Plus de 130 médecins britanniques : l’échec des politiques COVID a causé des dommages « massifs », en particulier aux enfants

Revues de Presse
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
“Une lettre signée par plus de 130 professionnels de la santé britanniques a accusé le Premier ministre britannique Boris Johnson et d’autres responsables gouvernementaux d’avoir causé « un préjudice massif, permanent et inutile » au pays.“

“Une lettre adressée au Premier ministre britannique Boris Johnson et à d’autres responsables du gouvernement britannique, signée par plus de 130 professionnels de la santé britanniques, a accusé le gouvernement d’avoir mal géré sa réponse à la pandémie de COVID, entraînant «  un préjudice massif, permanent et inutile » pour le pays.

La lettre, « Nos graves préoccupations concernant la gestion de la pandémie de COVID par les gouvernements des nations du Royaume-Uni », décrit 10 façons dont les auteurs ont fait valoir que les politiques du gouvernement britannique non seulement n’ont pas réussi à protéger les citoyens, mais ont dans de nombreux cas provoqué des préjudice.

Les 10 auteurs principaux de la lettre ont écrit :

« Nous écrivons en tant que médecins, infirmières et autres professionnels paramédicaux concernés sans intérêt direct à le faire. Au contraire, nous courons un risque personnel par rapport à notre emploi pour le faire et / ou le risque d’être personnellement «  sali » par ceux qui, inévitablement, n’apprécieront pas que nous nous exprimions.»

Les auteurs ont accusé les responsables gouvernementaux de ne pas avoir mesuré les méfaits des politiques de confinement, d’avoir exagéré la menace du virus et d’avoir effectué des tests de masse inappropriés sur les enfants.

Ils ont écrit :

« Les tests répétés sur les enfants pour trouver des cas asymptomatiques qui sont peu susceptibles de propager le virus, et les traiter comme une sorte de risque biologique est nocif, ne sert aucun objectif de santé publique et doit cesser. »

La lettre a également appelé les responsables à supprimer activement les discussions sur le traitement précoce en utilisant des protocoles déployés avec succès ailleurs, et a déclaré que la vaccination de l’ensemble de la population adulte n’aurait jamais dû être une condition préalable à la fin des restrictions.

Les auteurs ont conclu  :

« L’approche du Royaume-Uni face au COVID a manifestement échoué. Dans le désir apparent de protéger un groupe vulnérable – les personnes âgées – les politiques mises en œuvre ont causé des dommages collatéraux et disproportionnés généralisés à de nombreux autres groupes vulnérables, en particulier les enfants.»

En plus de Johnson, la lettre était adressée à Nicola Sturgeon, Premier ministre d’Écosse ; Mark Drakeford, Premier ministre du Pays de Galles ; Paul Givan, premier ministre d’Irlande du Nord ; Sajid Javid, secrétaire à la santé ; Chris Whitty, médecin-chef ; et le Dr Patrick Vallance, directeur scientifique.

Lire la lettre complète :

Chers Messieurs et Madame,

Nos graves préoccupations concernant la gestion de la pandémie de COVID par les gouvernements des Nations du Royaume-Uni.

Nous écrivons en tant que médecins, infirmières et autres professionnels de la santé concernés sans intérêt direct à le faire. Au contraire, nous courons un risque personnel par rapport à notre emploi pour le faire et / ou le risque d’être personnellement « sali » par ceux qui inévitablement n’aimeront pas que nous nous exprimions.

Nous prenons l’initiative d’écrire cette lettre publique parce qu’il nous est apparu que :

  • Le gouvernement (par lequel nous entendons le gouvernement britannique et trois gouvernements/administrations décentralisés et les conseillers et agences gouvernementaux associés tels que les CMO, CSA, SAGE, MHRA, JCVI, les services de santé publique, Ofcom, etc., ci-après « vous » ou le « gouvernement » ”) ont fondé la gestion de la pandémie de COVID sur des hypothèses erronées.
  • Ceux-ci vous ont été signalés par de nombreuses personnes et organisations.
  • Vous n’avez pas réussi à engager le dialogue et ne montrez aucun signe de le faire. Vous avez retiré aux gens des droits fondamentaux et modifié le tissu social avec peu de débats au Parlement. Aucun ministre responsable de la politique n’a jamais participé à un véritable débat avec quiconque ayant des opinions opposées sur une chaîne médiatique grand public.
  • Bien que conscient des points de vue médicaux et scientifiques alternatifs, vous n’avez pas réussi à assurer une discussion ouverte et complète des avantages et des inconvénients des autres moyens de gérer la pandémie.
  • Les politiques de réponse à la pandémie mises en œuvre ont causé des dommages massifs, permanents et inutiles à notre nation, et ne doivent jamais se répéter.
  • Ce n’est qu’en révélant l’absence totale d’approbation généralisée parmi les professionnels de la santé de vos politiques qu’un débat plus large sera exigé par le public.

