Articles

Épisode 2 : Le réseau COMPACT manipule l’opinion

Épisode 2 : Le réseau COMPACT manipule l’opinion

Le terme de « complotisme » est assurément associé à la crise que nous vivons depuis plus de quinze mois. D’où vient cette « hype » subite autour d’un phénomène jusque-là peu connu, voire ignoré du grand public ? Contrairement à l’impression générale, la crise actuelle n’a pas fait sortir les complotistes comme les escargots après la pluie. Au contraire, on voit plutôt fleurir un peu partout les paroles d’« experts », qui taxent péremptoirement toute critique de la gestion de la crise de « complotiste ». Comme diraient les « complotistes », justement, n’y a-t-il pas là une communication bien huilée ? BAM! a ainsi enquêté sur le réseau européen d’experts COMPACT, très impliqué dans une stratégie de communication autour du « complotisme » dans le contexte de la crise actuelle. Cette série d’articles s’intéressera au mode de travail de cette plateforme de coopération académique, aux contenus produits, à son financement européen, à ses liens avec diverses institutions internationales et des groupes d’intérêts privés. Bienvenue au cœur de la fabrique du consentement !

 

 

ENQUÊTE « Les dessous de COMPACT, la plateforme anti-complotisme de l’UE »


Qui sont ces experts soi-disant « indépendants » qui trustent les plateaux télévisés et l’espace médiatique mainstream pour disqualifier la critique des mesures sanitaires, voire du bien-fondé de la pandémie, en la traitant systématiquement de « théorie du complot » ? Mon enquête révèle qu’ils se connaissent tous et qu’ils travaillent en réseau, même si ce n’est quasiment jamais mentionné.

Découverte d'un réseau d’experts

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, ce sont quelques épisodes d’un podcast indépendant[1],[2], [3] qui s’est intéressé aux détracteurs allemands du complotisme, comme Michael Butter[4], Pia Lamberty[5] ou encore Jan Rathje[6]. Un épisode du podcast[7] décortique ainsi une émission de Quarks & Co.[8], un programme scientifique de la télévision publique allemande WDR, lors de laquelle quatre experts prétendument indépendants commentent les théories du complot. Petit problème : tous les quatre – Michael Butter[9], Michal Bilewicz[10], Jan-Willem van Prooijen[11] et Hulda Thórisdóttir[12] – font partie de COMPACT[13] Le premier indice d'un carnet d'adresses est là, mais comment étayer ce soupçon ?

Une recherche sur les contributions médiatiques des membres germanophones de COMPACT, début juin 2020, me permet de mettre la main sur une trentaine de contributions diverses sur le thème des « théories du complot » pour les membres suivants : Michael Butter[14], Roland Imhoff[15], Pia Lamberty[16], Jan Rathje[17], Tanjev Schultz[18]. L’exposé de Markus Fiedler[19] lors de la session n° 38[20] du Corona Ausschus[21] (comité d’enquête corona) du Dr Fuellmich me fournit également de précieuses informations sur ce « réseau des théoriciens des théories du complot ».

Leurs interventions ont quasiment toutes été diffusées dans l’espace de quelques semaines (surtout au mois de mai 2020), peu de temps après l’apparition des premières manifestations contre les mesures sanitaires en Allemagne, et principalement dans les médias audiovisuels publics allemands (ARD, ZDF, DLF) et la Deutsche Welle. Sont venues s’ajouter à cette liste non exhaustive, entre le 1er juin 2020 et le 3 juin 2021, 13 contributions de R. Imhoff, 20 de J. Rathje, 38 de M. Butter et 115 de P. Lamberty, ce qui revient à environ une tous les trois jours !

Ils sont partout

Mes recherches ont démarré en Allemagne, mon pays natal. Pourquoi alors est-ce intéressant pour un public belge ? Parce que c’est le même phénomène en Belgique ! Ce genre de critique des « théories du complot » par des membres de COMPACT existe également dans les médias belges francophones et néerlandophones, ainsi que dans les médias francophones étrangers. Ces interventions ciblent la critique des mesures sanitaires et du bien-fondé de la pandémie de covid-19 sur le terrain.

