Tribune

35/40 - LA TÉLÉ-VIE, SEUL ET DÉMUNI - DESTRUCTIONS

35/40 - LA TÉLÉ-VIE, SEUL ET DÉMUNI - DESTRUCTIONS


La Covid est une réalité. Mais quel est le risque réel ? Les mesures prises sont-elles justifiées ? Beaucoup d'informations ne circulent pas. Pour tenter une autre histoire de la Covid, j’ai compilé plus de 2000 ressources afin de déterminer des certitudes, émettre des hypothèses, poser des questions.... Cette démarche s'est soldée par la production d'une publication de 80 pages.

BAM vous en propose la lecture sous forme d'épisodes thématiques quotidiens (du mercredi au dimanche).


La santé, ou plus exactement le refus de la mort, doit-il devenir la valeur suprême ? Surpassant et conditionnant toutes les autres ? Au mépris de la liberté, des droits, de tous les autres aspects de la vie ?

C’est peut-être la fin du monde, mais ce ne sera pas la faute du virus… Les mesures engagées ont eu de très nombreuses et très graves conséquences, dont on ne peut encore mesurer l’ampleur tant elles vont avoir des répercussions encore pour longtemps. Des conséquences bien plus délétères pour nos sociétés que la Covid-19 elle-même.

Car rappelons-le ici, la santé ce n’est pas que l’absence de maladie, l’OMS définissant ainsi : «La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité».

Et quand on voit le carnage qui a été commis, on se demande si on a vraiment voulu protéger la santé des citoyens du monde, en développant la vie du «sans sortir de chez soi», en détruisant le tissu social, la joie et le divertissement, l’économie… A-t-on bien regardé des deux côtés de la balance…


La «télé-vie», seul et démuni
Destruction du lien social et de l’économie

- Développement du télé-travail, de la télé-médecine. Ce principe de travail ou de consultation à distance peut être vécu comme un progrès, un confort et c’en est sous doute un. Attention en revanche à ne pas en faire la norme, car on connait l’appétit de l’humain pour la rentabilité, et si tout devait se passer à distance désormais, on aurait vite fait de délocaliser…
[Source(s) liée(s) : 135]

- Création/Développement de la télé-école. Décrochages et inégalités, éducation à deux vitesses… Acquisition de bases bancales pour les plus petits, étudiants sans revenu… Quant aux classes en «demi-présentiel», si on investissait dans les hôpitaux et les écoles plutôt que dans la reconnaissance faciale ou la 5G, on aurait des classes plus réduites, permettant un meilleur apprentissage et cela nous éviterait ce genre d’écueil, et bien d’autres.
[Source(s) liée(s) : 239 + 1096 + 151]

- Création/Développement de l’Erasmus virtuel. Pour les étudiants à la rentrée 2020, aux antipodes de l’essence même de ce programme.

- Développement du télé-sport et destruction des clubs et salles de sport. Cours de sport par Whatsapp / Zoom ou via vidéos Youtube. Les salles, piscines et équipements fermés ne permettent pas une activité physique pourtant protectrice pour tous en termes d’immunité, et salvatrice pour une partie de la population âgée pour qui elle est indispensable en raison de certaines pathologies.
[Source(s) liée(s) : 235 + 292]

- Destruction des entreprises et du tissu économique. Explosion du chômage. Une partie des entreprises qui résistent deviennent dépendantes de l’Etat et de ses aides. Le pire est à craindre pour 2021 en matière de faillites. Rien qu’entre septembre et début décembre 2020, plus de 35 000 destructions de postes ont été annoncées. Rien qu’en Ile-de-France, ce sont environ 100 000 emplois qui auraient été détruits rien que pour l’année 2020.
[Source(s) liée(s) : 513 + 527 + 1227]

- Destruction des petits commerces. Au profit des drive, de la grande distribution et des géants du web qui livrent à domicile. Pire, lors du confinement de l’automne et à l’approche de Noël, le gouvernement envoie directement tous les Français dans les bras de Jeff Bezos (Amazon) et consorts en fermant les rayons non essentiels des grandes surfaces au lieu de laisser les petits commerces ouverts, eux aussi avec un protocole sanitaire. Les petits commerces sont aussi un «travail». Et qui décide de ce qui est essentiel ou non ? Si l’essentiel se limite aux fonctions vitales, il ne va pas nous rester grand-chose…
[Source(s) liée(s) : 330 + 351 + 313]

