Tribune

10/40 - QUI DÉCIDE? - LES POTENTIELS LIENS D'INTÉRÊTS

10/40 - QUI DÉCIDE? - LES POTENTIELS LIENS D'INTÉRÊTS


La Covid est une réalité. Mais quel est le risque réel ? Les mesures prises sont-elles justifiées ? Beaucoup d'informations ne circulent pas. Pour tenter une autre histoire de la Covid, j’ai compilé plus de 2000 ressources afin de déterminer des certitudes, émettre des hypothèses, poser des questions.... Cette démarche s'est soldée par la production d'une publication de 80 pages.

BAM vous en propose la lecture sous forme d'épisodes thématiques quotidiens (du mercredi au dimanche).


Qui prend les décisions ? Les potentiels liens d’affinité ou conflits d’intérêts

Qu’il s’agisse du conseil de défense, du comité scientifique, ou des différents intervenants qui prennent la parole sur les plateaux de télévision… Dans une situation comme celle que l’on vit actuellement, en proie à détruire nos sociétés et mettant en danger nos droits fondamentaux, il est indispensable d’étudier avec une extrême vigilance les moindres liens possibles entre les personnes qui prennent les décisions et diffusent des discours, et les laboratoires pharmaceutiques ou autres acteurs politico-économiques qui pourraient en retirer un quelconque bénéfice. Ce travail n’est pas vraiment fait.

France Soir publie le 24/06/20 un palmarès des revenus récents versés par l’industrie pharmaceutique à des professionnels de santé. On y retrouve des squatteurs de plateaux de télévision comme Karine Lacombe (212 209 €), ou des médecins comme Pierre Tattevin (79 956 €), fervent détracteur de Didier Raoult (0 €).

Quelques éléments permettent de mieux comprendre comment cela fonctionne et certains posent des questions fondamentales.
[Source(s) liée(s) : 990]

La base de données Transparence Santé a été mise en place en 2014 par le gouvernement pour tenter de rendre accessible l’ensemble des informations déclarées par les entreprises sur les liens d’intérêts qu’elles entretiennent avec les acteurs du secteur de la santé. Y sont déclarés les fournitures de matériel, les rémunérations, les repas, les participations à des conventions… Qui dit lien d’intérêt ne dit pas forcément conflit d’intérêt. Heureusement que les médecins et les laboratoires travaillent ensemble. Et le privé permet le financement de beaucoup de projets. Mais cela peut créer in fine des affinités qui ne doivent en aucun cas faire pencher la balance dans des situations sensibles.
[Source(s) liée(s) : 1181]

L’association Euros For Docs simplifie l’accès à la base Transparence-Santé et tente de permettre d’identifier de potentiels conflits d’intérêts majeurs, souvent à l’origine de crises sanitaires, comme celle du Levothyrox en 2017-2018 ou du Mediator.
[Source(s) liée(s) : 535 + 1201]

Car à force de vivre avec des financements de laboratoires, de participer à des événements communs, des liens humains se tissent, et le lien d’intérêt peut devenir conflit, sans forcément que circulent des mallettes de billets.

Une totale indépendance n’est donc pas toujours possible et le problème des liens d’intérêts est complexe. Pour autant il doit faire l’objet de toutes les vigilances. Le Conseil scientifique indépendant (CSI), avec Jean-Dominique Michel, nous rappelle le 15 avril 2021 que la santé est un des domaines les plus corrompus dans le monde, une corruption avérée et reconnue depuis plusieurs années par l’ONU, la Commission Européenne et les revues médicales les plus prestigieuses. On note au passage que dix laboratoires pharmaceutiques, dont deux produisent actuellement des vaccins contre la Covid, auraient payé à eux seuls, depuis 2000, aux Etats-Unis uniquement, plus de 40 milliards de dollars d’amendes pour diverses condamnations. Ce n’est pas du complotisme, c’est la triste vérité, même si on préfèrerait pouvoir l’occulter.
[Source(s) liée(s) : 1242 + 508]

Témoignage personnel : Suite à l’envoi d’une demande de débat concernant le passeport vaccinal à de nombreux députés européens, le député croate Ivan Vilibor Sinčić m’a répondu par e-mail et n’hésite pas à parler de «global pandemic of corruption».