En relation avec ce qui précède, nous souhaitons attirer l’attention sur les points suivants. Des références à l’appui peuvent être fournies sur demande.

1. Aucune tentative de mesurer les méfaits des politiques de confinement

Les preuves des effets désastreux des confinements sur la santé physique et mentale de la population sont là pour tous. Les méfaits sont massifs, répandus et durables. En particulier, l’impact psychologique sur une génération d’enfants en développement pourrait durer toute la vie.

C’est pour cette raison que les politiques de confinement n’ont jamais fait partie d’une pandémie

plans de préparation avant 2020. En fait, ils n’étaient expressément pas recommandés dans les documents de l’OMS, même pour les agents pathogènes viraux respiratoires graves et, d’ailleurs, les fermetures de frontières, les couvre-visages et les tests des personnes asymptomatiques non plus. Il y a eu une telle absence inexplicable de prise en compte des dommages causés par la politique de confinement qu’il est difficile d’éviter le soupçon qu’il s’agit d’un évitement délibéré.

L’introduction de telles politiques n’a jamais été accompagnée d’une quelconque analyse risques/bénéfices. Aussi mauvais que cela soit, il est encore pire qu’après l’événement, lorsque de nombreuses données sont devenues disponibles permettant de mesurer les dommages, seule une attention superficielle à cet aspect de la planification en cas de pandémie a été accordée. D’éminents professionnels ont appelé à plusieurs reprises à un discours sur ces impacts sur la santé lors de conférences de presse, mais ont été universellement ignorés.

Ce qui est si étrange, c’est que les politiques menées avant la mi-mars 2020 (l’auto-isolement des malades et la protection des vulnérables, alors que sinon la société continuait à être proche de la normalité) étaient équilibrées, sensées et reflétaient l’approche établie par consensus avant 2020. Aucune raison convaincante n’a alors été donnée pour le brusque changement de direction à partir de la mi-mars 2020 et, étonnamment, aucune n’a été avancée à aucun moment depuis.

2. Nature institutionnelle du COVID

Il était en fait clair dès le début à partir des données italiennes que le COVID (la maladie, par opposition à l’infection ou à l’exposition au SRAS-Cov-2) était en grande partie une maladie des institutions. Les résidents des foyers de soins représentaient environ la moitié de tous les décès, bien qu’ils représentent moins de 1% de la population. Les infections hospitalières sont le principal moteur des taux de transmission, comme ce fut le cas pour le SRAS1 et le MERS.

La transmission était associée à un contact hospitalier dans jusqu’à 40 % des cas lors de la première vague au printemps 2020 et dans 64 % à l’hiver 2020/2021.

Des maladies graves chez les personnes en bonne santé de moins de 70 ans se sont produites (comme on l’a vu avec les pandémies de grippe) mais étaient extrêmement rares.

Malgré cela, aucune mesure précoce, agressive et ciblée n’a été prise pour protéger les maisons de retraite ; au contraire, les patients ont été renvoyés sans test dans des foyers où le personnel disposait d’un EPI, d’une formation et d’informations inadéquats. De nombreux décès inutiles en ont résulté.

Les préparatifs pour cet hiver à venir, y compris la garantie d’une capacité suffisante et des mesures préventives telles que des solutions de ventilation, n’ont pas été priorisés.

3. Le caractère exagéré de la menace

La politique semble avoir été dirigée vers une exagération systématique du nombre de décès pouvant être attribués au COVID. Les tests ont été conçus pour trouver tous les « cas» possibles plutôt que de se concentrer sur les infections diagnostiquées cliniquement et les nombres de cas exagérés qui en résultent sont transmis aux données sur les décès avec un grand nombre de personnes mourant « avec COVID» et non « de COVID» où la maladie était le cause sous-jacente du décès.

