Climat : les exploitations allemandes gigantesques de lignite côtoient l’énergie verte

Environnement
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Alors qu'elle se présente volontiers comme un chantre des énergies propres, l'Allemagne continue d’extraire et de brûler massivement le lignite, qui est l'un des carburants carbones les plus polluants qu'il soit[1]. Pour ce faire, de gigantesques exploitations à ciel ouvert s'étendent en entraînant l'expropriation de dizaines de milliers de personnes[2].

Ce sont des exploitations proprement terrifiantes. Les excavatrices, de titanesques monstres d'aciers, mesurant jusqu’à 100 mètres de haut et pesant jusqu’à 10.000 tonnes, mangent littéralement les prairies[3]. Leur terre contient le lignite, sorte de charbon de mauvaise qualité mais qui en assez grande quantité produit une forme d'énergie, très sale. Les excavations rongent en ce moment d’immenses étendues en l'Allemagne, dans l'Est mais aussi en Rhénanie juste de l'autre côté de la frontière, entre Aix-la-Chapelle et Cologne[4].

Le lignite n'étant disponible qu'en faible concentration, dans une couche de terre relativement proche de la surface, mais sur de très larges étendues, les exploitations sont contraintes de s'étendre à perte de vue pour pouvoir extraire suffisamment de matière première afin de produire la précieuse énergie dont a besoin l'industrie allemande[5].

Des excavations qui entraînent l’expropriation de dizaines de milliers de personnes

Les « trous » tels qu'ils sont littéralement appelés par les locaux, se creusent sur des dizaines de milliers d’hectares[6], jusqu’à plusieurs centaines de mètres de profondeur, et ce dans des zones qui sont, malheureusement pour les habitants, très peuplées[7]. En vertu d’une loi de 1937, remontant littéralement à l’Allemagne nazie[8], des villages entiers ont déjà été expropriés pour laisser la place aux machines infernales qui dévorent la terre. Certains tronçons d’autoroute doivent même être déplacés.

A ce jour, plus de 30.000 personnes ont déjà été expropriées rien qu’en Rhénanie. La destruction en 2018 de l’église Saint-Lambert d’Immerath[9], dont l’établissement remontait au 12ème siècle et qui était toujours en activité, a suscité une émotion particulière Outre-Rhin[10]. Malgré les indemnisations, on peut imaginer qu'être chassé de son village natal pour le voir littéralement disparaître de la carte puisse laisser un goût amer voire occasionner un véritable choc au niveau émotionnel.

C'est pourtant ainsi que l'Allemagne, première économie et poids lourd politique de l'Union Européenne, fait tourner son industrie. Cette énergie relativement bon marché et surtout disponible en quantité dans le sol allemand, est exploitée sans vergogne, privilégiant les considérations mercantiles sur le respect élémentaire de l'environnement et de la vie des citoyens[11].

Comment justifier ce désastre environnemental ?

Riche en sulfite, le lignite cause des pollutions responsables des pluies acides. L’extraction, quant à elle, provoque l’abaissement des nappes phréatiques et la modification de l’hydrologie sur plusieurs milliers de kilomètres carrés. Enfin, la combustion du lignite, qui est un carburant fossile sale, rejette évidemment du dioxyde de carbone[12].

 

Comment les décideurs de l'Union Européenne peuvent-ils envisager de nous imposer une taxe CO2[13], alors que les multinationales et autres grosses sociétés ont tous les droits, jusqu'à jeter les gens hors de chez eux pour engloutir la terre de leurs villages ? Tout cela pour brûler cyniquement l'un des carburants les plus polluants de la planète, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un gramme ? N'est-il pas hypocrite de mettre en place des mécanismes visant à la réduction de l'empreinte carbone des citoyens[14] dans ces conditions?

 

Nicolas Mertens, journaliste pour BAM!


 [1] L'Allemagne ferme lentement ses mines de lignite, qui produisent le type de charbon le moins efficace et le plus polluant | Atlantico.fr

[2] Charbon. En Allemagne, le lignite ne connaît pas de limite | L'Humanité

[3] Kohleausstieg: Deutschlands Ehrgeiz droht aufzuweichen – EURACTIV.de

[4] Lignite mining in the rhineland

[5] Michel Deshaies, L’exploitation du lignite en Allemagne, ou comment rendre acceptable une activité dévastatrice dans François Bost, Sylvie Daviet (dir.), Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ? Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011 (p. 124-140) (Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ? - L'exploitation du lignite en Allemagne, ou comment rendre acceptable une activité dévastatrice - Presses universitaires de Paris Nanterre)

[6] Das große Loch | Heimat gegen Kohle | 03.03.2017

[7] WDR Doku Tagebau Garzweiler 2018

[8] En Allemagne, une mine de charbon qui engloutit les villages | Le HuffPost

[9] Immerath 2018 - Als der Kirchendom durch RWE zerstört wurde ....

[10] myREGIO.TV: Der "Immerather Dom" fällt

[11] L'Allemagne est-elle vraiment écolo ? - Le Parisien

[12] Michel Deshaies, L’exploitation du lignite en Allemagne, ou comment rendre acceptable une activité dévastatrice dans François Bost, Sylvie Daviet (dir.), Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ? Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011 (p. 124-140) (Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ? - L'exploitation du lignite en Allemagne, ou comment rendre acceptable une activité dévastatrice - Presses universitaires de Paris Nanterre)

[13] Réforme fiscale: le ministre des Finances s'inspirera des propositions des experts, Bouchez est furieux

[14] Stratégie à long terme de la Belgique

Source photo :
Image redimensionnée à partir de l'image originale de Herbert Aust sur Pixabay, Pixabay License

Enlève 99.99% de mensonges