Un travail serait sans doute également à effectuer concernant l’OMS, ses membres, son influence et son indépendance. On connait ses controversées sources de financement. On sait qu’elle ne recommande pas tout à fait le port du masque généralisé, qu’elle n’écarte pas totalement l’hydroxychloroquine, qu’elle déconseille fortement le confinement et semble très engagée pour un vaccin, notamment avec le projet Covax. Elle fait l’objet de diverses accusations, dont une concernant les fameux tests PCR. Son directeur est également visé par une plainte pour complicité de crime contre l’humanité.
[Source(s) liée(s) : 923 + 354 + 989]


Qui prend les décisions ? N’oublions pas…

Que ceux qui prennent les décisions en France actuellement, en dehors de toute sensibilité politique, sont ceux :
- qui ont supprimé l’ISF (suppression suivie d’une explosion de la progression des dividendes chez les 0,1 % les plus fortunés [...] les chiffres sont absolument hallucinants) ;
- qui bloquent au niveau européen la taxe sur la spéculation et préfèrent donc privilégier les traders plutôt que la planète ;
- qui n’ont pas écouté l’hôpital quand il était dans la rue en 2019 ;
- qui n’ont pas écouté la souffrance de son peuple lors de la crise des Gilets Jaunes ;
- qui ne font pas l’unanimité sur une potentielle réforme des retraites ;
- qui votent des lois sécuritaires dénoncées par les plus grandes associations de défense des Droits de l’Homme ;
- qui n’ont pas tenu compte de l’avis largement défavorable du peuple concernant le projet de passeport sanitaire lors de la consultation du CESE ;
- qui permettent à de grands groupes d’avoir recours aux aides de l’Etat alors que ces mêmes groupes s’apprêteraient à verser des dividendes ;
- et qui sont mis en cause par le Conseil d’Etat d’un côté, et Cyril Dion (Mouvement écologique Colibris) d’un autre, pour possible non respect de leurs engagements en faveur du climat… et même élus «Boulet du climat» par Greenpeace... et même condamnés pour « carence fautive » dans la lutte contre le réchauffement climatique dans le cadre de «L’Affaire du Siècle». La convention citoyenne pour le climat se sépare quant à elle sur une note sévère au gouvernement en février 2021. Il est pourtant grand temps comme nous le disait Fred Vargas en 2008 dans un texte joliment repris par Charlotte Gainsbourg.
[Source(s) liée(s) : 932 + 13 + 17 + 522 + 986 + 1152 + 1222]

A voir absolument, l’interview de Juan Branco, sur l’illusion de la démocratie en France. Ce jeune avocat engagé est issu d’une élite dont il nous livre une analyse édifiante. Il décrit notre système actuel et la manière dont il est gouverné.
[Source(s) liée(s) : 914 + 528]

En Allemagne, dans le gouvernement Merkel... Le ministre de la Santé, Jens Spahn, serait un ancien banquier qui n’aurait pas de diplôme de médecine. Aux côtés d’Angela Merkel et de son ministre de la Santé, deux scientifiques : Christian Drosten, chimiste et médecin de formation, qui aurait mis au point le 23 janvier 2020 le premier test de dépistage du SARS-CoV-2 (comme il l’avait fait en 2003 pour le SARS-CoV) et Lothar Wieler, président de l’Institut Robert-Koch depuis le 1er mars 2015, qui est... vétérinaire (spécialisé en microbiologie). Un banquier donc, et un certain Drosten dont les tests (devenus un axe incontournable de la stratégie de la plupart des pays) seraient potentiellement discutables, comme on peut le lire dans un article de William Engdahl...
[Source(s) liée(s) : 923]

En Allemagne, les décisions concernant la crise «Covid» semblent concentrées dans les mains de l’exécutif, au détriment du Parlement. Une loi «Covid» en avril 2021 passe en force, malgré le vote «contre» de toute l’opposition. Angela Merkel souhaite une centralisation totale du pouvoir en court-circuitant l’indépendance des Länders (l’Allemagne étant un état fédéral). Les personnalités qui osent mettre en doute les mesures prises sont associées à l’extrême-droite et diabolisées, quand bien même elles n’ont aucun lien avec. L’acteur Volker Bruch dénonce notamment l’entretien d’un climat de peur par le gouvernement, comme une drogue dont certains ne peuvent plus se passer. Des mécanismes étonnamment semblables à ceux constatés en France.
Source(s) liée(s) : 1254 + 398 + 1254]

