Articles

La vaccination des moins de 20 ans ? Aucun intérêt sanitaire !

La vaccination des moins de 20 ans ? Aucun intérêt sanitaire !

© SMT alias Alain Schmidt

A l’heure où certains campent sur l’idée d’une vaccination anticovid pour tous, d’autres en mesurent très sérieusement la pertinence à l’aune du nombre de décès et d’hospitalisations « covid ». Dans un rapport récent, l’American Academy of Pediatrics conclut qu’« à ce jour, il apparaît que la maladie sévère due au covid-19 n’est pas commune parmi les enfants », malgré un taux d’infection « extrêmement élevé ». La vaccination des jeunes a-t-elle dès lors encore une raison d’être ?


Le rapport[1] publié conjointement par la Children Hospital Association et l’American Academy of Pediatrics (qui regroupe quelque 67 000 pédiatres) révèle qu’au 14 octobre 2021, environ 6,2 millions d’enfants ont été testés positifs au covid depuis le début de la pandémie. Ces chiffres reposent sur les recensements effectués aux États-Unis.

Risque de décès par infection extrêmement faible

Dans cette étude, les enfants comptent pour 16,4% du nombre total de cas déclarés au cours de cette période, avec un taux d’infection de 8,2% parmi la population totale d’enfants.

Par ailleurs, les chercheurs ont pu établir, sur la base des données collectées auprès d’un échantillon d’États, que chez les enfants, entre 0,1% et 2% des cas d’infection s’étaient soldés par une hospitalisation. Les enfants représentaient entre 1,6% et 4,2% du nombre total cumulé des hospitalisations « covid ».

Confirmation de ce qu’on savait déjà

En ce qui concerne la mortalité, les enfants comptaient pour 0 à 0,25% du nombre total de décès estampillés « covid », soit entre 0 et 0,03% de décès par rapport au nombre total d’enfants infectés. C’est un risque de décès par infection (ou IFR [2]) très faible, au regard des données épidémiologiques accumulées depuis le début de la pandémie.

Par exemple, lors de la « première vague » de 2020, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), avaient déjà souligné la faiblesse des risques de décès des enfants[3]. D’autres études ont confirmé le risque extrêmement faible de décès par infection chez les jeunes enfants [4] [5].

Pression maximale sur les enfants

Le rapport de l’American Academy of Pediatrics, conscient que la pandémie n’affecte pas les plus jeunes seulement par le virus mais par sa gestion, demande « de collecter plus de données sur l’impact à long terme de la pandémie sur les enfants, y compris les façons dont le virus peut endommager la santé physique à long terme des enfants infectés, ainsi que ses effets sur la santé émotionnelle et mentale ».

Pour l’heure, les vaccibus et les séances d’incitation à la vaccination poursuivent leur tournée des écoles belges.

Par Sylvie Huygen, journaliste citoyenne à BAM!


  

 

 

[1] Children and Covid-19: State-Level Data Report. https://www.aap.org/en/pages/2019-novel-coronavirus-covid-19-infections/children-and-covid-19-state-level-data-report

[2] Infection fatality rate

[3] Perez-Saez J, Lauer SA, Kaiser L, et al. Serology-informed estimates of SARS-CoV-2 infection fatality risk in Geneva, Switzerland. Lancet Infect Dis. 2021;21(4):e69-e70. doi:10.1016/S1473-3099(20)30584-3

[4] https://covid.cdc.gov/covid-data-tracker/#demographics

[5] Levin, A.T., Hanage, W.P., Owusu-Boaitey, N. et al. Assessing the age specificity of infection fatality rates for COVID-19: systematic review, meta-analysis, and public policy implications. Eur J Epidemiol 35, 1123–1138 (2020). https://doi.org/10.1007/s10654-020-00698-1

Source photo :
SMT alias Alain Schmidt
autodidacte, retraité-resistant “il ne sort jamais sans son gilet jaune 😜dessine quand il ne fait pas des Lego"