Tribune

Dans le brouillard, un brouhaha de pensées.

Dans le brouillard, un brouhaha de pensées.

Je suis resté silencieux un long moment, comme une nécessité absolue. J’avais besoin de «m’éloigner» de cette pensée unique qui nous est injectée par doses infimes, si infimes que rares sont ceux qui refusent la deuxième, la troisième, la dixième dose. Les centres de vaccination sont télévisuels, radiophoniques, visuels, etc. On placarde nos villes de messages d’espoir pour un lendemain meilleur, on distille des mesures à suivre pendant nos achats, entre la viande sous plastique et les fruits coupés en quatre sans pépin et emballés individuellement.

J’entends des responsables politiques devenir vigiles de boîtes de nuit: le fameux «Tu rentres pas si tu as des baskets aux pieds» est devenu «Pas de quarantaine si tu es vacciné».

J’entends déjà l’opprobre grandissant de la bienpensante communauté masquée et hygiéniste qui nous entoure: «Il faut nous protéger mais surtout protéger les autres…», «Vous êtes des égoïstes, des égocentriques.» ou encore «Ben, si tu te fais pas vacciner, assume et sors plus de chez toi».

Que disaient ces mêmes personnes, il y a un an lorsque, personnellement, j’écrivais que nous aurions un passeport de santé pour voyager? Ah oui: «Complotisme»! Que disaient-elles lorsque j’écrivais que la vaccination serait faussement un libre choix? «Complotisme»! Que me hurlaient-elles au visage quand j’énonçais des restrictions sur nos libertés? «Complotisme»…

Que pensez-vous qu’elles vont me dire aujourd’hui si j’écris que (et je le pense tout aussi profondément et sincèrement) nous allons voir apparaître les premières discriminations à l’embauche pour non-vaccination? Que dira-t-on de moi si j’énonce que, bientôt, si rien n’est fait, les non-vaccinés n’auront plus droit d’aller chez le coiffeur, chez le boucher, chez H&M, chez Primark, à l’hôpital? Pensez-vous improbable qu’à terme, les non-vaccinés n’aient plus autant de droits que les autres?

La pensée unique… Voilà ce qu’elle produit, selon moi: des personnes qui ne pensent plus par elles-mêmes, à qui il faut dire quoi faire, quand le faire, comment le faire mais surtout pas pourquoi ni pour quoi. Je le fais parce que c’est comme ça. Je regarde tel programme parce que c’est comme ça. Je lis tel journal parce que c’est comme ça. Je fais telles études parce que c’est ce que l’on me dit de faire. Je pense donc nous sommes tous identiques.

Hé, arrête-toi un peu hein, ça fait des siècles que l’on construit des ponts de la même façon et toi, tu crois qu’on va changer ça??? Ouais, dis-toi simplement qu’avant le pont, on traversait un cours d’eau en barque et, qu’avant ça à la nage et qu’avant ça encore, on faisait demi-tour. C’est parce qu’un gars s’est dit un jour: «Tiens, si je faisais un truc solide, rigide qui relierait les deux côtés?» qu’aujourd’hui, on construit les ponts de la même façon!!! Si on va dans l’espace, c’est parce que des personnes ont pensé différemment, si on roule en voiture aussi, si il y a de l’électricité aussi, si tu peux me lire sur ton PC encore et toujours aussi. Toutes les inventions passées, présentes et futures ont été, sont et seront élaborées par des personnes qui pensent différemment.

Je suis conscient que me protéger, c’est protéger les autres et je pense avoir suffisamment de réflexion pour me dire que si je suis malade, je reste chez moi, j’annule une soirée éventuelle, j’évite d’embrasser le front de mes enfants, je me mouche dans un mouchoir et je me lave les mains plus régulièrement. C’est aussi un sens que nous avons oublié/perdu avec le temps: LE BON SENS. C’est, pour moi, lié à notre manque d’utilisation de notre pensée, de notre réflexion. Nous avons oublié que nous sommes dotés d’intelligence et qu’elle se «muscle» par la lecture, la curiosité, le croisement d’informations divergentes, la recherche, …

Soyons clairs, se faire une opinion sur la vaccination est impossible. Les médias relaient aveuglément les paroles politiciennes, qui elles-mêmes relaient les paroles du Comité Scientifique, qui lui-même, pour une partie en tout cas, relaie les paroles lobbyistes de Bruxelles. Et d’un autre côté, il y a des médecins qui nous relaient d’autres informations, souvent contradictoires avec les premières, plus «rassurantes» aussi. Que faire, me direz-vous? Simplement, faire appel à son bon sens. La communauté scientifique n’étant pas en accord sur ce point, nous devrions avoir une VRAIE possibilité de choix et attendre. C’est un avis qui ne se base sur rien de scientifique mais sur de la logique humaine, MA logique, qui n’engage que moi. Et je ne peux que vous inviter à avoir votre propre logique, votre mode de pensée et votre choix unique et responsable.

La vérité est un flambeau qui luit dans un brouillard sans le dissiper” - C.Adrien Helvétius

Source photo :
https://pxhere.com/fr/photo/395968

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!