Le Pr Klein a ainsi contribué (à la date du 3 juin 2021) avec plus ou moins d’implication à environ 26 interventions médiatiques diverses à ce sujet, dont 23 depuis 2020, parmi lesquelles figure le fameux reportage d’investigation de la RTBF du 26 mai 2021, mentionné dans le premier épisode de cette enquête. Son collègue néerlandophone Stef Aupers[22] de la KU Leuven, lui aussi membre de COMPACT[23] et représentant la Belgique, a fait 37 interventions, dont 27 depuis 2020. Et on ne compte plus les contributions, dans les médias d’autres pays et dans d’autres langues, des 130 à 140 collaborateurs au sein de COMPACT.

Dans cette abondance, en si peu de temps, d’interventions d'experts jusqu'alors inconnus du grand public, mais désormais omniprésents, il est important de noter qu’à de rares exceptions près[24] aucun lien d’affiliation avec COMPACT n’est mentionné. Ceci est d’autant plus notable que COMPACT est un projet de recherche financé par de l’argent public[25]. Ses perspectives sont ainsi régulièrement reprises et diffusées par des institutions publiques, qui leur procurent ainsi une légitimité officielle.

Objectivité fallacieuse

Ainsi, la Bundeszentrale für politische Bildung, qui dépend du ministère de l'Intérieur allemand[26], a publié des interviews au sujet des théories du complot dans le contexte du covid-19 avec des expertes comme P. Lamberty et Katharina Nocun[27]. Elles omettaient toutefois de mentionner l’affiliation de P. Lamberty à COMPACT et leur qualité de co-auteures du livre « Fake Facts [28], qui traite du complotisme.

Dans ces interviews, le public est confronté à une panoplie de théories de complot, y compris autour du coronavirus, émanant d’avis d’expertes en apparence indépendantes des autorités publiques et de la plateforme de communication - publique et donc légitime et faisant autorité. Leurs démonstrations, en apparence indépendantes l’une de l’autre, aboutissent à un jugement sévère de l’opposition aux politiques sanitaires des autorités publiques… qui contrôlent cette plateforme.

Tout naturellement, le journaliste fait une synthèse sans appel : « Ce qui veut dire que, si je devais croire à une vraie théorie du complot comme, par exemple, « toute cette crise du corona n’est qu’une fake news, le virus n’existe pas » ou encore « même si le virus existe, il n’est pas aussi dangereux qu’on le prétend » cela me permettrait d’en tirer mes propres conclusions afin de dire « alors je peux sortir, je peux circuler librement, je n’ai pas besoin de respecter le confinement » et c’est avec ce genre de comportement-là que je mets finalement la vie d’autrui en danger. »[29]. Et voilà ! Le tour est joué : il scelle ainsi l’amalgame entre les théories du complot, la négation du virus, une simple remise en perspective de sa sévérité et un comportement dangereux. Le public, lui, croit écouter un discours objectif sur les politiques publiques et la critique de celles-ci, diffusé par une institution publique.

Mensonges par omission

Il ne s’agit là pas d’un procédé isolé. Ainsi la Deutsche Welle a fait appel à J. Rathje[30] pour intervenir sur le sujet du conspirationnisme dans le contexte de l’opposition aux politiques sanitaires. Cette plateforme lui sert de porte-voix pour apparenter cette opposition à des idéologies d’extrême-droite ou encore la relier à des milices armées américaines[31]. Non seulement la Deutsche Welle omet, ici aussi, de mentionner l’affiliation de J. Rathje à COMPACT, mais de plus elle le présentera comme expert indépendant de la Fondation Amadeu Antonio, alors que celle-ci est elle aussi soutenue financièrement par le gouvernement allemand[32] ! Et tant qu’on y est, la Deutsche Welle se présente sans vergogne comme indépendante du gouvernement allemand[33], alors que son budget provient exclusivement de celui-ci et que des représentants gouvernementaux siègent au sein de ses comités[34].

