Tribune

33/40 - LES LEÇONS DU PASSÉ - DOUSTE-BLAZY, RAOULT ET H1N1

33/40 - LES LEÇONS DU PASSÉ - DOUSTE-BLAZY, RAOULT ET H1N1


La Covid est une réalité. Mais quel est le risque réel ? Les mesures prises sont-elles justifiées ? Beaucoup d'informations ne circulent pas. Pour tenter une autre histoire de la Covid, j’ai compilé plus de 2000 ressources afin de déterminer des certitudes, émettre des hypothèses, poser des questions.... Cette démarche s'est soldée par la production d'une publication de 80 pages.

BAM vous en propose la lecture sous forme d'épisodes thématiques quotidiens (du mercredi au dimanche).


Les leçons du passé : le plan « pandémie » de Douste-Blazy

Après l’épidémie de SRAS au début des années 2000, l’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy avait lancé une alerte en 2005 face à la menace d’une pandémie virale. Un plan de lutte contre une épidémie virale a été établi. Tout était prêt (l’arrêt des vols d’avions dans les zones touchées, la réquisition des industries textiles pour faire près d’un milliard de masques…). Cette solution a été totalement ignorée !
[Source(s) liée(s) : 265]

D’après lui… «l’hyper-administration et l’hyper-centralisme du ministère de la Santé n’ont pas permis de prendre les décisions nécessaires pour casser les chaînes de contamination au début de l’épidémie. A titre d’exemple, il a été décidé au conseil scientifique Covid-19, dans lequel siègent pourtant des personnalités remarquables, de ne pas tester massivement la population – chose que je ne m’explique pas. La France est pourtant l’un des pays au monde à avoir le plus d’appareils PCR pour dépister la maladie, mais les seuls référencés par le ministère étaient ceux des CHU. On ne peut donc pas dépister massivement la population avec une vingtaine ou une trentaine d’appareils. On a donc été très en retard et c’est la raison pour laquelle on a eu une catastrophe sanitaire en particulier dans les EHPAD».

En Italie, des soucis en matière de mise à jour et de disparition de «plan pandémie» sont au coeur d’un scandale, qui «mettrait au jour une connivence entre Rome et l’OMS pour camoufler le degré d’impréparation de la péninsule», selon le quotidien suisse Le Temps.
[Source(s) liée(s) : 1249]

Oubliés… Mais pourquoi ?


Les leçons du passé : le rapport de Raoult en 2003

En 2003, le professeur Didier Raoult avait remis un rapport au ministère de la Santé, annonçant un risque d’apparition de maladies respiratoires et d'une pandémie mondiale.
[Source(s) liée(s) : 37]

Un rapport de près de 400 pages dans lequel il attirait l’attention sur d’éventuelles futures maladies. «Un nouveau mutant grippal est apparu en 1999 à Hong-Kong. Ce virus d’origine aviaire, fréquemment mortel, a rapidement pu être contrôlé mais le prochain mutant grippal pourrait ne pas l’être», prévenait alors Didier Raoult soulignant qu’avec les voyages en avion et la densité de la population, la «mutualisation d’un virus transmissible par voie respiratoire» serait «extrêmement rapide».

A l’époque, le médecin affirmait également que «notre préparation face à ces événements chaotiques est faible», demandant la mise en place de gestes barrières. Il appelait ainsi à «faire des campagnes d’information auprès du public, mais aussi auprès du personnel soignant, sur les notions de base d’hygiène afin de relancer le nettoyage des mains dans les hôpitaux, le port de masques, l’isolement des patients contagieux».

Oublié… Mais pourquoi ?


Les leçons du passé : le H1N1, l’histoire se répète

On oublie vite les infos de la veille, si scandaleuses soient-elles, alors que dire de celles d’il y a dix ans…

Souvenez-vous, en 2009, l’histoire du H1N1. Cette maladie, qui menaçait de décimer les populations. Prédictions de chiffres alarmants, «fausse» pandémie, tentatives désespérées de fourguer un vaccin créé dans l’urgence et commandé par millions, lois d’exception, psychose, liens d’intérêts, non-responsabilité des labos, ça ne vous rappelle rien ?
[Source(s) liée(s) : 478]

Tous les ingrédients y sont : les vérités émergentes tout de suite jugées «complotistes» (décidément c’est une manie)... vous savez... l’argument de ceux qui n’en ont pas; le gaspillage de fonds publics; les victimes de vaccins et de leurs effets secondaires, toujours pas indemnisées en 2020. On retrouve même quelques acteurs communs... je vous laisse le plaisir de rechercher leur nom. Allez c’est cadeau, en voici un premier : l’actuelle ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, était alors ministre de la... Santé !

Tout le monde semble avoir oublié... Si nous sortons indemnes de la crise actuelle, conservez bien ce document pour vous le remémorer et le relire le jour où les médias commenceront à parler d’un nouveau virus... Il faudra se souvenir...

 

Rendez-vous demain pour la suite…

 

Retrouvez l'épisode précédent ici :
32/40 - LA PEUR D'UN AUTRE DISCOURS - LA CULPABILITÉ

 


Cette tribune est extraite du document "Une autre vision de la Covid" publié pour la première fois le 09 décembre 2020, puis mis à jour et complété jusqu'à ce jour.

Pour lire le document en intégralité (40 épisodes) sans attendre : Télécharger le document complet

Pour consulter les [sources] auxquelles fait référence ce texte : Télécharger la liste des sources

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!