Revue de presse

Les écoles primaires n'ont aucune base légale pour l'obligation du masque buccal

Les écoles primaires n'ont aucune base légale pour l'obligation du masque buccal

"Le conseil d'État a statué dans un arrêt qu'il n'y avait pas de base légale pour l'obligation du masque buccal dans l'enseignement primaire. La décision est problématique pour les écoles, dont le gouvernement s'attend à faire respecter l'obligation du masque."

"En décembre, l'avocat Joost Bosquet (Loi Arcas) a saisi le Conseil d'État au nom de trois clients contre l'introduction d'une obligation de masque buccal dans l'enseignement primaire. Il a demandé à la plus haute juridiction administrative de notre pays de suspendre en urgence l'obligation du masque buccal en cas d'urgence, car ses clients craignaient une influence négative du masque buccal sur le développement de leurs jeunes enfants."

"Le Conseil considère que cela n'est pas possible, car il n'y a pas de lois ou de règlements clairs concernant l'obligation du masque buccal pour les enfants des écoles primaires. Selon le Conseil, les décisions du comité consultatif ne constituent pas une base juridique suffisante. "Elles doivent être contenues dans un arrêté royal ou une disposition de collectivités ou régions compétentes. Cela ne s'est pas produit avec l'obligation du masque buccal", a déclaré le Conseil." 

"Des règles inexistantes" 

"Le Conseil rejette cependant la demande de suspension de Bosquet, précisément en raison de l'absence de base juridique. Pour faire simple : des règles qui n'existent pas ne peuvent être suspendues par le Conseil d'État. Bosquet avait donc raison en ayant tort."

"Le jugement n'a pas de conséquences directes pour le gouvernement, mais c'est un signal important. Si le gouvernement ne crée pas une base légale adéquate pour la règle, les écoles peuvent être tenues responsables en cas de problèmes. « Le jugement est particulièrement délicat pour les écoles. La plupart des écoles supposaient que ce que le ministre flamand de l'Éducation, Ben Weyts (N-VA) avait communiqué était correct et avait été converti en réglementation », explique Bosquet. « Le problème est symptomatique du manque de systématique dans l'approche corona. Le gouvernement manipule les droits fondamentaux sans créer de base légale pour cela. »"

"Les organisations faîtières flamandes de l'enseignement ont demandé depuis longtemps des éclaircissements au ministère de l'Éducation. "Les parents qui ont consulté le règlement sont arrivés à la conclusion que la communication du cabinet n'était pas conforme à la législation", a déclaré la porte-parole de Community Education (GO) Nathalie Jennes."

"Légalement, les écoles n'avaient pas suffisamment de motifs pour appliquer la règle, mais le conseil était de le faire quand même. Les parents qui soutiennent les masques buccaux pourraient autrement reprocher à l'école de mettre leurs enfants en danger. "Si nous devons arrêter les masques buccaux le 10 janvier, nous espérons qu'il y aura une base légale suffisante d'ici là. Ce sont des discussions difficiles pour nos conseils d'administration. Nous ne voulons pas le nourrir à la porte de l'école."

"Et après les vacances de Noël ?"

"On ne sait pas comment le gouvernement résoudra le manque de base légale pour l'exigence du masque buccal. Weyts peut le faire en incluant cette obligation dans un décret, mais ne l'a pas fait jusqu'à présent. Son cabinet a annoncé qu'il examinerait le jugement avec des avocats. Le gouvernement fédéral pourrait corriger l'erreur dans un arrêté royal ultérieur, a suggéré le Conseil d'État dans l'arrêt."

"Si l'obligation du masque buccal disparaît après les vacances de Noël, le problème disparaîtra. Mais les chances que cela se produise semblent minces. Les experts du GEMS et de la commission corona conseillent de conserver les masques buccaux dans l'enseignement primaire. Une décision devra être prise lors de la prochaine commission de concertation mercredi 22 décembre."

"L'avocat Bosquet examine toujours s'il poursuivra la procédure auprès du Conseil d'État pour faire exécuter une décision au fond. Récemment, un autre couple s'est rendu devant le tribunal de première instance pour contester l'exigence du masque buccal dans l'enseignement primaire. L'affaire sera entendue en janvier."


Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de l'auteur ne représentent pas nécessairement celle de BAM!

Lien vers le site original: 
https://www.tijd.be/politiek-economie/belgie/vlaanderen/raad-van-state-ziet-geen-rechtsgrond-voor-mondmaskerplicht-in-onderwijs/10355136

Traduction BAM!