La politique de publication d’un chiffre quotidien des décès signifiait que le chiffre était entièrement basé sur le résultat du test PCR sans aucune contribution des cliniciens traitants. En incluant tous les décès sur une période de temps après un test positif, les décès accidentels, avec mais non dus au COVID, n’ont pas été exclus, exagérant ainsi la nature de la menace.

De plus, dans les gros titres rapportant le nombre de décès, une catégorisation par âge n’était pas incluse. L’âge moyen d’un décès étiqueté COVID est de 81 ans pour les hommes et de 84 ans pour les femmes, supérieur à l’espérance de vie moyenne à la naissance de ces personnes.

Il s’agit d’un fait très pertinent pour évaluer l’impact sociétal de la pandémie. La mort dans la vieillesse est un phénomène naturel. On ne peut pas dire qu’une maladie affectant principalement les personnes âgées est la même que celle qui affecte tous les âges, et pourtant les messages du gouvernement semblent conçus pour faire croire au public que tout le monde est à risque égal.

Les médecins ont été invités à remplir des certificats de décès en sachant que le décès du défunt avait déjà été enregistré comme un décès COVID par le gouvernement. Puisqu’il serait pratiquement impossible de trouver des preuves excluant catégoriquement le COVID en tant que facteur contributif au décès, une fois enregistré comme un « décès COVID» par le gouvernement, il était inévitable qu’il soit inclus comme cause sur le certificat de décès.

Diagnostiquer la cause d’un décès est toujours difficile et la réduction des autopsies aura inévitablement entraîné une inexactitude accrue. Le fait que les décès dus à des causes non liées au COVID se sont en fait transformés en un déficit substantiel (par rapport à la moyenne) alors que les décès étiquetés COVID augmentaient (et cela s’est inversé lorsque les décès étiquetés COVID diminuaient) est une preuve frappante de la sur-attribution des décès au COVID .

Le taux de mortalité global toutes causes confondues de 2015 à 2019 était inhabituellement bas et pourtant ces chiffres ont été utilisés pour les comparer aux chiffres de mortalité de 2020 et 2021, ce qui a rendu l’augmentation de la mortalité sans précédent. Des comparaisons avec les données des années précédentes auraient démontré que le taux de mortalité de 2020 a été dépassé chaque année avant 2003 et qu’il n’est donc pas exceptionnel.

Même maintenant, les cas et les décès de COVID continuent d’être ajoutés au total existant sans rigueur appropriée, de sorte que les totaux globaux augmentent de plus en plus et exagèrent la menace. Aucun effort n’a été fait pour compter séparément les totaux de chaque saison hivernale, ce qui est une pratique courante pour toutes les autres maladies.

Vous avez continué à adopter la publicité à haute fréquence par le biais des médias d’édition et de diffusion pour ajouter à l’impact des «  messages de peur ». Le coût de cela n’a pas été largement publié, mais les sites Web d’approvisionnement du gouvernement révèlent qu’il est immense – des centaines de millions de livres.

La rhétorique des médias et du gouvernement passe maintenant à l’idée que le « Long Covid » va entraîner une morbidité majeure dans tous les groupes d’âge, y compris les enfants, sans discuter de la normalité de la fatigue postvirale qui dure plus de 6 mois. Cela ajoute à la peur du public face à la maladie, encourageant la vaccination parmi ceux qui sont très peu susceptibles de subir des effets indésirables du COVID.

4. Suppression active de la discussion sur le traitement précoce à l’aide de protocoles déployés avec succès ailleurs

Les dommages causés par le COVID et notre réponse à celui-ci auraient dû signifier que les progrès de la prophylaxie et de la thérapeutique du COVID ont été adoptés. Cependant, les preuves de traitements efficaces ont été ignorées ou même activement supprimées.

Par exemple, une étude à Oxford publiée en février 2021 a démontré que le budésonide inhalé pouvait réduire les hospitalisations de 90 % chez les patients à faible risque et une publication en avril 2021 a montré que la récupération était également plus rapide pour les patients à haut risque. Cependant, cette intervention importante n’a pas été promue.

Le Dr Tess Lawrie, de l’Evidence Based Medical Consultancy à Bath, a présenté une analyse approfondie des avantages prophylactiques et thérapeutiques de l’ivermectine au gouvernement en janvier 2021. Plus de 24 essais randomisés avec 3 400 personnes ont démontré une réduction de 79 à 91 % de infections et une réduction de 27 à 81% des décès avec l’ivermectine.

