique quotidienne.


Nouveaux malades du covid

Avec la prise en charge actuelle, nous en sommes arrivés à avoir deux types de malades covid : les non vaccinés qui attendent (parfois trop longtemps), se terrent chez eux, et ne voient personne (ce qui est mieux ainsi d’un point de vue sanitaire !) par crainte de se faire lyncher par leurs amis, leur médecin ou un membre de l’hôpital... et enfin les malades vaccinés qui parfois nient leur pathologie car se pensent protégés et non contaminants et qui, pour éviter toute quarantaine et maintenir leur QR code au vert , préfèrent réaliser un autotest avec certificat médical de maladie réalisé par leur médecin traitant à la clé, plutôt que de bénéficier d’un PCR avec risque de mise en quarantaine pour eux et leur famille ... c’est ainsi que, eux aussi, ne se soignent pas ou trop tard avec parfois, et cela est de plus en plus fréquent, besoin d’une hospitalisation et de soins plus lourds! Vous comprendrez aisément que, s’ils ne souhaitent pas avoir un QR code rouge ne fût-ce que 10 jours, ils envisagent une sortie ou ne souhaitent pas perdre une once de liberté... Malades, ils deviennent alors de potentiels super-contaminants alors même qu’ils ne seront jamais testés !

Ce sont ici les effets pervers du Covid Safe Ticket (CST) dont les bénéfices risquent, avec la mentalité individualiste de la population, d’être au mieux, contre-productifs, au pire, délétères !


Effets discriminatoires du pass

Et je ne parlerai même pas des effets discriminatoires comme on peut les retrouver au travail, au sein de certaines écoles (refus de voyage par exemple pour les non-vaccinés), dans les rassemblements de jeunes (cercle étudiant, scout, sport...) où les non-porteurs de CST sont purement et simplement rejetés ! La vaccination n’est pour eux que la seule solution pour continuer à bénéficier d’une qualité de vie ou pour avoir la possibilité de réaliser une activité aussi banale que de nager en piscine. Il est en effet peu concevable de prévoir un test PCR toutes les 72h (coût, douleurs et risques infectieux non négligeables) pour ces jeunes qui, dans la grande majorité des cas, ne présentent aucun facteur de risque de covid.

Si on me demandait mon avis, je dirais que je suis donc pour des tests rapides avant tout événement à risque et ce, pour tous, vaccinés ou non !


Nombre impressionnant d’effets secondaires

Je me dois également de vous transmettre quelques informations concernant la vaccination. Ayant travaillé aux soins intensifs durant les premières vagues, j’ai pu voir ce qu’était un malade covid grave... C’était extrêmement impressionnant, d’autant plus qu’on nous déconseillait à l’époque tout traitement, depuis lors reconnu (notamment les corticoïdes !). Je sais donc la gravité d’une telle maladie et je suis conscient que la vaccination a été très probablement efficace pour éviter les complications sévères et les décès chez certaines personnes à risque (à savoir surtout les obèses et plus de 65 ans).

Cependant, force est de constater qu’avec la vaccination de masse, on rencontre tous les jours (dans la vie ou en consultation) un nombre impressionnant de gens ayant subis des effets secondaires parfois graves et, par ailleurs, très rarement déclarés. On peut bien évidemment ne pas tenir compte des effets légers tels maux de tête, douleurs au site d’injection, syndrome grippal, fatigue pendant quelques jours bien que chez les enfants cela puisse devenir perturbant.

Par contre, en tant que médecin, je ne peux que me poser des questions sur le nombre important d’effets secondaires sévères tels que les infarctus, AVC et surtout embolies pulmonaires, quelques jours suivant la première ou, le plus souvent, la deuxième dose.


Effets secondaires très sévères

Si M. Di Rupo peut jouer sur la sensibilité et l’émotion, connaissant lui-même des proches décédés de la covid (qui n’en connait pas ? quel âge et quelles morbidités ?) pour faire passer le CST au parlement, je peux également être ému quand on m’annonce le décès inopiné d’un ami de 45 ans, sportif et indice de masse corporelle (BMI) à 19, sur infarctus 4 jours après sa deuxième dose. Ou quand j’apprends qu’une jeune connaissance de 23 ans, sportive, non fumeuse et sans aucun facteur de risque, sort d’un mois d’hospitalisation après 10 jours de soins intensifs pour embolie pulmonaire massive au lendemain de sa 2ème injection...

Lui a-t-on dit que c’était possiblement un effet secondaire du vaccin ? Eh bien non ! La faute à pas de chance et probablement de la pilule qu’elle prend depuis 6 ans... Faut-il y croire ou, au minimum, ne faudrait-il pas au moins émettre un doute ? De plus, on ne lui a, bien évidemment, pas dit qu’elle ne retrouvera probablement plus jamais ses capacités pulmonaires, en tout cas, pour une activité sportive de bon niveau et que l’utilisation d’anticoagulants pendant plusieurs mois ne sera pas sans risque.

