Articles

Les vaccins à ARNm sur la voie de l’hégémonie

Les vaccins à ARNm sur la voie de l’hégémonie

En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) reprend, suite aux échecs vaccinaux avec Johnson & Johnson (J&J) confirmés par elle-même, les recommandations de la Haute autorité de la santé (HAS) et du Center for Disease Control (CDC) américain d’une dose de rappel aux vaccins à ARNm pour les « primovaccinés » J&J. Le passage en force des vaccins à ARNm se concrétise.


Dans son rapport du 13 septembre 2021[1] l’ANSM constate un nombre de plus en plus élevé d’échecs vaccinaux. Il s'agit principalement, d’après elle, du vaccin anticovid à dose unique de J&J.

Le rapport, récoltant des données entre le 9 juillet 2021 et le 26 août 2021, dénombre, pour un total de 32 échecs vaccinaux avec J&J, 29 cas graves et 3 cas non-graves.

 

Taux anormalement élevé de cas graves

Ceci est anormal, car en général (en simplifiant un peu) le nombre de cas diminue avec la sévérité d’une maladie. Imaginez-vous un entonnoir qui représenterait la totalité des cas. De ceux-ci, la majeure partie ne se rendront jamais compte qu’ils sont malades (les cas “asymptomatiques”), une plus petite partie développera une forme bénigne de la maladie (symptômes légers), une partie encore plus petite développera des symptômes déjà plus forts, une partie encore plus petite développera des symptômes sévères nécessitant une hospitalisation, des hospitalisés seulement une partie ira en soins intensifs, et la plus petite partie décèdera.

Or ici, ce rapport est inversé, alors qu’on nous présente les vaccins comme une protection contre les formes graves du covid. En effet, l’ANSM explique que ce taux important de cas graves parmi les échecs vaccinaux serait dû à l’instruction de faire mieux remonter les cas graves d’échec vaccinal. Cependant, cela signifierait aussi qu’au total, les échecs vaccinaux sont nettement sous-estimés, puisqu’un nombre important de cas non-graves n’est pas remonté !

L’efficacité vaccinale pour J&J est donc surestimée. C’est-à-dire que le vaccin J&J n’est pas aussi efficace contre les formes sévères, mettant en cause le sens même de la vaccination, puisqu’on ne se vaccine pas contre un rhume bénin. (Nous reviendrons dans un prochain article sur les chiffres du Robert Koch Institut sur l’efficacité vaccinale tous vaccins confondus.)

 

Coordination internationale sur la dose de rappel à ARNm 

L’ANSM termine son chapitre sur les échecs vaccinaux en rappelant les recommandations pour une dose de rappel avec un vaccin à ARNm, émanant du CDC américain, du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale et de l’HAS pour les « primovaccinés » J&J. Elle cite l’HAS comme suit :

« En ce qui concerne les personnes primovaccinées avec le vaccin Janssen®, la HAS recommande qu’une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Comirnaty® ou Spikevax®) leur soit proposée à partir de 4 semaines après la première injection. Les données montrent en effet une protection insuffisante conférée par une seule dose de vaccin (Comirnaty®, Spikevax® ou Vaxzevria®) contre les formes symptomatiques liées au variant Delta, et les données disponibles ne permettent pas de confirmer l’efficacité à long terme du schéma de vaccination à une dose du vaccin Janssen® contre le variant Delta. »

 

Substitution technologique en cours en Slovénie

S’agit-il là d’une stratégie de substitution technologique des vaccins recombinants, comme J&J, par ceux à base d’ARNm, comme ceux de Pfizer et Moderna ? Ce qui semble confirmer cette hypothèse, à part la recommandation de l’HAS, est la suspension subite du vaccin de J&J en Slovénie[2].

Il y a une semaine, les autorités slovènes annonçaient la suspension du vaccin anticovid de J&J, suite au décès dû à une thrombose, d’une jeune femme d’une vingtaine d’années, quelques semaines après sa vaccination avec J&J. La cheffe du groupe d’experts slovène, Bojana Beović[3] recommande la continuation de la campagne vaccinale avec les vaccins à ARNm, mais elle y rappelle aussi la préférence des autorités pour cette technologie vaccinale.

Par Colin Meier, journaliste citoyen chez BAM!


[1] https://ansm.sante.fr/uploads/2021/09/13/rapport-n4-janssen-final-09092021-vfa.pdf

[2] https://bam.news/articles/suspension-d-un-vaccin-anticovid-apres-la-mort-d-une-slovene-de-20-ans/

[3] https://n1info.si/koronavirus/n1-studio-bojana-beovic/

Source photo :
AdobeStock - Montage Vick