De nombreux médecins sont naturellement prudents quant à une éventuelle surinterprétation des données disponibles pour les médicaments mentionnés ci-dessus et d’autres traitements, même s’il convient de noter qu’aucune prudence de ce type ne semble avoir été appliquée en ce qui concerne le traitement des données concernant les interventions du gouvernement ( par exemple l’efficacité des confinements ou des masques) lorsqu’ils sont utilisés pour soutenir le programme du gouvernement.

Quelle que soit l’opinion que l’on a sur les mérites de ces médicaments réutilisés, il est totalement inacceptable que les médecins qui ont tenté de simplement ouvrir la discussion sur les avantages potentiels des traitements précoces du COVID aient été fortement et inexplicablement censurés. Savoir que des traitements précoces susceptibles de réduire le risque de nécessiter une hospitalisation pourraient être disponibles modifierait toute la vision de nombreux professionnels et profanes sur la menace posée par le COVID, et donc le rapport risque / bénéfice de la vaccination, en particulier chez les groupes plus jeunes.

5. Utilisation inappropriée et contraire à l’éthique des sciences du comportement pour générer une peur injustifiée

La propagation d’un récit de peur délibéré (confirmé par des documents gouvernementaux accessibles au public) a été disproportionnée, nuisible et contre-productive. Nous demandons qu’il cesse immédiatement.

Pour ne donner qu’un exemple, les politiques de couverture du visage du gouvernement semblent avoir été motivées par des conseils de psychologie comportementale en rapport avec la génération d’un niveau de peur nécessaire au respect d’autres politiques.

Ces politiques ne semblent pas avoir été motivées par le contrôle des infections, car il n’existe aucune preuve solide montrant que le port d’un couvre-visage (en particulier en tissu ou masques chirurgicaux standard) est efficace contre la transmission d’agents pathogènes respiratoires aéroportés tels que le SRAS-Cov-2 .

Plusieurs institutions et individus de haut niveau en sont conscients et ont plaidé contre les couvre-visages pendant cette pandémie seulement inexplicablement pour revenir sur leurs conseils sur la base d’aucune justification scientifique dont nous ayons connaissance. D’un autre côté, il existe de nombreuses preuves suggérant que le port du masque peut causer de multiples dommages, à la fois physiques et mentaux.

Cela a été particulièrement pénible pour les écoliers du pays qui ont été encouragés par la politique gouvernementale et leurs écoles à porter des masques pendant de longues périodes à l’école.

Enfin, l’utilisation de couvre-visages est hautement symbolique et donc contre-productive pour que les gens se sentent en sécurité. Le port prolongé risque de devenir un comportement de sécurité enraciné, empêchant en fait les gens de revenir à la normale parce qu’ils attribuent à tort leur sécurité à l’acte de porter un masque plutôt qu’au risque lointain, pour la grande majorité des personnes en bonne santé de moins de 70 ans, d’attraper le virus et devenir gravement malade avec COVID.

6. Incompréhension de la nature omniprésente des mutations des virus nouvellement émergents

La mutation de tout nouveau virus en de nouvelles souches – en particulier lorsqu’il est soumis à une pression de sélection due à des restrictions anormales sur le mélange et la vaccination – est normale, inévitable et ne doit pas être préoccupante. Des centaines de milliers de mutations de la souche originale de Wuhan ont déjà été identifiées.

Traquer chaque nouvelle variante émergente est contre-productif, nocif et totalement inutile et il n’y a aucune preuve convaincante qu’une variante nouvellement identifiée soit plus mortelle que la souche d’origine.

Des souches mutantes apparaissent simultanément dans différents pays (par « évolution convergente ») et la fermeture des frontières nationales dans le but d’empêcher les variantes de voyager d’un pays à l’autre ne sert aucun objectif significatif de contrôle des infections et doit être abandonnée.

7. Incompréhension de la propagation asymptomatique et de son utilisation pour promouvoir le respect des restrictions par le public

Il est bien établi que la propagation asymptomatique n’a jamais été un moteur majeur d’une pandémie de maladies respiratoires et nous nous opposons à vos messages constants laissant entendre cela, qui devrait cesser immédiatement.