En Angleterre, le 13 novembre 2020, Kamran Abbasi, le rédacteur en chef du BMJ (British Medical Journal, revue médicale britannique existant depuis 1840 l’une des revues de médecine générale les plus lues dans le monde) publie un article dans lequel il dénonce un phénomène intolérable qu’il constate en Angleterre : «La science est supprimée à des fins politiques et financières. La Covid-19 a déclenché la corruption de l’État à grande échelle, et il est nocif pour la santé publique.» (traduction automatique).
[Source(s) liée(s) : 393]

On n’est alors pas étonné quand le Dr Louis Fouché (anesthésiste à Marseille / Reinfocovid.fr) nous apprend qu’en Angleterre, le président du Conseil scientifique anglais aurait 500 000 livres sterling d’actions chez GSK, une firme pharmaceutique qui produit des vaccins, et aurait touché, entre 2012 et 2018, 5 millions de livres sterling de dividendes.

En Belgique, Alexandre Penasse, journaliste, pose cette question à son gouvernement : «Quelle légitimité démocratique y a-t-il à prendre ces décisions quand la plupart des membres qui décident et qui réfléchissent font partie des multinationales et de la finance ?». A méditer...
[Source(s) liée(s) : 55 + 229]

Qu’en est-il de ce type de liens en France ?
[Source(s) liée(s) : 157]

En Belgique toujours, en janvier 2019, lors d’une conférence qu’il donne au Chatham House (un think tank très influent dans le monde, comme le groupe Bilderberg), Marc Van Ranst (virologue) nous explique, avec humour ou cynisme (je vous laisse juge), comment il avait manipulé les médias et l’opinion au moment de l’épidémie de H1N1 en 2009, pour le compte du gouvernement belge. Il travaille à la Katholieke Universiteit Leuven, qui a notamment reçu 713 372 dollars en mars 2020 de la Fondation Bill&Melinda Gates. Cet homme, pro-vaccin (étonnant ?...), qui déclare des liens avec des labos comme GSK, Sanofi, Merck ou J&J, fait aujourd’hui partie des groupes qui conseillent ou influencent le gouvernement belge pour la gestion de la pandémie «Covid» et il très présent dans les medias et réseaux sociaux belges. Un sacré méli-mélo à méditer.
[Source(s) liée(s) : 1055]

En Belgique encore, en février 2021, un groupe de citoyen s’interroge sur le fonctionnement du « Groupe d’experts Stratégie de gestion » (« GEMS ») et sur les conséquences de ses recommandations, notamment en matière de respect des droits fondamentaux.
[Source(s) liée(s) : 1119]

En novembre 2020, E. Macron s’entoure du député Thierry Solère, soupçonné de détournement de fonds publics, fraude fiscale et trafic d’influence passif. Pour le moment, ce député n’a pas été reconnu coupable et affirme que tout est faux, mais dans la période actuelle, est-ce un bon signal ?…
[Source(s) liée(s) : 469]

Que penser également de la visite du président égyptien début décembre 2020, Abdel Fattah al-Sissi, à qui Emmanuel Macron a même remis la Légion d’Honneur ? Quand on entend Antoine Madelin, un des responsables de la FIDH (Fédération internationale des droits humains) dire : «On est stupéfait que la France déroule le tapis rouge à un dictateur alors qu’il y a plus de 60 000 détenus d’opinion aujourd’hui en Égypte».
[Source(s) liée(s) : 919]

Que penser de la nomination d’Edouard Philippe au conseil d’administration d’Atos, société qui gère les radars en France, après avoir mis en place le fameux «80km/h» quelques mois auparavant ?
[Source(s) liée(s) : 988]

Que penser de Dupond-Moretti, actuel ministre de la Justice, qui intervient au Sénat au sujet de Georges Tron (ancien ministre et actuel maire de Draveil), condamné à 5 ans de prison pour viol, alors qu’il était son avocat dans cette affaire ?
[Source(s) liée(s) : 1214]

