BAM! DETOX

La vaccination ne réduit pas la transmission !

La vaccination ne réduit pas la transmission !

BAM-detox rassemble des professeurs d’université, des médecins, des personnes travaillant dans le domaine pharmaceutique et médical ainsi que des journalistes indépendants.

Bam-detox a pour objectif d’analyser et de vérifier les informations diffusées dans les médias et les réseaux sociaux.


Lors d’une interview en live sur BAM, Pedro Facon, commissaire COVID du gouvernement fédéral, affirmait que les études des firmes pharmaceutiques déposées auprès de l’EMA (European Medicine Agency) démontraient l’efficacité des vaccins COVID sur la diminution des infections et de la transmission


Voir l'interview ci dessous:
https://fb.watch/8mIbH-c10X/
A partir de 4:48

De manière plus générale, il justifiait l’utilisation du CST par le risque moins élevé de transmission chez les personnes vaccinées.

Qu’en est-il exactement ?

Les études déposées auprès de l’EMA ne précisent rien sur la transmission

D’abord, vérifions la première affirmation du commissaire concernant les études de firmes pharmaceutiques déposées auprès de l’EMA sur la transmission.

Pour ce faire, allons sur le site de l’EMA.
Nous y voyons :

Pour le vaccin Pfizer (Comirnaty)

Source : https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/comirnaty

Pour le Moderna (Spikevax) :

Source : https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/spikevax

Pour l’AstraZeneca (rebaptisé Vaxzevria) :

Source : https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/vaxzevria-previously-covid-19-vaccine-astrazeneca

Pour le Johnson&Johnson (Vaccine Janssen) :

Source : https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/covid-19-vaccine-janssen


Donc à la question « Le vaccin COVID-19 peut-il réduire la transmission du virus d’une personne à l’autre ? », la réponse est la même pour les 4 vaccins actuellement sur le marché : « L'effet du vaccin COVID-19 sur la propagation du virus SARS-CoV-2 dans la communauté n'est pas encore connu. On ne sait pas encore dans quelle mesure les personnes vaccinées peuvent encore être porteuses et propager le virus. »

La réponse est donc sans appel, les études déposées par les firmes pharmaceutiques auprès de l’EMA n’ont jamais démontré une quelconque diminution de la transmission.

Les premières études observationnelles montrent une diminution de la transmission de 40 à 50%

Il faut reconnaitre que certaines des études déposées auprès de l’EMA ont été réalisées il y a plus d’un an. Depuis lors, un grand nombre de personnes ont été vaccinées à travers le monde et des études permettent donc d’en savoir un peu plus sur le sujet.

Au Royaume Uni, une étude réalisée entre le 4 janvier et le 28 février 2021 (période où le variant Alpha commence à s'y répandre), montre une réduction de la transmission de 40 à 50%.
Source : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34161702/

En Belgique, le rapport du GEMS du 19/05/2021 indique à la page 45 :

« Sur la base des résultats du suivi des contacts en Belgique entre le 01/02/2021 et le 04/05/2021, il est possible de déterminer la protection offerte par un vaccin contre un test positif. Comme référence on utilise le ‘secondary attack rate’ après un contact à haut risque entre des personnes non-vaccinées : le risque d’une infection secondaire chez une personne non-vaccinée ayant été en contact avec un cas index vacciné n’est que la moitié du risque pour les infections secondaires après contact avec un cas index non-vacciné. Les personnes vaccinées sont donc moins contagieuses ».

Donc selon le GEMS, la vaccination diminuerait de 50% les contaminations.

Le vaccin ne montre plus d’efficacité sur la transmission avec le variant Delta

Depuis ces différentes études, le variant Delta s’est imposé. Et force est de constater que les nouvelles ne sont pas encourageantes en ce qui concerne la transmission.

Début septembre, 49 séniors vaccinés partent en car à la mer du Nord. Au retour 32 sont contaminés (65%).
Source : https://lanouvellegazette.sudinfo.be/837332/article/2021-09-23/32-seniors-vaccines-positifs-au-covid-19-apres-un-voyage-en-car-blankenberge

Une étude réalisée en Californie, pendant une période de deux mois du 17 juin au 31 août 2021, vient confirmer que le vaccin n’offre plus aucun avantage sur la transmission.

« Nous n'avons trouvé aucune différence significative dans les valeurs seuils du cycle entre les groupes vaccinés et non vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques infectés par le SRAS-CoV-2 Delta. »
Source : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.09.28.21264262v1

Une étude officielle du 30 septembre sur la situation COVID émise par le UK Health Security Agency, qui est le Sciensano anglais, montre que 80% des contaminations liées à un statut vaccinal connu chez des personnes de plus de 18 ans, ont été établies chez des personnes vaccinées. Ceci alors que moins de 80% de la population de plus de 18 ans est vaccinée. En détaillant, on s’aperçoit que si la vaccination semble offrir encore un léger avantage sur la transmission pour les moins de 40 ans, elle a au contraire tendance à favoriser les contaminations pour les plus de 40 ans.

Source : https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1022238
/Vaccine_surveillance_report_-_week_39.pdf

Il est clair que le vaccin n’offre donc plus d’avantage significatif sur la transmission face au variant Delta.

Espérons que nos politiques, commissaires et experts pourront adapter leur stratégie à la lumière de ces informations. Baser des décisions lourdes sur des hypothèses erronées ou des études périmées ne permettra pas d’atteindre l’objectif visé et ne mènera qu’à la déception, l’incompréhension et à la méfiance.