Tribune

3/40 - MORTALITÉ GÉNÉRALE (FRANCE / MONDE) - UN MOT SUR LA GRIPPE

3/40 - MORTALITÉ GÉNÉRALE (FRANCE / MONDE) - UN MOT SUR LA GRIPPE


La Covid est une réalité. Mais quel est le risque réel ? Les mesures prises sont-elles justifiées ? Beaucoup d'informations ne circulent pas. Pour tenter une autre histoire de la Covid, j’ai compilé plus de 2000 ressources afin de déterminer des certitudes, émettre des hypothèses, poser des questions.... Cette démarche s'est soldée par la production d'une publication de 80 pages.

BAM vous en propose la lecture sous forme d'épisodes thématiques quotidiens (du mercredi au dimanche).


Mortalité générale en France et dans le monde

En novembre 2020, on comptabilise 1 300 000 morts de la Covid dans le monde (sous réserve d’un comptage fiable, comme on vient de le voir). C’est terrible, c’est indiscutable. Le chiffre est impressionnant. On a décidé que la Terre devait donc s’arrêter de tourner… et pourtant…

Chaque année dans le monde on dénombre 10 000 000 de décès liés au cancer.
Chaque année dans le monde on dénombre 8 200 000 de décès liés au tabagisme (dont 1 200 000 pour le tabagisme passif).
Chaque année dans le monde on dénombre 4 200 000 de décès liés à la pollution de l’air intérieur.
Chaque année dans le monde on dénombre 3 800 000 de décès liés à la pollution de l’air extérieur.
Chaque année dans le monde on dénombre 3 100 000 de décès liés à la malnutrition.
Chaque année dans le monde on dénombre 2 800 000 de décès liés à l’obésité.
Chaque année dans le monde on dénombre 2 780 000 de décès liés au travail (accidents et maladies), le travail est plus dangereux que la Covid !
Chaque année dans le monde on dénombre près de 2 000 000 de décès d’enfant morts-nés.
Etc.
[Source(s) liée(s) : 372 + 6]

On a donc une maladie extrêmement contagieuse et terriblement mortelle, au point de détruire nos sociétés, qu’elle tue moins que des maladies non contagieuses...

Et ça, c’est chaque année, en permanence… et ça affole qui ? Quelle mesure incroyablement coercitive ou exceptionnellement liberticide a-t-on jamais prise pour lutter contre cela ? En quoi ces morts seraient plus acceptables et mériteraient moins d’attention et de compassion que celles provoquées par le virus du moment ?

Si on mettait autant de coeur à lutter contre d’autres maladies, on sauverait bien plus de vies qu’avec le confinement, comme le dit Mélanie Dechamps.
[Source(s) liée(s) : 962]

On parle même de «première nécessité» pour la consommation de tabac ! Quelqu’un peut m’expliquer ?

En 2013 en France, les tumeurs ont causés 163 602 décès, les maladies de l’appareil circulatoire 142 175 décès, les maladies de l’appareil respiratoire 37 626 décès.
[Source(s) liée(s) : 537]

Manger des aliments de mauvaise qualité augmenterait le risque de mortalité de 7%… à quand un confinement des mauvaises pratiques de l’agro-alimentaire ? On sait également que l’obésité est un important facteur de risque concernant la Covid-19. Pourquoi n’a-t-on pas lancé un grand plan d’envergure immédiatement pour lutter contre l’obésité ?
[Source(s) liée(s) : 168 + 971 + 1251]

Il est facile de faire peur dans les médias avec des chiffres au moment d’un pic épidémique : «aujourd’hui, 486 morts de la Covid». Au 25/11/2020, en moyenne depuis le début de l’année, on peut déplorer (et c’est évidemment terrible pour les familles touchées, et pour lesquelles j’ai une infinie compassion), en prenant un air grave, 143 décès quotidiens attribués à la Covid. Mais on pourrait faire la même chose chaque jour de chaque année pour annoncer 446 morts du cancer quotidiennement !

Tous ces morts sont-ils moins importants et plus supportables que ceux de la Covid ?

Pourrait-on un peu objectivement relativiser tout cela ?
[Source(s) liée(s) : 271]

Au 31/12/2020, on compte environ 1 800 000 décès «prétendus» Covid dans le monde sur un total annuel de décès d’environ 57 000 000 toutes causes confondues. Moins de 3% des décès ont donc changé la face du monde, et plus de 97% ne comptent plus. Avec 7,8 milliards d’habitants, cela représente 1 décès étiqueté Covid pour 4000 habitants. Cela signifie qu’en une année complète, sur un village de 4 000 habitants, 29 décès généraux seront survenus sans que rien ne change, et un seul décès «Covid», souvent d’une personne très âgée, et dont on n’est même pas certain qu’il soit à 100% lié à la Covid, aura détruit l’économie, le tissu social et la santé psychologique des 3 999 autres habitants.