En ce qui concerne la Belgique, revenons sur le fameux reportage de la RTBF[35] cité dans l’article précédent. Ici, le Pr Klein est présenté comme un expert en psychologie officiant à l’ULB[36], ce qu’il est assurément. Seulement, la RTBF s’arrête là. Il ne lui semble au demeurant pas nécessaire de mentionner qu’il fait partie de COMPACT[37], ni d’un groupe d’experts conseillant les autorités belges nommé « Psychologie & Corona »[38]. Ce dernier existe principalement non pas pour analyser l’impact des mesures sanitaires sur l’état psychologique de la population, mais bien pour recommander aux autorités belges des moyens psychologiques pour favoriser l’acceptation et le respect des mesures par la population[39]. La RTBF espère-t-elle donc honnêtement recevoir un avis réellement indépendant de la part du Pr Klein sur le documentaire du réalisateur Bernard Crutzen Ceci n’est pas un complot[40] ? Celui-ci remet en question le bien-fondé de la pandémie ainsi que son traitement médiatique, alors que le Pr Klein et son groupe d’experts soutiennent activement ces mesures.

Grossières manipulations

Que pouvait-on d’ailleurs espérer apprendre de plus que ce que le Pr Klein avait déjà exprimé sur les réseaux sociaux[41] ? Pire, d’après lui, le documentaire serait un appel subtil à la violence, puisqu’il ferait allusion à la résistance lors de la 2ème guerre mondiale, et que celle-ci fit tout de même usage de la violence. Cerise sur le gâteau, il rajoute que ce n’est pas nécessairement l’intention du réalisateur, mais ce que les spectateurs pourraient en déduire. Ceci est un procès d’intention, impossible à réfuter, qui impute au réalisateur les conséquences des interprétations et des actes de chaque spectateur individuel.

Cette comparaison à laquelle le Pr Klein a recours ressemble fort à celle de J. Rathje. Il s’agit dans les deux cas d’éléments complémentaires d’un tour de passe-passe rhétorique qui a pour but la délégitimation du concept de résistance par la réduction de celle-ci à au contexte historique très spécifique des heures sombres de notre histoire. La seule conclusion que l’on peut en tirer, d’après cette façon de raisonner, est que tant que le pouvoir politique ne s’apparente pas exactement au niveau de gravité équivalent à celui du fascisme nazi (et spécifiquement des années 1939 à 1945), résister à tout pouvoir politique avant qu’il en arrive à ce stade-là est non seulement illégitime, mais revient à usurper la résistance de l’époque. Cela fait de vous, par logique d’inversion, un adhérent de l’idéologie-même à laquelle vous prétendez résister. L’opération intellectuelle est perfide, fait preuve d’un réductionnisme historique ahurissant et d’un sévère manque de culture politique. Mais elle fonctionne et surtout, elle arrange le pouvoir en place.

Il est important d’y prêter attention, surtout quand l’on considère les conséquences que peuvent avoir ces contributions. Lorsqu’on est plutôt rebelle et qu’on en prend connaissance, on peut se sentir diffamé[42] , voire pathologisé[43], [44] , [45] par ces « experts » ou les médias qui les relayent, comme on le faisait il y a un siècle avec les « hystériques ». Et si on partage le même avis, on a tendance à reprendre ces contributions à son propre compte, pensant avoir été pertinemment bien informé sur un phénomène social et ses dangers.

En fait, comme ces « experts » auront été présentés comme « indépendants », la majorité du public en déduira que ce qui a été dit présente une certaine objectivité, surtout si la plateforme fait également figure d’autorité. La science et le journalisme ont pourtant des codes de conduite similaires qui exigent la divulgation de toutes circonstances (financières, professionnelles ou personnelles) qui pourraient constituer un conflit d'intérêts. Dans tous ces cas, le public aura au minimum été induit en erreur, sinon mal informé, s’il s’avérait que les journalistes eussent connaissance de telles connexions. Il y a donc un intérêt légitime à suivre ce réseau de plus près. Le soupçon d'un carnet d'adresses semble se confirmer.

Deux poids deux mesures

Une personne se démarque en particulier : Pia Lamberty, employée[46] (entre 2016 et 2018) auprès du Pr Imhoff[47], directeur de l’Institut de psychologie sociale et judiciaire de l’Université de Mayence[48], et qui semble être depuis 2016 l’une de ses doctorantes[49].

