Tribune

Et si on libérait tout ce que l'on peut de nous?

Et si on libérait tout ce que l'on peut de nous?

La liberté est un concept qui nous appartient à tous individuellement. Ma valeur "liberté" n'est pas la même que chacune des vôtres. En effet, je me sens libre le matin si je me lève une heure avant mon départ alors qu'un(e) autre se sentira libre s’il/elle se lève cinq minutes avant de partir.

Mais comment s'organiser, dans un couple, une famille, une équipe de travail, une société..., en termes de liberté?

La question est toujours en suspens selon moi. En effet, certains d'entre vous se sentent libres s'ils sont encadrés par des règles, plus ou moins strictes, plus ou moins flexibles alors que d'autres ne sont libres que s'ils perçoivent qu'ils ne sont attachés à rien ni personne.

Aujourd'hui, et je fais partie de ce groupe de personnes, je ne me sens plus libre dès que je sors de chez moi... Ce qui est assez contradictoire, non?

Attention, mon intention n'est pas de débattre de la situation "santé". Pas d'amalgame. Je parle uniquement d'un point de vue "philosophique", une façon de penser, de vivre qui m'est propre et qui fera écho chez vous ou pas.

Comme je l'ai déjà écrit dans une ancienne publication, il fut un temps où la liberté d'expression était telle que j'aurais pu sortir de chez moi pour hurler que tel politique ne valait rien et ce, sans risquer ni peine ni amende. Or, il me semble que maintenant, si je dis que ce même politicien se fout de moi en me dictant une règle qu'il ne suit pas, je serai taxé au mieux de complotiste, au pire de dissident politique souhaitant l'anarchie. Je serai peut-être même banni des réseaux sociaux durant une courte période (si je m'en tiens à un essai), voire à plusieurs semaines si j'ose récidiver.

Je vais loin ? Aujourd'hui, on supprime des comptes à tour de bras sur des présomptions de complotisme, sur des discours qui n'ont rien de tendancieux ou encore pour des livres qui reprennent des faits vérifiables mais qui vont à l'encontre de la pensée... Trop souvent unique à mon goût.

J'entends aussi des voix qui s'élèvent pour me faire remarquer que si nous étions libres totalement, les meurtriers, pour ne citer qu'eux, seraient dans un parc d'attractions. Je ne suis pas en train de prôner la liberté totale : je prône une liberté égalitaire, avec les mêmes règles pour toutes et tous et une bonne connaissance de ces règles avec une simple incitation à les suivre : j'ai participé à leur création. Pour les parents, faites une expérience très intéressante : demandez à vos enfants d'édicter les règles de fonctionnement de la maison et regardez avec quelle facilité vos chérubins les suivront sans même broncher.

Voilà une liberté que j'aimerais utiliser : participer à la rédaction des règles de notre société. Imaginez une seconde ce que cela serait avec des règles qui nous ressemblent, qui nous protègent tous de la même façon, qui nous sanctionnent aussi bien positivement que négativement. Personnellement je me sens frustré lorsque, durant un an, je paie telle facture avant la date et que si une fois, j'ai le malheur de dépasser la date limite, je me retrouve avec un SMS de rappel, suivi d'un mail et d'un courrier. Pourquoi ne pas recevoir un SMS qui vous remercie d'avoir payé en temps et en heure votre facture ? Chaque jour, je prends ma voiture et je respecte les limitations de vitesse MAIS si une seule fois, je les dépasse car je suis en retard ou distrait, je suis sanctionné d'une amende... Et tous ces jours où j'ai roulé en respectant les règles ??? Je peux vous trouver pléthore d'exemples où toutes les sanctions sont négatives. Je suis pratiquement certain que si je fais un sondage auprès de vous, 99% pensent qu'une sanction doit être négative. Pourtant, pour les diplômés, le diplôme que vous avez reçu est la sanction de votre réussite...

Bref, la liberté... Mais quelle liberté? Celle de penser, d'écrire, de vivre, d'être en bonne santé, de rire, de sortir, ... Ma préférée est et restera celle de réfléchir par soi-même, de se construire un mode de pensée personnel en se nourrissant des autres et en apportant aux autres. Avoir la liberté de lire, d'apprendre, de consulter les livres, les documentaires, les personnes que je souhaite afin de modeler continuellement ma propre façon de réfléchir, ma propre liberté de penser et de pensées.

“Penser dérange car cela nous libère, et qu'il n'y a pas plus encombrant que la liberté“
V. Cespedes

Source photo :
https://www.qwant.com/?q=images%20gratuites%20libert%C3%A9%20de%20penser&t=images&license=public