On n’oubliera pas, au 1er janvier 2021, de remettre les compteurs à zéro afin de pouvoir comparer honnêtement la mortalité «Covid» avec les autres causes de mortalité pour l’année à venir. L’année 2020 totalise 64 632 décès «étiquetés» Covid en France, 1 798 154 dans le monde. Si on utilise le cumul 2020 et 2021 pour annoncer le nombre de décès «Covid», il faudra le faire pour toutes les autres causes de décès. Si on peut se permettre de dire qu’au 09 février 2021 la barre des 80 000 morts de la Covid-19 a été franchie, (nombre brandi comme un trophée par certains médias, et en considérant que ces décès soient tous imputables à la Covid-19), sans mettre de borne temporelle, on peut tout aussi bien déclarer que le cancer a tué plus de 450 000 personnes, en omettant de préciser qu’il s’agit d’un cumul des années 2018, 2019 et 2020. De même, on n’a jamais cumulé la totalité des décès de la grippe depuis que la grippe a été identifiée.
[Source(s) liée(s) : 1070]

En Belgique, l’année 2021 semble démarrer avec une sous-mortalité globale, et pourtant les mesures mesures dogmatiques, moyenâgeuses, coercitives, menaçantes, punitives sont toujours les mêmes qu’au printemps 2020.
[Source(s) liée(s) : 1248]


Mortalité générale, un mot sur la grippe

On sait que la grippe tue, c’est comme ça, nous sommes mortels, on l’accepte.
[Source(s) liée(s) : 14]

L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’elle entraîne à elle seule 1 milliard de cas, entre 3 et 5 millions de cas graves et 290.000 à 650.000 décès par an dans le monde. Les hospitalisations et les décès surviennent principalement dans les groupes à haut risque (personnes âgées, malades chroniques…).
[Source(s) liée(s) : 15]

Bien sur les morts du Covid sont des morts de trop, surtout lorsqu’il s’agit d’un proche. Mais en quoi les morts de la grippe seraient-ils plus acceptables que ceux de la Covid ? Un décès de la grippe, c’est aussi une vie qui s’arrête, une famille endeuillée, et parfois des images insoutenables dans les hôpitaux... Alors va-t-on désormais, pour se protéger de la grippe, chaque année, pendant plusieurs mois, rester tous enfermés, se greffer un masque sur le visage, éviter les contacts, ne plus voir ses proches, se méfier des autres, arrêter de vivre, vouloir à tout prix vacciner 7 milliards de personnes et d’enfants ?...

Si demain votre père ou votre grand-mère meurt de la grippe, ne serez-vous pas malheureux et triste ? Moi oui. Mais va-t-on demander à tout le monde de rester chez soi pour que le virus de la grippe n’arrive pas à jusqu’à eux ? Oui la Covid tue plus que la grippe, mais à partir de combien de morts la mort n’est plus acceptable au point de réduire en miettes une nation ? Où placer le curseur ?

Actuellement, si vous avez la grippe, vous n’invitez pas vos amis à diner, vous n’allez pas voir vos anciens, vous restez chez vous (éventuellement en arrêt de travail ou en télétravail si vous avez un emploi), vous prévenez les gens que vous avez vus le week-end dernier... et si vous êtes fragile de par votre état de santé globale ou votre âge, vous faites attention quand vous mettez le nez dehors. Vous vous lavez les mains parce que vous connaissez les règles de base d’une bonne hygiène. Et, si vous le souhaitez, vous vous faites vacciner... On sait ce qu’il y a à faire, on le fait, nous n’avons pas besoin d’une pris en main militaire étatique pour la grippe. Ne sommes-nous pas des adultes responsables doués de réflexion et d’intelligence ? Bref, les «gestes barrière» ce n’est pas un nouveau concept, c’est du bon sens et de l’hygiène… On se lave les mains régulièrement en toutes circonstances, et quand on est malade on reste à la maison, rien de bien nouveau. De l’hygiène, pas de l’hygiénisme extrémiste.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas prendre quelques précautions et protéger les plus vulnérables, bien au contraire. Mais pourquoi toute cette folie pour la Covid ? Pourquoi ne veut-on pas accepter que des personnes puissent en mourir comme on l’accepte pour d’autres maladies ? On ne pourra pas empêcher la Covid de faire des morts. Et les autres morts ont-elles définitivement moins de valeur ?

 

Rendez-vous demain pour la suite…

 

Retrouvez l'épisode précédent ici :
2/40 - MORTALITÉ COVID-19 - COMPTABILITÉ, EHPAD ET GRIPPE

 


Cette tribune est extraite du document "Une autre vision de la Covid" publié pour la première fois le 09 décembre 2020, puis mis à jour et complété jusqu'à ce jour.

Pour lire le document en intégralité (40 épisodes) sans attendre : Télécharger le document complet

Pour consulter les [sources] auxquelles fait référence ce texte : Télécharger la liste des sources