Ce qu’il y a d’intéressant avec elle est tout d’abord que, bien qu'elle n'ait pas encore obtenu de doctorat, elle a déjà été largement relayée par les médias comme une « experte » de la Bundeszentrale für politische Bildung[50] (Agence fédérale pour l'éducation civique), à l'ARD[51], [52], à la Deutschlandfunk[53] (DLF), en passant par le Redaktionsnetzwerk Deutschland[54] (RND), la presse écrite de gauche-libérale comme la Tageszeitung[55] (taz) ou Le Vendredi[56], jusqu’à la ZDF[57], [58].

Cette dernière a même accordé à P. Lamberty l'accès à une émission pour enfants, dans laquelle elle présentait déjà à ceux-ci un contenu politiquement discutable (« Le complot conduit généralement à plus de volonté de recourir à la violence. »). Ensuite, si P. Lamberty est une experte des théories du complot, pourquoi fait-elle preuve d’un comportement sélectif et d’une notion de timing impeccable lorsqu’il s’agit d‘être immédiatement disponible pour critiquer les manifestations contre les mesures sanitaires[59]. Cela tombait en effet juste à point avec la publication de son nouveau livre « Fake Facts » (2020).

En revanche, on ne l’a pas entendue le moins du monde sur une, si pas LA théorie de complot de notre temps : le Russiagate, que les médias n’ont eu de cesse de matraquer pendant plus de quatre longues années ? Elle est désormais considérée comme une théorie du complot démasquée en tant que campagne politico-médiatique contre Donald Trump et contre la Russie[60], <[61],[62], après avoir reçu le coup de grâce avec le rapport Mueller[63] et l’investigation d’Aaron Maté[64]. Son évaluation par P. Lamberty (ou l’un de ses collègues de COMPACT) eût été d'un intérêt brûlant, même si la réponse, connue d’avance, que la « mentalité complotiste » se trouve surtout parmi les électeurs de l’ex-président Trump ou du camp républicain en général[65] ne devrait surprendre personne. Alors qu’on sait pertinemment que le Russiagate a été lancé par les démocrates américains dès la victoire électorale de D. Trump en 2016.

Cette sélectivité, à la fois des médias et des experts, est frappante. Une telle approche en public conduit inévitablement à la question suivante : comment ce groupe se comporte-t-il dans son travail académique quotidien ? Est-ce que tout y est fait selon les règles ? Les prochains épisodes exploreront ces questions en analysant le comportement de citation de P. Lamberty, de COMPACT, ainsi que leurs déclarations de conflit d’intérêts.

À suivre…

Par Colin Meier, journaliste citoyen


Retrouvez les articles ici :
« Les dessous de COMPACT, la plateforme anti-complotisme de l’UE »

 

 

 

