Revue de presse

La deuxième vague n’est pas virale mais économique et sociale : l'appel de 250 intellectuels

La deuxième vague n’est pas virale mais économique et sociale : l'appel de 250 intellectuels

"Dans cette tribune, 250 universitaires, scientifiques, professionnels de santé et juristes alertent sur les conséquences économiques et psychosociales de la gestion politico-sanitaire de la crise du Covid. Ils estiment que la prochaine catastrophe ne sera pas virale mais économique et sociale, et qu’elle ne concernera pas les élites privilégiées mais d’autres catégories sociales beaucoup plus vulnérables."

"Selon les calculs de l’INSEE, la gestion de la pandémie aura fait perdre à la France une dizaine de points de Produit Intérieur Brut (PIB), un recul inédit depuis la Seconde Guerre mondiale. Pour comparaison, la crise de 2008 avait entrainé l’année suivante un recul de moins de 3% du PIB. Le taux de chômage devrait également dépasser les 10% à la fin de l’année où plus d’un million de chômeurs sont attendus selon le directeur de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE)."

"Ce recul historique ne concerne pas toutes les professions ; tandis que certaines n’ont pas senti passer la crise, il touche au contraire massivement les secteurs du commerce et de l’artisanat, des services aux entreprises et aux ménages, ainsi que les artistes. Cibles privilégiées des mesures contraignantes du gouvernement, le secteur événementiel, l’hôtellerie et la restauration payent un lourd tribut, surtout les franges les plus précaires de leurs salariés : intérimaires et saisonniers."

Ce sont les entreprises et les salariés les plus vulnérables
qui sont les plus impactées par la gestion de la crise

"La France étant le pays le plus touristique du monde, ce secteur représentait en 2018 près de 3 millions d’emplois et environ 7,5% du PIB. Ceci a particulièrement affecté la capitale ainsi que les régions méditerranéennes dépendantes du tourisme estival."

"La santé ne se réduit pas à l’absence de maladie“

“Par ailleurs, la combinaison de la détresse économique et sociale objective et de la peur ressentie par les personnes les plus fragiles du fait d’une communication politique et médiatique particulièrement anxiogène a déjà et aura encore longtemps des conséquences sur la santé physique et mentale : augmentation des consommations de tabac, d’alcool et probablement d’autres drogues et médicaments psychotropes, anxiété, insomnie et autres troubles du sommeil, dépression, suicide, syndrome de glissement des personnes âgées, etc."

Nous réclamons que l’on en finisse
avec les décisions prises dans l’entre-soi.

"Chacun s’accorde à dire que le premier devoir du gouvernement comme de chaque citoyen est de protéger les personnes "à risque", mais il est temps de considérer que la vulnérabilité est tout autant psychosociale que physiologique. Il est temps de rappeler que l’OMS elle-même, dans le préambule de sa constitution, définit la santé comme "un état de complet bien-être physique, mental et social [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité". "

Lire l'article dans son intégralité ici :

https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/la-deuxieme-vague-nest-pas-virale-mais-economique-et-sociale-lappel-de-250-intellectuels?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1602162795&fbclid=IwAR3Hxy-Zx1weRBFIdEBjuVjfhdRPSVxmMEjKAMsB1UyX1_G1BO5n8ZhA0JA#xtor=CS2-4

Source photo :

https://www.publicdomainpictures.net/en/view-image.php?image=2025