Articles

Contre le delta, l’immunité naturelle est bien supérieure à l’immunité vaccinale

Contre le delta, l’immunité naturelle est bien supérieure à l’immunité vaccinale

Selon une récente étude [1] publiée dans le journal scientifique Clinical Infectious Diseases, l'infection par le sars-cov-2 s'avère hautement protectrice contre la réinfection et les maladies symptomatiques.

De récentes études ont montré que l'immunité vaccinale s'affaiblit après 6 mois, et que l'efficacité contre le variant delta diminue rapidement après seulement 90 jours [2]. En fait, l'infection naturelle semble offrir une protection plus durable contre delta que l'immunité conférée par les vaccins anticovid.

Cette constatation est étayée par une vaste étude d'observation menée en Israël, selon laquelle les personnes n'ayant jamais été infectées par le SRAS-CoV-2 et ayant reçu deux doses du vaccin à ARNm BioNTech/Pfizer étaient 6 à 13 fois plus susceptibles d'être infectées par le variant delta que les patients qui avaient déjà été infectés [3]. De même, les chercheurs ont constaté que parmi les patients vaccinés, ceux qui n'avaient pas été infectés auparavant étaient presque 8 fois plus susceptibles d'être infectés ultérieurement par delta. C’est donc bien l’immunité naturelle qui joue un rôle prépondérant ici.

Cette étude de cohorte rétrospective a inclus 325 157 patients testés pour le sars-cov-2 par PCR du 9 mars 2020 au 31 décembre 2020 (analyse du variant delta) et 152 656 patients testés du 9 mars 2020 au 30 août 2020 (analyse de l'efficacité à long terme) avec des tests ultérieurs jusqu'au 9 septembre 2021.

Plus d’un an d’immunité

En conclusion, l'infection par le SRAS-CoV-2 est hautement protectrice contre la réinfection par le variant delta. L'immunité contre une infection antérieure dure au moins 13 mois.

Conséquence logique : les pays confrontés à des pénuries de vaccins ou à des coûts de santé faramineux sans être nécessairement efficaces, devraient envisager de retarder les vaccinations pour les patients précédemment infectés afin d'accroître l'accès au vaccin pour ceux qui en ont vraiment besoin, suggèrent les chercheurs.

C’est une étude scientifique de plus [4] qui montre l’inutilité de la vaccination générale et sans discrimination de toute la population.

Par Jean-Luc Roux, journaliste citoyen chez BAM!


  

 

 

[1] https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciab999/6448857
[2] https://academic.oup.com/cid/advance-article-pdf/doi/10.1093/cid/ciab999/41504191/ciab999.pdf - page 15
[3] ibid - page 16
[4] https://bam.news/articles/l-immunite-naturelle-dernier-tabou/

Source photo:
https://pixabay.com/fr/vectors/corona-covid-19-coronavirus-virus-4942823/