[1]https://wikihausen.de/2020/04/24/corona-shutdown-umgang-des-mainstreams-mit-den-alternativen-medien-39-wikihausen/
[2]https://wikihausen.de/2020/05/21/eingriffe-in-den-politischen-meinungskampf-durch-den-staat-40-wikihausen/
[3] https://wikihausen.de/2020/06/09/michael-butter-im-netzwerk-der-dummschwaetzer-eine-verschwoerungstheorie-wikihausen-im-interview/
[4]  https://uni-tuebingen.de/fakultaeten/philosophische-fakultaet/fachbereiche/neuphilologie/englisches-seminar/sections/american-studies/faculty-staff/prof-dr-michael-butter/
[5] https://www.sozrepsy.uni-mainz.de/pia-lamberty-msc/
[6]https://www.amadeu-antonio-stiftung.de/ueber-uns/kontakt-team/jan-rathje/
[7]https://wikihausen.de/2020/06/09/michael-butter-im-netzwerk-der-dummschwaetzer-eine-verschwoerungstheorie-wikihausen-im-interview/
[8]https://www1.wdr.de/mediathek/video/sendungen/quarks-und-co/video-wahn-oder-wahrheit---was-steckt-hinter-verschwoerungstheorien---100.html
[9]https://conspiracytheories.eu/member/prof-dr-michael-butter/
[10]https://conspiracytheories.eu/member/dr-michal-bilewicz/
[11]https://conspiracytheories.eu/member/jan-willem-van-prooijen/
[12]https://conspiracytheories.eu/member/hulda-thorisdottir-ph-d/
[13]https://conspiracytheories.eu/members/
[14]https://www.ardmediathek.de/ard/video/swr1-leute/untersucht-verschwoerungstheorien-im-zusammenhang-mit-corona/swr-de/Y3JpZDovL3N3ci5kZS9hZXgvbzEyMzAxMDI/
[15]https://www.srf.ch/news/schweiz/rund-um-die-coronakrise-warum-gibt-es-zurzeit-so-viele-verschwoerungstheorien
[16]https://www.ardmediathek.de/ard/video/swr-aktuell-rheinland-pfalz/wer-steckt-hinter-den-protesten/swr-rheinland-pfalz/Y3JpZDovL3N3ci5kZS9hZXgvbzEyNDIwODc/
[17]https://www.dw.com/de/wie-impf-%C3%A4ngste-in-der-corona-krise-zu-verschw%C3%B6rungstheorien-werden/a-53415328
[18]https://www.deutschlandfunk.de/mediendebatte-wie-berichten-ueber-die-corona-demonstranten.2907.de.html?dram:article_id=476519
[19]Journaliste citoyen indépendant allemand, Markus Fiedler consacre la majeure partie de son travail journalistique, dont il publie les résultats sur son site « Geschichten aus Wikihausen » (Contes de Wikiville), aux mécanismes internes de Wikipédia ainsi qu’à l’analyse de la manipulation de l’opinion publique par des institutions étatiques ou privées, notamment à travers Wikipédia. Microbiologiste de formation et enseignant de secondaire jusqu’à récemment, M. Fiedler s’exprime aussi, au début de son intervention, sur les différentes technologies vaccinales de Pfizer, y compris celles qui se trouvent encore en phase d’essai.
[20]https://youtu.be/HMCgF08I6WU?t=10488
[21]https://corona-ausschuss.de/
[22]https://soc.kuleuven.be/ims/staff/00097767
[23]https://conspiracytheories.eu/member/stef-aupers/
[24]https://www.dw.com/de/michael-butter-verschw%C3%B6rungstheorien-sind-nicht-neu/a-53488287
[25]https://bam.news/articles/episode-1-la-decouverte-de-carnets-d-adresses/
[26]https://www.bpb.de/geschichte/zeitgeschichte/geschichte-der-bpb/152799/24-januar-2001 : le ministre fédéral allemand de l’intérieur nomme son président et est son ultime supérieur. Le président est soutenu par un conseil scientifique de 12 membres, qui sont eux aussi nommés par le ministre de l’intérieur. Son règlement interne doit être approuvé par le ministre de l’intérieur. Seuls les représentants du ministère fédéral de l’intérieur ainsi que des membres du conseil d’administration de la bpb ont le droit de participer aux réunions du conseil scientifique. Les membres de son conseil d’administration sont issus du Bundestag, mais le président de la bpb ainsi que des représentants du ministère fédéral de l’intérieur assistent à ses réunions également. Et surtout, le ministre fédéral de l’intérieur a le pouvoir d’autoriser le président de la bpb à passer outre les décisions unanimes prises par le conseil scientifique.
[27]https://www.bpb.de/mediathek/306997/folge-2-der-mensch-und-das-netz
