BAM! DETOX

BAM! détoxe : Immunité naturelle : quand les experts se contredisent

BAM! détoxe : Immunité naturelle : quand les experts se contredisent

C’est maintenant devenu une tradition, Yves Van Laethem descend par la cheminée et distribue ses cadeaux. Après le trône au fond du jardin, cette année c’est le « Booster » sous le sapin. Mais comme beaucoup de vaccinés ont été infectés dernièrement, le cadeau ne risque-t-il pas de tomber à l’eau ? Il n’en est rien, Père Laethem veille au grain et nous sort de son chapeau une étude qui prouverait que rien ne remplace son beau cadeau… au risque de contredire ses camarades de plateaux.

Dans un article publié ce 3 décembre[1], le RTBF a interrogé Yves Van Laethem - porte-parole interfédéral Covid-19 - pour connaitre son avis sur la différence d’efficacité entre une dose de vaccin « booster » et l’effet d’une réinfection.

Le titre reprend une phrase de sa déclaration : "Une infection naturelle ne peut pas remplacer un booster".

Quand M. Van Laethem explique: "nous avons estimé que la protection par une infection naturelle ne pouvait pas être considérée comme constante pour chacun ou comme un booster aussi efficace que la protection vaccinale", nous nous demandons qui est ce « nous » qu’il utilise ici.

Face aux déclarations du porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, nous préférons laisser la parole à d'autres experts qu'il côtoie régulièrement.

Cet avis, ce n’est apparemment pas celui de Leïla Belkhir (cheffe de clinique associée UCL, professeure chargée de cours de vaccinologie) qui répond ceci lorsqu’une personne lui demande sur Twitter à quel moment elle doit faire son booster après avoir été infectée.

Il semblerait que ce ne soit pas non plus l’avis de Michel Goldman (Professeur émérite, ancien directeur de l'institut d'immunologie médicale, directeur de l'I3h Institute et Président de la Fondation AstraZeneca) qui préconise ceci dans les mêmes circonstances[2] :

Nous ne voyons pas ce que nous pourrions ajouter de plus. Ils ont exprimé notre opinion avant que Yves Van Laethem ne fasse sa déclaration. Et il est évident que notre opinion n’est pas celle de ceux qui définissent la stratégie vaccinale belge.

La RTBF précise que "certains pays estiment qu’une infection naturelle peut être considérée comme un booster" mais "La Belgique n'est pas favorable à cet avis, malgré l'avis en ce sens de plusieurs immunologues[3]."

Ce qui nous amène à nous interroger. Si en Belgique l’avis des immunologues n’est pas pris en compte sur une question qui relève de l’immunologie, quels avis sont pris en compte et selon quelles spécialités pertinentes sur le sujet ?

Malgré des recherches approfondies, nous n'avons pas réussi à contacter l'éminent spécialiste « Belgique » pour lui demander de nous expliquer sur base de quelles hautes autorités compétentes se fondait son avis rapporté par le porte-parole interfédéral.

Nous avons bien relevé que, dans le même article, Yves Van Laethem n’hésite pas à faire la leçon à ses camarades immunologues qui n’auraient pas interprété les faits connus de lui de la bonne façon: "les anticorps induits par une infection naturelle n'ont pas la même potentialité de couverture, avec une protection qui peut être quatre à cinq fois moindre qu'une protection vaccinale."

Sans nous lancer dans un laborieux exercice de revue de la littérature, nous aimerions suggérer à M. Van Laethem la lecture de cet article paru récemment dans Science[4], qui tente de mesurer l’importance et la couverture de la mémoire immunitaire (induite par le vaccin ARN et/ou par une infection naturelle) et dont les conclusions sont étonnamment divergentes de celles du monsieur qui maîtrise mieux que personne les règles du savoir-recevoir covidien.

Curieusement, les conclusions des auteurs ne semblent pas remettre en question la richesse et la couverture de l’immunité naturelle. Au contraire, ils soulignent que la vaccination post-infection ne semble avoir d’effet que sur la quantité. Et que cette quantité tend à diminuer plus rapidement dans le cas de la vaccination seule, alors qu’une infection semble induire une réponse plus variée et qui décroit moins rapidement.

Ils ne parlent pas de réinfection, mais il n’y a aucune donnée scientifique qui puisse aujourd’hui soutenir l’avis de la « Belgique », fidèlement rapporté par son porte-parole interfédéral.

En tout cas, et malgré nos efforts, nous n’avons pu trouver que des publications qui soutiennent les propos des deux experts dont l’opinion semble minoritaire (bien que leurs spécialités respectives la rende plus scientifiquement fondée, jusqu’à preuve du contraire).


 

[1] https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-une-infection-naturelle-ne-peut-pas-remplacer-un-booster-explique-yves-van-laethem?id=10890975

[2] https://www.linkedin.com/in/michel-goldman-1a59289/detail/recent-activity/

[3] https://www.rtbf.be/info/societe/detail_double-vaccine-mais-infecte-a-l-automne-faut-il-se-faire-administrer-le-booster-immediatement-ou-vaut-il-mieux-attendre?id=10887450

[4] https://www.science.org/doi/full/10.1126/science.abm0829

 

Source photo:
https://www.qwant.com/?q=p%C3%A8re+no%C3%ABl&t=images&license=share&o=0%3A08C087587864A7AA711A7ED0260E75A9EFA86D5D