Jamais auparavant nous n’avons perverti la pratique séculaire d’isoler les malades en isolant à la place les bien portants. Les mandats répétés donnés aux personnes en bonne santé et asymptomatiques de s’isoler, en particulier les écoliers, ne servent à rien et n’ont fait que contribuer aux méfaits généralisés de ces politiques.

Dans la grande majorité des cas, les personnes en bonne santé sont en bonne santé et ne peuvent pas transmettre le virus et seules les personnes malades présentant des symptômes doivent être isolées.

L’affirmation du gouvernement selon laquelle une personne sur trois pourrait avoir le virus s’est avérée incompatible avec les données de l’ONS sur la prévalence de la maladie dans la société, et le seul effet de ce message semble avoir été de générer de la peur et de promouvoir le respect des restrictions gouvernementales. .

Le message du gouvernement pour « agir comme si vous aviez le virus » a également suscité une peur inutile étant donné qu’il est extrêmement peu probable que des personnes en bonne santé transmettent le virus à d’autres.

Le test PCR, largement utilisé pour déterminer l’existence de «  cas », est désormais incontestablement reconnu incapable de détecter de manière fiable l’infectiosité. Le test ne peut pas faire la distinction entre ceux chez qui la présence de fragments de matériel génétique correspondant partiellement au virus est soit fortuite (peut-être en raison d’une infection passée), soit représentative d’une infection active, soit indicative d’une infectiosité.

Pourtant, il a été utilisé presque universellement sans qualification ni diagnostic clinique pour justifier les politiques de confinement et mettre inutilement en quarantaine des millions de personnes à un coût énorme pour la santé et le bien-être et pour l’économie du pays.

Les pays qui ont supprimé les restrictions communautaires n’ont vu aucune conséquence négative pouvant être attribuée à l’assouplissement. Les données empiriques de nombreux pays démontrent que la hausse et la baisse des infections sont saisonnières et non dues à des restrictions ou à des couvertures faciales.

La raison de l’impact réduit de chaque vague successive est que : (1) la plupart des gens ont un certain niveau d’immunité soit par le biais d’une immunité antérieure, soit par une immunité acquise par exposition ; (2) comme d’habitude avec les nouveaux virus émergents, une mutation du virus vers des souches causant une maladie plus bénigne semble s’être produite.

La vaccination peut également y contribuer, bien que sa durabilité et son niveau de protection contre les variantes ne soient pas clairs.

Le gouvernement semble parler « d’apprendre à vivre avec le COVID» tout en pratiquant apparemment furtivement une stratégie « zéro COVID» qui est futile et finalement nocive.

8. Tests de masse d’enfants en bonne santé

Des tests répétés sur des enfants pour trouver des cas asymptomatiques qui ne sont pas susceptibles de propager le virus, et les traiter comme une sorte de danger biologique est nocif, ne sert aucun objectif de santé publique et doit cesser.

Pendant le trimestre de Pâques, un montant équivalent au coût de la construction d’un hôpital général de district a été dépensé chaque semaine pour tester les écoliers afin de trouver quelques milliers de « cas » positifs, dont aucun n’était grave à notre connaissance.

Les confinements contribuent en fait beaucoup plus aux problèmes de santé des enfants, avec des niveaux record de maladies mentales et des niveaux croissants d’infections non COVID, que certains experts considèrent comme le résultat d’une distanciation entraînant un déconditionnement du système immunitaire.

9. La vaccination de toute la population adulte n’aurait jamais dû être une condition préalable à la fin des restrictions

Sur la seule base des premières données vaccinales «  prometteuses », il est clair que le gouvernement a décidé à l’été 2020 de poursuivre une politique de suppression virale au sein de l’ensemble de la population jusqu’à ce que la vaccination soit disponible (qui était initialement destinée aux personnes vulnérables uniquement, puis a ensuite changé — sans véritable débat ni analyse rigoureuse — à l’ensemble de la population adulte).

Cette décision a été prise malgré les préjudices massifs résultant des blocages continus que vous connaissiez ou qui auraient dû être vérifiés pour être pris en compte dans le processus de prise de décision.