[28]https://www.luebbe.de/quadriga/buecher/gesellschaft/fake-facts/id_7746038
[29]https://www.bpb.de/mediathek/306997/folge-2-der-mensch-und-das-netz min. 26:08
[30]https://www.dw.com/de/wie-impf-%C3%A4ngste-in-der-corona-krise-zu-verschw%C3%B6rungstheorien-werden/a-53415328
[31] « Antivaxx, ennemis de la démocratie et théoriciens du complot manifestent ensemble contre la politique corona de l'Allemagne. Cette alliance est rarement vue en dehors de l'Allemagne - très probablement aux États-Unis. » https://www.dw.com/de/corona-proteste-ein-deutscher-sonderfall/a-53428039
[32]https://www.amadeu-antonio-stiftung.de/ueber-uns/transparenz/
[33]https://www.dw.com/en/our-mission-strategy-and-goals/a-18230211 : voir p.3-4. Ce document décrit aussi le positionnement géostratégique de la DW. Y est dressé le cadre d’un contexte compétitif avec d’autres médias étatiques internationaux au sein duquel il s’agit de s’imposer pour promouvoir l’image de l’Allemagne ainsi que sa politique à l’étranger et de marquer son opposition face à d’autres pays, nommant explicitement des pays comme la Russie, la Chine, la Turquie et l’Iran.
[34]https://www.dw.com/en/about-dw/s-30688 : la DW se dit indépendante du gouvernement allemand bien qu’elle soit financée à raison de 395 millions d’euros (2019) par celui-ci. De plus, la « Loi Deutsche Welle  accorde au gouvernement fédéral allemand la désignation de trois postes (sur 17) au conseil de radiodiffusion de la DW, au Bundestag deux postes et au Bundesrat un poste, ainsi que la désignation d’un poste supplémentaire par la Internationale Weiterbildung und Entwicklung (InWent) gGmbH, qui a été été incorporée en 2011 dans la Gesellschaft für internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ, Agence pour la coopération internationale), une S.A.R.L. appartenant à 100% au gouvernement fédéral allemand. Le conseil de radiodiffusion élit à son tour le directeur-général. Vient s’ajouter à ceci la composition du conseil d’administration de la DW de sept personnes, dont une est désignée par le gouvernement fédéral allemand, une par le Bundestag et une par le Bundesrat.
[35]https://www.rtbf.be/auvio/detail_investigation?id=2773404
[36]https://cescup.ulb.be/member/olivier-klein/
[37]https://conspiracytheories.eu/member/prof-olivier-klein/
[38]https://www.uppcf.be/psychologie-et-corona : La syntaxe du titre de ce groupe d’experts en dit long, puisqu’elle implique l’impact de la psychologie sur les mesures sanitaires, et non pas l’inverse. Pour preuve, prenez le 3ème rapport : « La population n’est plus motivée. Comment pouvons-nous créer un cadre motivant ? » Le groupe d'experts livre un rapport éclairant sur les principaux résultats des enquêtes récentes. Par ailleurs, ils préconisent « une approche interdisciplinaire » et proposent « une gamme de recommandations (ce qu’il faut faire ou ne pas faire) en matière de communication et de politique motivationnelles. »
[39]https://b33ee0ff-0e8e-4cc5-86ed-601393f58cde.filesusr.com/ugd/9eb562_dee43fa27a9c414d893282ad0f23d9c3.pdf : « Depuis le début de la crise du Coronavirus, un groupe de psychologues issus du monde universitaire et d'organisations professionnelles se sont réunis au sein d'un groupe de travail ad hoc "Psychologie & Corona" afin de mettre à profit leur expertise pour faire face aux grands défis sociétaux posés par la pandémie. L'un de ces défis consiste à accompagner un effort soutenu et à long terme de la population pour adapter son comportement. »
[40]https://www.youtube.com/watch?v=HH_JWgJXxLM
[41]https://twitter.com/olivier_klein/status/1358341471502540802?lang=en
[42]https://www.srf.ch/news/schweiz/rund-um-die-coronakrise-warum-gibt-es-zurzeit-so-viele-verschwoerungstheorien « La réponse du psychologue serait les deux. Les récits de complot sont bien sûr intrinsèquement menaçants car ils légitiment la violence et sapent le ciment social. » R. Imhoff, SRF, 20 mai 2020.