- Développement des courses en ligne et de l’économie «numérique». Drive, click&collect et livraison à domicile, pour tous types d’achats : professionnels, alimentaire, jouets, sport, plantes, bricolage… La grande distribution et les géants du net récupèrent une grande partie de la consommation. Il sera intéressant d’étudier les pertes ou les gains des GAFA (leur rentabilité va battre des records !) et du CAC40 en 2020, face à la souffrance globale des entreprises et commerces en France. En novembre 2020, le gouvernement lance même un plan pour accompagner la numérisation des petits commerçants, qui se voient contraints de passer au «Click&Collect» pour tenter de survivre. Plus besoin de boutiques physiques !
[Source(s) liée(s) : 67 + 211 + 1266 + 377 + 395 + 248]

- Développement des livraisons par drone. Emplois en moins, déshumanisation…
[Source(s) liée(s) : 44]

- Destruction des systèmes de protection sociale maladie et chômage. Explosion des charges, réduction de recettes.

- Evocation du revenu universel. Plusieurs pays en parlent, y compris en France. Il se met presque en place insidieusement dans une partie de la population qui s’habitue à percevoir une rémunération sans travailler (aides, chômage partiel etc.). Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas relier ce revenu universel au passeport sanitaire et ne le verser qu’à ceux qui montrent patte blanche et répondent à des critères sociaux édictés par le gouvernement ?... On n’en est pas très loin, il suffirait juste de commencer à en parler... Actuellement j’ai l’impression que tout pourrait passer...
[Source(s) liée(s) : 68 + 413 + 455 + 524 + 963 + 1059]

- Les religions doivent aussi passer par le virtuel. Prières, messes et autres célébrations… Pâques et le Ramadan ont lieu pendant le confinement du printemps 2020.

- Développement des rencontres (amoureuses et sexuelles) par internet et applications.

- Création/Développement des apéros entre amis à distance. Apéros «Whatsapp» ou «Zoom». Heureusement, le phénomène semble s’estomper…

- Destruction des boites de nuits, des bars, et interdiction de vente et de consommation d’alcool à certains horaires et/ou dans certains endroits.

- Destruction des lieux et structures de convivialité, de culture, de sport et de loisirs et des professions associées. Bars, restaurants, théâtres, salles de spectacles et concerts, cinémas, événements sportifs, salles de sport, rassemblements artistiques ou associatifs, brocantes, fêtes locales ou traditionnelles… Mais aussi festivals, parcs d’attractions, stations de ski, plages, voyages, vacances… et même se rassembler en privé. Le gouvernement britannique suggère même aux artistes de changer de métier en octobre 2020 ! Leur métier serait-il définitivement condamné ? Certains artistes se mettent même à proposer des concerts en «live stream»… au secours ! La ville de Bordeaux, quant à elle, se demande en avril 2021 si «artiste», c’est un métier...
[Source(s) liée(s) : 514 + 1154 + 220]

- Accélération du déclin de la presse papier. Impact sur les radios locales associatives.
[Source(s) liée(s) : 127 + 310]

- Augmentation des violences intrafamiliales et des pathologies et troubles psychiatriques, notamment chez les enfants.
[Source(s) liée(s) : 1235]

- Augmentation massive de la pauvreté. Pauvreté dans les pays riches, et pauvreté dans les pays déjà pauvres. Les pays qui vivent du tourisme risquent de voir disparaître des dizaines de millions d’emplois. Malnutrition, famine, paludisme, maladies, vaccinations interrompues… Le nombre de personnes au bord de la famine dans le monde pourrait doubler en 2020 pour atteindre 265 millions de personnes. En France, début octobre 2020, on estime qu’un million de personnes a basculé dans la pauvreté… Et ce n’est pas terminé… Le Programme alimentaire mondial (PAM) s’inquiète le 10/12/2020 d’une “pandémie de la faim” aux effets, selon lui, potentiellement plus graves que la Covid-19. Pendant que la pandémie et les mesures prises font exploser la pauvreté, et que les étudiants font la file pour recevoir une aide alimentaire afin de pouvoir se nourrir, les hommes les plus riches du monde engrangent des milliards, le CAC40 bat des records, la rentabilité des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) explose. Pendant qu’une gérante doit se résoudre à vivre dans sa salle de sport, les milliardaires ont déjà retrouvé leur richesse d’avant crise, et le PDG de Moderna (un des labos des vaccins anti-Covid) fait son entrée dans le club des milliardaires. La théorie du ruissellement... vers le haut. Quant aux enfants, l’Unicef craint une génération menacée, victime durablement de déscolarisation, pauvreté, malnutrition, mariages forcés, dépressions…
[Source(s) liée(s) : 56 + 208 + 227 + 322 + 253 + 222 + 921 + 965 + 303 +1266 + 1162]