En dehors de toute considération ou bord politique, notre Président vient du monde de la banque, n’a recueilli les voix que de 18% des inscrits sur les listes électorales au premier tour de son élection, propulsé par une poignée de décideurs, comme le dit Bruno Gaccio. Il poste une vidéo (de propagande) en selfie quand il est malade façon instagrameur, est-ce bien sérieux M. le Président ? Il empêche atrocement ses concitoyens de rendre une dernière visite à un proche en fin de vie ou d’assister à son enterrement, le menaçant même d’amendes, voire de prison, mais il se permet de faire une bouffe avec tous ses camarades (on notera au passage qu’aucune femme n’est à sa table), en plein couvre-feu, sans masque, pour discuter de sujets pouvant semble-t-il être traités à distance, créant potentiellement un «cluster» que même la rave-party bretonne du nouvel an n’aurait pas réussi à égaler, et bien sur il ne s’en excuse même pas... et ça ne choque personne... surtout pas les médias. Il participe en 2018 à une réunion «discrète» avec les 25 patrons des plus importantes entreprises pharmaceutiques mondiales, le «Dolder»,, dont rien ne filtre. Il dérembourse l’homéopathie. En février 2021, il souhaite la mise en place d’un pass sanitaire, une insupportable patte blanche discriminante, première pierre d’un arsenal de crédit social qui pourrait bientôt voir le jour. Sur ce dernier sujet vous me pensez complotiste ? J’espère que vous avez raison.
[Source(s) liée(s) : 986 + 307 + 1064 + 1168 + 1142]

Il n’écoute ni la détresse ni les revendications des français. Pire, il se pose en victime, blessé d’être jugé par «66 millions de procureurs» qui lui demandent des comptes. Mais oui M. Macron, vous nous devez des comptes, que cela vous plaise ou non. Non M. Macron, on ne peut pas diriger un pays quand on reste sourd et qu’on méprise ceux qui vous ont élu, quand on ne cesse de répéter qu’on est prêt pour tout, alors que ce n’est pas vrai, quand on ne montre pas l’exemple. Et ce n’est pas en voulant faire la chasse au «complotisme» ou en dissolvant la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le Covid-19 que cela fera taire les interrogations. On espère que, comme en Chine, vous n’imposerez pas une autorisation pour parler économie ou politique sur les réseaux sociaux, ou que, comme en Chine ou Belgique, les lanceurs d’alerte ne risqueront pas bientôt la prison.
[Source(s) liée(s) : 1086 + 1087]

Le 1er février 2021, Edouard Philippe est testé positif... Les gestes barrière Edouard... Les gestes barrière...
[Source(s) liée(s) : 1032]

En mars 2021, Cyril Graziani, journaliste réputé proche d’Emmanuel Macron, est nommé à la tête du service politique de France Télévisions. Sibyle Veil, une camarade de promo de Macron dirige Radio France déjà depuis 2018. De jolis postes d’influence à un an des élections présidentielles, pour lesquelles le gouvernement prévoit d’ouvrir la brèche du vote électronique, pourtant décrié pour les risques de piratage ou de fraude qu’il comporte.
[Source(s) liée(s) : 1169]

Accrochez-vous... En Allemagne, le 07 février 2021, Die Welt, un des trois plus grands quotidiens allemands, prétend, d’après une longue correspondance qu’il se serait procurée, que le ministère de l’Intérieur allemand a embauché des scientifiques en mars 2020 pour justifier les mesures corona. Il les aurait chargés de créer un modèle de calcul, un «scénario du pire», sur la base duquel le ministère de l’Intérieur pourrait justifier des mesures corona sévères et des «mesures préventives et répressives». Un documentaire diffusé sur Arte («Covid-19 : le virus ou la vie ?») parle de cela aussi. Je reste sans voix. Et demande encore et encore... pourquoi ? Projet funeste ? En savent-ils plus sur ce virus qu’ils ne veulent bien le dire ? Comment justifier de tels actes ? Encore de quoi alimenter certaines théories complotistes... (Sans lien, mais je place ça ici : En janvier, le Pr Aigner, en désaccord avec la science pratiquée, avait démissionné de l’Académie des Sciences de Mayence).
[Source(s) liée(s) : 1102 + 373]

 

Rendez-vous mercredi pour la suite…

 

Retrouvez l'épisode précédent ici :
9/40 - QUI DÉCIDE ? - CONSEIL DE DÉFENSE ET ÉTAT D'URGENCE

 


Cette tribune est extraite du document "Une autre vision de la Covid" publié pour la première fois le 09 décembre 2020, puis mis à jour et complété jusqu'à ce jour.

Pour lire le document en intégralité (40 épisodes) sans attendre : Télécharger le document complet

Pour consulter les [sources] auxquelles fait référence ce texte : Télécharger la liste des sources