[43]https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/ejsp.2494 : « Conspiracy beliefs and paranoia share antecedents, consequences and (empirically speaking) variance. A closer look, however, allows the identification of clearly distinct phenomena. Whereas in the worldview of the paranoid everybody is after them, through the eyes of the conspiracist, a few powerful people are after everybody. » Imhoff et Lamberty (2018).
N.B. : Même s’ils énoncent des différences entre les deux phénomènes, ils se gardent pour autant de préciser que la différence principale serait que l’un (la paranoïa) est un trouble psychiatrique tandis que l’autre non, ce qui implique que, pour les auteurs, les deux en sont, mais à part entière.
[44]https://link.springer.com/article/10.1007/s00278-021-00498-2 : « Bien que cette vision du monde à première vue ait des points de contact avec la paranoïa (et la paranoïa sub-clinique est également une corrélation stable), il existe une différence cruciale : dans le délire paranoïaque, le monde entier est après la personne ; la mentalité du complot, d'autre part, décrit la conviction que quelques-uns veulent tromper et tromper le monde entier (Imhoff et Lamberty 2018). » Lamberty et Imhoff (2021)
[45]https://www.lpk-rlp.de/detail/wie-geht-man-mit-verschwoerungstheorien-in-der-psychotherapie-um.html : La chambre régionale des psychothérapeutes de la Rhénanie-Palatinat résume ainsi l’exposé de P. Lamberty : « Vers la fin de la conférence, il y avait également une comparaison des symptômes de la maladie mentale et de la croyance aux complots, qui ont montré des différences claires mais aussi quelques similitudes. »
[46]https://www.sozrepsy.uni-mainz.de/pia-lamberty-msc/
[47]https://conspiracytheories.eu/member/roland-imhoff/
[48]https://www.sozrepsy.uni-mainz.de/prof-dr-roland-imhoff/
[49]https://www.sozrepsy.uni-mainz.de/prof-dr-roland-imhoff/ : Le fait que P. Lamberty soit une doctorante du Pr Imhoff ne peut être confirmé avec certitude, car le nom de son directeur de thèse n’est jamais divulgué. Cependant, le fait qu’elle est doctorante à l’institut du Pr Imhoff et qu’elle publie principalement avec lui, permettent de raisonnablement déduire ce lien entre eux deux.
[50]https://www.bpb.de/mediathek/306997/folge-2-der-mensch-und-das-netz
[51]https://www.ardmediathek.de/ard/video/swr-aktuell-rheinland-pfalz/wer-steckt-hinter-den-protesten/swr-rheinland-pfalz/Y3JpZDovL3N3ci5kZS9hZXgvbzEyNDIwODc/
[52]https://www.ardmediathek.de/ard/video/zapp/entstehung-und-aufbau-von-verschwoerungstheorien/ndr-fernsehen/Y3JpZDovL25kci5kZS82MmM4Y2RhZS1jYmIwLTQ5MjktYjVmZS0yNmZmNmEwN2ViMTk/
[53]https://www.deutschlandfunk.de/wissenschaftliche-untersuchung-wie-sich.886.de.html?dram:article_id=477634
[54]https://www.rnd.de/wissen/sozialpsychologin-pia-lamberty-corona-pandemie-verstarkt-verschworungstheorien-7NDCRG3NBCMW736OGFOLAKIN7I.html
[55]https://taz.de/Psychologin-ueber-Verschwoerungsglauben/!5685695/
[56]https://www.freitag.de/autoren/elsa-koester/in-krisen-werden-mythen-maechtiger
[57]https://www.zdf.de/nachrichten/panorama/coronavirus-verschwoerungstheorie-ursprung-deutschland-100.html
[58]https://www.zdf.de/kinder/logo/verschwoerungstheorien-beispiele-100.html
[59]https://www.ardmediathek.de/ard/video/swr-aktuell-rheinland-pfalz/wer-steckt-hinter-den-protesten/swr-rheinland-pfalz/Y3JpZDovL3N3ci5kZS9hZXgvbzEyNDIwODc/
[60]https://www.monde-diplomatique.fr/2019/05/MATE/59879
[61]https://thegrayzone.com/2020/05/11/bombshell-crowdstrike-admits-no-evidence-russia-stole-emails-from-dnc-server/
[62]https://www.nachdenkseiten.de/?p=50416
[63]https://www.justice.gov/storage/report.pdf
[64]https://www.monde-diplomatique.fr/2019/05/MATE/59879
[65]https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0191886917306906

Source photo :
Colin