- Décès prématurés de personnes âgées et d’autres malades. Et suicides. Notamment les personnes âgées isolées, enfermées, voire emprisonnées dans les EHPAD et autres structures, de par leur perte d’autonomie, de mobilité physique, d’interactions sociales, de goût pour la vie. De nombreux malades doivent reporter leurs soins ou sont dépistés de manière tardive en raison d’un système hospitalier à l’agonie. Il sera également intéressant d’observer l’augmentation du nombre de dépressions et de suicides en 2020 et 2021. La santé mentale est dégradée et les états dépressifs en augmentation chez les adultes comme chez les enfants. Plus de 330 000 patients supplémentaires ont eu recours aux anxiolytiques rien que pendant le confinement du printemps 2020. En novembre 2020, une jeune indépendante liégeoise se suicide après avoir tout perdu, et elle n’est pas la seule. Combien de morts collatérales survenues ou à venir ? Combien de troubles du comportement alimentaire, d’addictions à l’alcool, aux médicaments, au tabac, aux écrans, aux jeux.. induits par les mesures prises ? Et ce n’est pas un numéro vert pour ceux que le télétravail plonge dans le dépression ou des chèques «psy» pour les étudiants en détresse qui vont y changer grand-chose...
[Source(s) liée(s) : 416 + 1286 + 45 + 283 + 278 + 1235 + 427 + 487 + 422 + 1194 + 1262 + 1135]

- Développement d’une économie hygiéniste extrême. De nombreuses entreprises et industries se sont ruées sur ce marché qui traque désormais le moindre microbe (masques, gels, stérilisateurs d’objets, barrières en tous genres…).

- Développement de la méfiance, de l’individualisme, des clivages et divisions dans la population, en raison de la diffusion permanente et massive d’informations contradictoires, invitant chacun à prendre des positions adverses, avec un fonctionnement binaire, une dangereuse polarisation des informations et des idées (soit vous soutenez Véran à 100%, soit vous êtes «complotiste»; soit vous pensez que Raoult est un Dieu, soit vous pensez que c’est un charlatan qui doit être pendu sur la place publique; soit vous pensez que le vaccin est indispensable pour les 7 milliards de terriens, soit vous êtes un terroriste anti-vaccination d’extrême droite; soit vous êtes alarmiste, soit vous êtes un vilain rassuriste… il n’y a plus de débat, de demi-mesure, de nuances…). Une tension et une agressivité globales s’installent, surtout de la part de ceux qui ne veulent pas entendre de discours alternatif. Des amis de toujours se tournent le dos, des familles se divisent, le lien social s’effrite.
[Source(s) liée(s) : 964]

- Beaucoup de ces mesures ont en commun la distanciation sociale. Elles éloignent les individus les uns des autres et détruisent leurs relations sociales et ne leur permettent pas d’en créer de nouvelles, à un moment où ce type de mesure aggrave le sentiment d’isolement ou de solitude. Les autorités ont étrangement, dès le départ, prôné cette distanciation sociale, au lieu de la distanciation physique, plus logique et acceptable. William Dab va même (le 01/11/2020) jusqu’à parler de séparation des personnes d’une même famille à l’intérieur d’un logement. Jusqu’où vont-ils aller ?

 

Rendez-vous mercredi pour la suite…

 

Retrouvez l'épisode précédent ici :
34/40 - ET L'IMMUNITÉ NATURELLE ? ET AU FAIT, LA SUÈDE ?

 


Cette tribune est extraite du document "Une autre vision de la Covid" publié pour la première fois le 09 décembre 2020, puis mis à jour et complété jusqu'à ce jour.

Pour lire le document en intégralité (40 épisodes) sans attendre : Télécharger le document complet

Pour consulter les [sources] auxquelles fait référence ce texte : Télécharger la liste des sources

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celle de BAM!