De plus, un certain nombre de principes de bonne pratique médicale et de normes éthiques auparavant irréprochables ont été enfreints en ce qui concerne la campagne de vaccination, ce qui signifie que dans la plupart des cas, la question de savoir si le consentement obtenu peut être véritablement considéré comme « pleinement informé » doit être sérieusement mise en doute :

  • L’utilisation de la coercition soutenue par une campagne médiatique sans précédent pour persuader le public de se faire vacciner, y compris les menaces de discrimination, soit soutenues par la loi, soit encouragées socialement, par exemple en coopération avec les plateformes de médias sociaux et les applications de rencontres.
  • L’omission d’informations permettant aux individus de faire un choix en toute connaissance de cause, notamment en ce qui concerne la nature expérimentale des agents vaccinaux, le risque de COVID de fond extrêmement faible pour la plupart des gens, la survenue connue d’effets secondaires à court terme et d’effets à long terme inconnus.

Enfin, nous notons que le gouvernement envisage sérieusement la possibilité que ces vaccins – qui n’ont pas de données de sécurité à long terme associées – puissent être administrés aux enfants sur la base que cela pourrait fournir un certain degré de protection aux adultes. Nous trouvons que cette notion est une inversion épouvantable et contraire à l’éthique du devoir longtemps accepté incombant aux adultes de protéger les enfants.

10. Dépendance excessive à la modélisation tout en ignorant les données du monde réel

Tout au long de la pandémie, des décisions semblent avoir été prises en utilisant des modèles non validés produits par des groupes qui ont ce qui ne peut être décrit que comme un bilan lamentable, surestimant massivement l’impact de plusieurs pandémies précédentes.

Les équipes décisionnelles semblent avoir très peu d’apport clinique et, pour autant que l’on puisse en juger, aucune expertise en immunologie clinique.

De plus, les hypothèses sous-jacentes à la modélisation n’ont jamais été ajustées pour tenir compte des observations du monde réel au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

C’est un aveu étonnant que, lorsqu’on leur a demandé si les dommages collatéraux avaient été pris en compte par SAGE, la réponse donnée était que cela ne relevait pas de leur mandat – on leur a simplement demandé de minimiser l’impact du COVID. Cela pourrait être pardonnable si un autre groupe consultatif étudiait constamment le côté nocif du grand livre, mais cela ne semble pas avoir été le cas.

Conclusion

L’approche du Royaume-Uni face au COVID a manifestement échoué. Dans le désir apparent de protéger un groupe vulnérable – les personnes âgées – les politiques mises en œuvre ont causé des dommages collatéraux et disproportionnés généralisés à de nombreux autres groupes vulnérables, en particulier les enfants.

De plus, vos politiques n’ont en aucun cas empêché le Royaume-Uni d’enregistrer l’un des taux de mortalité par COVID les plus élevés au monde.

Aujourd’hui, malgré des taux de vaccination très élevés et des taux de mortalité et d’hospitalisation actuellement très bas, la politique continue de viser à maintenir une population handicapée par une peur extrême, les restrictions sur la vie quotidienne prolongeant et aggravant les méfaits de la politique.

Pour ne donner qu’un exemple, les listes d’attente du NHS s’élèvent désormais officiellement à 5,1 millions, avec – selon l’ancien secrétaire à la Santé – probablement 7 millions supplémentaires qui nécessiteront un traitement non encore présenté. Ceci est inacceptable et doit être traité de toute urgence.

En bref, il doit y avoir un changement radical au sein du gouvernement qui doit maintenant accorder une attention appropriée à ces experts estimés en dehors de son cercle restreint qui tirent ces alarmes.

En tant qu’acteurs de la santé, nous nous sommes engagés à respecter notre serment de « d’abord ne pas nuire », et nous ne pouvons plus rester les bras croisés en observant des politiques qui ont imposé une série de prétendus « remèdes » qui sont en fait bien pires que la maladie. ils sont censés traiter.

Les signataires de cette lettre vous demandent, au gouvernement, d’élargir sans plus tarder le débat sur la politique, de consulter ouvertement des groupes de scientifiques, de médecins, de psychologues et d’autres qui partagent des points de vue alternatifs cruciaux, scientifiquement valables et fondés sur des preuves et de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour ramener le pays le plus rapidement possible à la normalité avec le minimum de dommages supplémentaires pour la société.“


Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM  !

Lien vers le site original (et la liste des signataires) :
https://boursetechnique.com/2022/02/10/plus-de-130-medecins-britanniques-lechec-des-politiques-covid-a-cause-des-dommages-massifs-en-particulier-aux-enfants/

Source photo :
AdobeStock_334539568 - © Fernando