Depuis lors, c’est peut-être un simple hasard, mais il est étonnant de voir des cas identiques tous les jours... Il est désolant de voir que certains médecins ont perdu tous les principes de prévoyance et de prudence. En phase test d’un médicament, il est obligatoire d’informer et de suivre les patients 30 jours après administration et surtout de déclarer les effets indésirables !

On en est même arrivé à ce que certains médecins refusent de prendre en charge des patients non vaccinés. C’est une grave faute déontologique !


Aggravation des plaintes

En ce qui me concerne, anesthésiste-algologue, je suis frappé par l’aggravation des plaintes douloureuses de mes patients. Je vois également maintenant des gens perclus de douleurs musculaires avec perte de résistance au moindre effort, des gens souffrant de douleurs neuropathiques des quatre membres, les empêchant de réaliser des gestes simples de la vie courante, des migraineux depuis plusieurs mois alors qu’ils ne s’en sont jamais plaints avant la vaccination...

Certes, il existe bien des effets secondaires de la covid qu’il ne faut pas négliger, mais tout effet indésirable potentiellement grave chez une personne sans aucun facteur de risque doit être absolument évité.

De nombreux confrères font les mêmes liens dans leurs consultations de médecine spécialisée ou générale. Plusieurs sportifs de haut niveau sont contraints à mettre un terme à leur saison voire à leur carrière, suite à la vaccination.

Les études et les autopsies post-mortem semblent, tout doucement, confirmer ces faits graves, notamment dans le cadre d’une hypercoagulabilité et thromboses multiples post-vaccinales.
Les plaintes envers des médecins mais aussi des responsables politiques commencent à se multiplier à travers le monde...


Doutes sur l’efficacité vaccinale

Par ailleurs, il existe dans les hôpitaux actuellement plusieurs clusters au sein du personnel soignant (médecins et infirmières), dans la grande majorité, doublement vacciné ! Certains ne se font pas tester de peur d’être positif et de perdre certains bénéfices... Certains services ne testent que les symptomatiques afin d’éviter d’être en manque de soignants ! Je vous rappellerai que tout cas contact doit être testé et mis en quarantaine 10 jours si positif, vacciné ou non...

Ceci est une preuve supplémentaire que le virus continue à circuler et à développer de la covid parfois assez sévère dans un environnement fait d’une grande majorité de vaccinés.

Je pense donc que, sur base des quelques réflexions évoquées ici, il est illusoire de croire en l’efficacité d’une vaccination obligatoire et du CST.


La vaccination est un acte médical

Sur base de l’efficacité potentielle sur la prévention des formes graves des personnes à risque et suite aux nombreux effets secondaires, parfois sévères, subis par des jeunes personnes sans facteur de risque, la vaccination doit redevenir un acte médical, prévu par un médecin traitant après évaluation minutieuse du rapport bénéfice/risque.

Dans ce contexte, la vaccination des jeunes sans facteur de risque est une absurdité sachant que, comme l’a dit le Dr Van Laethem, elle ne donne pas les résultats espérés, surtout en termes de transmission. C’est également pour cela que les hautes autorités de santé de par le monde ont conseillé de changer de communication car aujourd'hui, se faire vacciner n'est plus un acte citoyen et solidaire mais aujourd'hui, se faire vacciner est essentiellement devenu le moyen de protéger les formes graves essentiellement des personnes vulnérables (en tout cas tant qu’on ne voudra pas valider les soins de première ligne !). J’y ajouterais que se faire vacciner est devenu le seul moyen de retrouver sa liberté...

Je suis bien conscient que cette vaccination est une opportunité pour créer ce QR code avec lequel il nous sera demandé de vivre... Et pourquoi pas ? Le QR code peut probablement être un outil de sécurité intéressant, peut-être même aussi un moyen de sensibilisation écologique. Mais mon rôle de médecin est aussi d’informer que la vaccination avec ses nombreux effets délétères ne peut pas servir à cela.


É
normes dégâts collatéraux

Il est encore temps à mon sens de faire marche arrière et ce serait un signe de grandeur d’avouer s’être trompé. Au début on ne connaissait rien de la covid et on a mis beaucoup d’espoir dans la vaccination, à juste titre... avec le temps, et les suivis des expériences en Israël, en Islande ou au Royaume-Uni, il semble que tout ne soit plus si évident...


Les dommages collatéraux sont énormes
notamment en termes de division de la société, de précarité grandissante, de stigmatisation croissante, voire de véritable haine au sein de la population en général, mais également au sein de groupes d’amis de longue date et même au sein des familles.
Pour moi, il est vraiment temps de faire preuve de cohérence, de transparence, de respect des engagements, d’humanité et de bienveillance...


La prise en charge actuelle ne me semble en tout cas plus justifiable !


Je suis à votre entière disposition plus de plus amples explications et vous prie de croire en mes meilleurs sentiments.

Dr F. L.


(NDLR : Le titre, l’introduction, les intertitres, la mise en gras de certains passages et la mise en page sont de la rédaction de BAM!)

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Source photo :
https://www.qwant.com/?q=Facebook-La-caricature-thermome%CC%80tre-de-la-de%CC%81mocratie&t=images&license=share&o=0%3A6ECC75CBADD55DCCA07FAA75DFDB4142D8055688